Tag Archives: .52

LA POURSUITE INFERNALE **

17 Juin

la poursuite infernale

2sur5  My Darling Clementine est un des westerns les plus estimés de John Ford (La chevauchée fantastique, La prisonnière du désert), librement inspiré de la fusillade d’OK Corral, traitée par plusieurs films dans le genre (Tombstone, Wyatt Earp). C’est la dernière collaboration de John Ford et Darryl Zanuck, ce dernier décidant de raccourcir le film de une demie-heure pour proposer un spectacle d’une heure trente. John Ford en gardera un souvenir amer et tâchera de s’émanciper davantage des producteurs par la suite.

Ce montage de producteur a peut-être profité au film. La Poursuite Infernale est encore une Petite maison dans la prairie pour adultes avertis et compte parmi les westerns doucereux de John Ford, le maître du genre à l’époque classique (1939-années 1950). L’originalité de ses gentils cow-boys est d’être plus intéressés par la poésie que par le combat. Pour le reste, ils souscrivent aux formes habituelles, dans une version dévitalisée, donc bien plus plombante et encore plus sentencieuse que la moyenne.

Si La Poursuite Infernale n’a pas la profonde bonne humeur de La charge héroïque (second opus de la trilogie de la cavalerie), il est comme lui présidé par une candeur arrogante. Ce film est d’abord un petit drame doux-amer, avec quelques morceaux langoureux dus à Clementine, seule présence féminine au milieu de tous ces hommes fatigués, sourcilleux, en souffrance. Toute la première demie-heure se déroule dans un saloon et ne sera ponctuée que par une interprétation de Shakeaspeare, téméraire sur le papier et rapidement évanescente dans les faits.

Avec rigueur et même une certaine nervosité, John Ford fait tenir une intrigue bouffie dans une petite boîte étriquée, décorée par des guirlandes scintillant ‘western’. Il flirte avec le romantisme, l’échappée philosophique, mais toujours reste à quai. Il ose s’affirmer dans le registre le plus pur du western avec quelques minutes finales confrontationnelles, heure de la chasse. Voilà un western classique très poussif, avec quelques tentatives de nuances totalement hasardeuses et finalement avortées, mais aussi une mise en scène et une direction d’acteurs d’une grande précision. Un échec propre, quoi.

Note globale 52

Page IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Note ajustée de 50 à 52 suite aux modifications de la grille de notation (sans -0 ni chiffres impairs, avec 12 comme minimale et 98 comme sommet).

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.

MEGAN IS MISSING **

11 Juin

2sur5  Ça va trop loin, oui, ça va trop loin. Megan is Missing a troublé pas mal de monde et est souvent évoqué comme un film très dur, parfois même comme un choc. Le film a de franches qualités mais c’est un uppercut en mousse. Il surfe sur les paniques morales concernant Internet et alimente une paranoïa disproportionnée, se trompant surtout d’objet, comme d’autres se tromperaient de colère. Michael Goi aura réussi à alimenter les débats sur des sujets impliquant le commun des mortels, mais sa contribution sur le fond est faible.

La demi-heure d’ouverture se déroule avec Megan et Amy, deux adolescentes de 14 ans, meilleures amies, la première étant sûre d’elle, populaire et active. Elles rejoignent quotidiennement des chatroom sur internet et se montrent à la webcam, parfois pour discuter entre amis, parfois avec des inconnus. Surgit Josh, avec sa caméra cassée. Il noue des liens avec Megan sans se découvrir lui-même, puis l’invite à le rejoindre. Megan disparaît. Amy s’entretient à son tour avec Josh et ils évoquent ensemble cette disparition. Peu à peu Josh tient des propos avilissants, mais Amy maintient le contact.

