Tag Archives: .66

CEUX QUI TRAVAILLENT ***

26 Sep

3sur5 Focus sur un homme d’âge mûr en position de petit lieutenant de ce qu’un citoyen d’aujourd’hui doit typiquement pourfendre sans jamais vraiment gratter, éventuellement en fuyant vers l’émotion – ce que le film laisse faire à qui le souhaite. Ça y ressemble mais ce n’est pas un film social gentillet et finalement crétin mais publiquement irréprochable comme l’ensemble de ceux tournés avec Vincent Lindon (et justifiant son jeu pour le moins restreint) ou les dernières livraisons de Ken Loach (comme celle avec le vieil imbécile Daniel Blake). Il reste détaché, ramasse sans forcer la critique du capitalisme, du travail, de la mondialisation, tous vecteurs d’aliénation (sans laquelle on est hagard). Dans ce mode mineur il évite la stupidité mais aussi de répondre au sujet, sauf sur le plan moral retourné d’une façon qui deviendrait poisseuse si le point de vue livré n’était pas si ouvert.

L’humour est au diapason (il porte généralement sur l’inertie émotionnelle du type et l’indifférence ou l’égoïsme cru des gens) : l’être éclairé et bien éduqué aura ce petit rire en un souffle plein de déférence aux vertus cardinales, le ricaneur va se réjouir de tant de nihilisme cordial, celui qui se reconnaîtra dans ce personnage ou tient pour inévitable son attitude ignominieuse pourra s’esclaffer intérieurement. Ceux qui travaillent pourrait aussi flatter ces cadres sup’ souffrant de se sentir larbins AAA et redoutant d’avoir à se le faire confirmer ; plus généralement il va parler à tous ceux qui éprouvent ou redoutent le déclassement. Quand Franck se présente à un rendez-vous, il est droit et honnête, prêt à coopérer mais sans vendre davantage que sa force de travail ; or l’interlocuteur attend qu’il joue le jeu complètement ou qu’il dégage (ou les deux simultanément ?). Franck n’a pas compris qu’au bout du bout les règles éthiques n’ont réellement pas d’importance primordiale et qu’il n’a raison que sur le rayon des apparences.

Ceux qui travaillent pratique un petit jeu à la fois facile et audacieux. Facile car il se débarrasse de ses propres responsabilités avec son issue penaude ironique tout en livrant une seconde partie plus propre et rassurante. Il ne montre jamais le plus directement troublant, tout en ayant des plate-bandes et une vocation toutes-faites (et Le Couperet comme antécédent, sans comme lui donner dans le thriller). Il est pourtant audacieux car mal-aimable avec son absence de repères clairs ou de manichéisme, sa façon de pousser à l’empathie avec cet antihéros présenté comme l’homme du sale boulot nécessaire. Concrètement le film ne salit jamais son antihéros, en même temps il ne retient aucune information externe cruciale, or une grande partie est accablante. Sa maison est triste et finalement ses sacrifices pourraient ne pas valoir le coup dans l’œil du spectateur comme du réalisateur ; Franck ne fait que poursuivre une vie de labeur et de remplissages sans laquelle il est démuni et peut-être se sent plus vide et nul qu’un autre.

La thèse sous-entendue semble culpabilisante ou plutôt ne semble devoir être avouée que comme telle ; il y a de quoi se demander s’il n’y a pas plutôt une forme de fatalisme, voire une attirance envers le ‘mal’ simplement digérée. À l’instar de la famille qui aimerait mieux rester aveugle et notamment du fils cadet ingrat, consommateur débile, nous [spectateurs et citoyens ‘forcément’ indignés par les ‘dérives’ du capitalisme globalisé, par le mépris de la vie et par le sort funeste des migrants] serions tous impliqués. L’aîné, l’enfant qu’on voit le moins, est ouvertement et sans mesquinerie attiré par la violence. Pour cet héritier direct la pourriture du monde n’est pas un problème ; comme papa, il accepte ses lois sans rien états d’âme ni quelconque réflexion. Mais papa y a été contraint et s’est senti un salaud, quoique surtout à cause du monde extérieur.