Utilisant la forme du found-footage, Megan is Missing et bien plus intelligent et construit que la moyenne : c’est-à-dire qu’il a l’intérêt objectif d’un film normal. Contrairement à l’essentiel de ses navrants homologues, Michael Goi se comporte comme un metteur en scène et effectue un travail optimal, dans les proportions permises par le principe. Il se permet le split-screen, rend lisible chaque plan et n’introduit que des séquences réfléchies pour son objectif, évitant les logorrhées stupides en caméra cachée.

Il nous implique en nous mettant dans la position de l’interlocuteur ou récepteur, notamment pour le fameux Josh, dont n’existera que la voix. L’essentiel du long-métrage est partagé entre des conversations webcam et des scènes IRL en caméra à l’épaule. Les reportages d’une chaîne info locale viennent s’ajouter dans la seconde partie, après la disparition. Enfin les 22 dernières minutes marquent le basculement dans l’horreur, où Goi s’étend en plans-séquences superflus pour faire sentir le drame, ménageant ses effets par ailleurs. Se prétendant inspiré de faits réels, Megan is Missing apporte une illustration concrète des cas de détournement de mineur par des pédophiles sur internet.

Comme bienveillante propagande de service public, c’est une sérieuse réussite car il installe une grande proximité avec le spectateur et surtout les adolescents. En-dehors de son utilité auprès des enfants (qui ne le verront pas) ou jeunes adolescents, le film revêt cependant peu d’intérêt et demeure un tissu d’amalgames, faisant d’un cas unique et extrême une généralité universelle. Surtout, la personnalité malveillante reste inconnue, or le réalisme cru tant revendiqué s’en trouve entamé, puisque derrière l’écran, il n’y a pas un fantôme ou une abstraction, mais un individu de chair et de sang. Ne pas allez au bout de la paranoïa permet de jouer à se faire peur et faire la leçon. Hormis agiter les parents anxieux et les mégères phobiques, quel est l’intérêt ? Hormis la prévention brutale à coups d’amalgames, quel éclairage ?

Note globale 51

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Voir le film sur YouTube

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.

SDM 2020 (2 : Février – Mai)

3 Juin

Pour cette seconde vague, de films vus pendant l’arrivée de la crise Covid et le confinement :

  • Le cas Richard Jewell (drame, USA Eastwood et Kathy Bates)
  • Kubrick par Kubrick (documentaire)
  • Guns Akimbo (action, USA)
  • Pinocchio (fantastique, Italie)
  • Forte (comédie, France)

.

Le cas Richard Jewell *** : Une réussite sur le plan émotionnel. Envers ce gros Richard c’est compatissant et honnête, envers le cas judiciaire c’est équilibré. On voit un bonhomme un peu crétin d’une bonne volonté désarmante ; un Charlie-charlie du camp conservateur et ‘law and order’. Malgré son obsession des règles et de la sécurité collectives, son inadaptation et sa consistance me l’ont rendu sympathique ; l’interprète, qui jouait le pitoyable ‘stratège’ dans Moi Tonya, est soit taillé spécifiquement pour ce rôle soit un acteur d’exception – avec une présence qui sûrement n’inspire pas l’admiration, néanmoins captivante. Sur le fond le film m’a semblé peu interpellant et pas assez creusé ou déterminé pour devenir pertinent. Certaines réactions, ou des traits de personnages importants paraissent forcés – comme le revirement de la journaliste jouée par Olivia Wilde. La défense de l’avocat de Richard, spécialement son laïus dans les locaux des journalistes, est ridicule et relève du populisme bas-de-gamme et passe-partout (un cri de cœur avec lequel personne ne risquerai de se compromettre). Le film lui-même est plus convaincant comme démonstration contre les emballements ou simplement consensus médiatiques à l’égard des acteurs dépourvus des moyens de répliquer [ou de faire entendre leur réplique, si l’affaire avait lieu aujourd’hui]. Vu en salle. (68)

Kubrick par Kubrick ** : Documentaire diffusé par Arte sur son site et sur son relais Youtube. Des généralités. Se préoccupe de Shining, Orange mécanique et 2001, ponctuellement de Barry Lyndon et minimalement des Sentiers de la gloire, un peu de Spartacus et Full Metal Jacket, enfin d’Eyes Wide Shut pour lequel on ne voit que le bout de la lorgnette niaise et des interviews kitsch. Folamour et L’ultime razzia tout juste visuellement cités, contrairement aux premiers essais jugés prétentieux par le vieux Kubrick. Évitez ce doc si vous n’avez pas fini de voir les films cités. Vu sur le site d’Arte. (52)

Guns Akimbo * : Radcliffe poursuit dans la bouffonnerie stylisée après film Swiss Army Man. Tient ses promesses en terme de rythme et de désinhibition. Le tandem est plus sympathique que crédible, les acteurs font meilleur effet que leurs personnages. Ajoute incohérences aux invraisemblances qu’on avait intérêt à accepter d’entrée de jeu – sous peine de vivre un petit enfer. Se tire de façon un peu trop convenue et débile, avec une conclusion confuse accumulant les loupés. Vu grâce à PrimeVideo. (42)

Pinocchio *** : Serait une adaptation fidèle contrairement au Disney de 1940. C’est beau et Benigni est entièrement supportable. Vu sur PrimeVideo. (72)

Forte * : Nouvelle comédie sur l’acceptation de soi – et des autres. Les personnages sont très ‘forcés’ (même si la connerie de Gianni par exemple justifie de bons moments) et les deux amis particulièrement louches et/ou joués de façon incongrue. Le film repose sur Nour et son interprète (une Josiane Balasko pour cette génération ?) – sans cet élément (et plusieurs points dans l’écriture) il n’est plus qu’un truc misérable où tout se traîne péniblement ; avec, c’est une comédie décente, sympathique, gentiment idiote. Par contre, si le scénario est des plus communs et minimalistes, il y a beaucoup de dialogues malins, de détails et de réactions méditées et laissant la porte ouverte à de savantes ambiguïtés. Ces qualités n’empêchent pas une issue déplorable de banalité et de complaisance mais surtout et c’est le pire, dans l’esquive : tout change dans la vie de cette fille et rien n’a changé en vérité, à commencer par son physique. Il est simplement celui d’un clown qui attire l’attention et gomme même les filles aux corps ‘universellement’ désirables, le temps d’une performance (qui occupe la même fonction que ces concours stupides en guise de conclusion de feel-good movie et programmes démagos). On peut régler le cas en acceptant que l’apprentissage de l’amour de soi suffise à tout réparer et à attirer le bonheur et les réponses espérées des autres. Bande-son plutôt dégueulasse. Vu sur PrimeVideo. (42)

.

SDM 2020 : 1) Janvier.

STAY **

2 Mai

stay

2sur5  Thriller parapsychologique flirtant avec le trip demi-déclaré, Stay tient ses promesses. Structuré et réfléchi, il installe un climat paranoiaque avec soin et s’avère une réussite technique. Les auteurs emploient à bon escient leurs ambitieux atouts ; le résultat a une indéniable capacité d’envoûtement, défile sans heurts si est on est pas sensible. L’issue a de quoi laisser dubitatif sans pour autant choquer. C’est toute l’ambiguïté de Stay, produit lisse et méritoire.

Ce programme n’a pas la bêtise ou la niaiserie écrasante de K-Pax ou Mr Nobody, deux mélos SF immensément appréciés ; il n’est pas forcément moins grossier sur le fond, mais se montre plus avisé et mesuré dans l’exécution, au lieu d’étaler sa malice et se polariser philosophiquement. Mais si Stay esquive la guimauve et le pensum, il se prive également d’un grand décollage. Ce programme ne manque pas de sophistication, mais de hauteur.