La force de ce film c’est d’afficher cette solitude des ordures (très ordinaires), qui ne sont que des rouages loyaux ou des professionnels pas spécialement dégueulasses ni spécialement angéliques, en fait des gens qui s’en cognent ; justement tout le monde s’en fout ou tourne la tête avec dégoût, il faut simplement passer ce petit malaise ou le gérer avec des masques aux prétentions nobles. C’est donc presque énervant en sortie de séance car ce film n’avance à rien, veut être prêt à tout dire et ne s’attache qu’à rester dans la compassion clinique et l’expectative critique ; néanmoins il apparaît valide pendant la séance et avec le recul, grâce à cette banalisation de la monstruosité, que ses concurrents ou que les gens percevraient trop vite avec horreur ou dégoût et criminaliseraient simplement. La journée pédagogique où le terrain est privilégié au centre de décision, le métier à son seul chapeautage par la hiérarchie, compense ce flirt avec le cynisme par une louche de démagogie et d’un bon sens plus accessible ; au moins, pour une fois, la démagogie arrive avec du contenu plutôt que des postures (et le prof-émissaire n’a aucune crédibilité pour nous enseigner la vertu).

Aura-t-on avec Russbach un nouvel Haneke qui aime à se répandre froidement dans la fange en nous pointant du doigt ou en ne nous laissant en option ‘viable’ qu’à faire comme lui et dénoncer avec une morgue sinistre – ou vomir car c’était excessif ; ou bien un auteur attiré par l’ombre et qui l’assume sans chercher à poser des petites briques à l’ombre du ‘cinéma social’ qui lave de tout tant qu’on peut convertir sa matière en réflexions bien-pensantes, fussent-elles éprouvantes ? Est-ce le début d’une œuvre originale et joyeusement inconfortable nous invitant à regarder l’espèce en face, ni en la surplombant ni en la vénérant, ni même en se souciant de l’excuser ou de l’aimer trop fort ? Les deux prochains opus de cette trilogie sur l’ordre contemporain devraient y répondre : rien que la désignation de ‘ceux qui prient’ pour nos âmes apportera un signe probant.

Note globale 66

Page IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions… Corporate + Le septième continent

Les+

  • prend un angle presque courageux
  • Gourmet parfait
  • la première partie où le monstre croit encore à lui et à ses chances
  • les dialogues et les silences
  • la maison triste

Les-

  • techniquement juste opérationnel, rien de renversant
  • la fin un peu planquée et la seconde partie plus compatible avec le consensuel et l’indignation citoyenne bien avertie

Voir l’index cinéma de Zogarok

THALASSO ***

8 Sep

3sur5 Si on connaît les protagonistes, on a pas de surprises, ou alors minuscules et agréables. Ils jouent le rôle par lequel on les identifie, quoiqu’on ne s’attendait pas nécessairement à Houellebecq vaniteux. Cette suite de L’Enlèvement (téléfilm de 2014 diffusé sur arte) a le bon goût d’accepter un certain état de paresse et délabrement tempéré par les satisfactions d’une conduite anarchique. Contrairement à Valley of Love qui à force de fan-service docile et d’attention scrupuleuse pour son couple iconique devenait simplement insipide, Thalasso se vautre sans pudeur ni justification dans une gaudriole à la mesure de ce tandem formant « la honte de la France ». Il est conforme à leur image sans croire nécessaire de les rehausser ou de les défendre ; eux-mêmes ne se soucient pas d’être récupérables, tout au plus se régalent-ils de se laisser-aller publiquement et ainsi soigner leur crédibilité de demi-humoristes inconvenants, surtout Houellebecq pour qui c’est moins fréquent.

L’écrivain avait fait part de son incapacité à se convertir au catholicisme ; dans ce centre de soins ses tentations mystiques apparaissent plus concluantes. Dans sa première ivresse [du film] il confie croire à la résurrection des corps, lui qui en porte un malade, fuyant manifestement la vie sans renoncer à la jouissance. Michel se lance alors dans un déni pathétique de la mort, cet accès d’émotivité est le morceau le plus déstabilisant de la séance. Ses airs de petit garçon passif-agressif et de moribond détendu étaient déjà connus, mais prennent une tournure tendre au début avec sa compagne. Les petites échappées fantastiques liées aux rêves de Michel sont le deuxième élément relativement insolite. La présence incongrue d’un Stallone potentiellement alternatif renvoie à cette bizarrerie des romans de Houellebecq : l’introduction de personnalités médiatiques métamorphosées de manière improbable ou jouant un second rôle dont on peut douter de la pertinence. Cela va de l’anecdotique avec Philippe Sollers en éditeur du narrateur dans Les particules au craquage avec Pernaut en capitaliste souriant et homosexuel mondain de La carte et le territoire. Le compère Depardieu est forcément plus limpide, alimente les monologues croisés et évite à tous, y compris au premier intéressé, de sombrer dans les réflexions mélancoliques et les humeurs vaseuses de Michel. À l’occasion Gérard fait son gros dur de cour de récré, sans méchanceté, en bon Obélix teigneux pour la forme – ou pour lever sans tarder les ambiguïtés qui menacent de la gonfler.