Il joue habilement avec des artifices ouverts, ne prenant pas le spectateur pour un idiot, mais le prenant par la main pour une manipulation consentie. Le déluge d’effets et de petits tours peut passer pour tape-à-l’œil mais frappe plutôt par son humilité. Stay a été fabriqué dans une optique de divertissement pur ; d’une pureté frisant la sécheresse. Il demande au spectateur de mettre une conviction dans une mécanique abondante mais pétrifiée. La performance de Ryan Gosling (Danny Balint, Only God Forgives) égaie cette séance d’une raideur placide à toute épreuve. 

Note globale 52

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… Enemy/2014 + Spider Man 2 + Alice ou la dernière fugue   

Note arrondie de 50 à 52 suite à la mise à jour générale des notes.

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.

RUNNING MAN **

13 Avr

running man

2sur5  Quand MTV feinte l’auto-critique dans un nanar de luxe, ça donne Running Man. Sorti en 1988, Running Man présente un futur proche totalitaire où le pouvoir s’exerce par l’abrutissement des masses et le bidonnage de l’information. « Du pain et des jeux » ré-actualisé, c’est une idée forte et jamais neuve, il y a les versions agressives, théoriques, puis les imitations par les industries du divertissement les plus dévoyées. Running Man est amusant au début, tant qu’on accepte d’y croire. Ce n’est plus possible sitôt que le jeu commence, c’est-à-dire dès que Schwarzenegger est jeté dans l’émission mortelle Running man, où des prisonniers peuvent retrouver la liberté s’ils parviennent à achever le spectacle en vie.

C’est nettement plus badass qu’Hunger Games et même d’une prodigieuse violence. Le mauvais goût atteint des cymes stratosphériques. Le film s’aligne sur les références les plus vertueuses de l’action-movie des années 1980, en ayant d’ailleurs l’acteur emblématique au garde-à-vous (Schwarzy). Le taux très élevé de testostérone rend l’affaire divertissante mais fondamentalement, Running Man ne sera qu’un gros show obscène, une conversion bariolée du génie des autres, que ce soit Terminator ou Network. Quand le film n’est plus qu’un Fort Boyard trash croisé Jackass, il a le mérite de balayer les poses critiques puériles et laconiques de la première partie.

Running Man est aussicritique qu’un thriller envers la criminalité ou un historien sur sa spécialité. Il instrumentalise ces festivités malsaines pour en tirer la sève dont jouissent ses spectateurs et organisateurs. L’abrutissement dans ce monde dystopique est si manifeste que Running Man dépasse le stade de contributeur ou de reflet, il est totalement partie prenante. Il s’en dédouane par sa démagogie, avec sa rebellitude de wannabee Carpenter et son euphorique révolte finale, où des grands-mère se la jouent grandes-gueules façon Kassovitz.

À son niveau de conceptualisation maximal, ce film nous montre la télévision en flagrant délit de mensonge, en lui faisant proférer des énormités, c’est-à-dire des trucs qui n’arriveront jamais dans votre réalité, aussi rassurez-vous ; de toutes façons, le public décérébré de l’émission Running man lui-même conserve in fine sa capacité à se soulever dès qu’on lui montre la vérité. Ce monde est plein de faux-semblants mais les illusions sont donc faciles à dégoupiller ! Cependant on touche une limite du film plus technique : il regorge d’incohérences et est totalement irréfléchi, bardé d’intuitions visuelles malines et incapable de dynamiser autrement les idées qu’il a pillées.

Total Recall corrigera le tir ; il sera aussi kitsch, la pertinence et une furie créatrice digne de Gilliam en plus, sans oublier le génie intrinsèque du réalisateur de Robocop. Running man n’est pas une escroquerie, il n’essaie jamais de postuler à un niveau plus haut que le sien, utilisant ouvertement une intelligence ne lui appartenant pas pour en faire ses béquilles théoriques. Il se contente de surfer là-dessus, tout comme son statut d’adaptation de Stephen King, pour travailler à en mettre plein la vue (ou la gueule) au spectateur. Il est primaire et haut-en-couleur comme promis dès les premières secondes.

Note globale 51

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… Live ! + Le Blob + Massacre à la tronçonneuse 2 + The Wicker Man

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.