Ce film ressemble à une récré pour adultes gâtés ou profondément blasés. C’est quasiment un nanar exigeant mais en roue libre, un peu comme Tenue de soirée – évidemment c’est loin d’être fracassant comme du Blier, mais les dialogues sont savoureux en moyenne, excellents parfois. Les situations ne sont pas nécessairement meilleures que prévues, mais plus originales que ce que laissait entrevoir les bande-annonces. On écoute des bourrés cultivés, truculents ou portant en eux les résidus d’heures fort inspirées. Il y a un côté Absolutely Fabulous dépressif au masculin, à observer des privilégiés rétamés voire diminués par leur alcoolisme, ainsi qu’une proximité avec Groland à cause des octogénaires en rupture (et de l’attitude sombre mais sanguine de monsieur). La thalasso apparaît comme un EHPAHD ‘de luxe’, un mouroir AAA ou semi-HP farniente pour vieilles célébrités semi-démentes ou demi-vieux usés. Attention la fin façon Triplettes de Belleville (ça ne ‘divulgache’ rien) n’est qu’un petit tour pour nous scotcher au fauteuil en guettant un éventuel bonus. Vous pouvez économiser une minute et accepter simplement ce dénouement à l’arrachée, décevant même avec les faibles attentes induites par le scénario et la participation de branquignoles.

Note globale 66

Page IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions… Near Death Experience + Les Valseuses + Donnie Darko

Voir l’index cinéma de Zogarok

RIEN SUR ROBERT ***

5 Mai

3sur5 Robert/Luchini est un critique de cinéma ; un type pédant, faiblard (à force de réticences ?) et un peu gland, style Woody français mais en méchant et suffisant, transpirant les petites tares et la post-aigreur, ou le désespoir digéré. Bonnaire est son amie, une sous-rebelle abonnée aux rôles de commis – où elle tire la tronche ; son personnage va évoluer et se découvrir.

Ce film de Pascal Bonitzer vaut pour son humour et ses personnages, avant tout celui du titre, une chère ordure. C’est le type égocentrique mais complexé, qui réagit pas ou mal (notamment lors du dîner où il est non-invité, face à l’assemblée dominée par une espèce de vieux patriarche tordu). Il est « sans élan et sans force » selon le vieux (Michel Piccoli), ce qui n’est pas totalement juste ; c’est plutôt un lâche. Il se dérobe à tout, mais profite des acquis. Une vague de mépris lui tombe dessus, il n’en est même plus à encaisser le coup.

C’est ce qui fait son charme, mais il ne dort pas pour autant ! C’est bien un connard rigide accompli, un parisien cultivé et orgueilleux fidèle à sa mauvaise humeur ; éprouvant, tyrannique quand il peut – l’égocentrique est souvent arraché à ses bougonneries, alors à chaque contrariété (et il y en a tout le temps, car les gens ne cessent de l’interpeller -avec leur sensiblerie et leurs propres besoins égoïstes- ou lui répondre à côté) il pique ses crises. Pourtant il n’intimide pas, semble même ne pas gêner non plus (!), au mieux il dégoûte, en général tout juste il agace – ou lasse – et il crispe et désespère sa propre mère. Il est plaintif, comme un tourmenté de la pire espèce ; ses scrupules sont pour lui, sa santé, son état – pas pour dehors, pour les autres, même les objets de sa profession.

Avec l’évasion dans les Alpes Rien sur Robert vire au simple film de mœurs, ou de relations sentimentales – puis se traîne après le retour. Heureusement l’infâme saura reprendre la main au dernier moment, montrer sa vigueur, mais aussi la dégueulasserie de son caractère !

Note globale 66

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Scénario/Écriture (2), Casting/Personnages (4), Dialogues (4), Son/Musique-BO (-), Esthétique/Mise en scène (3), Visuel/Photo-technique (3), Originalité (2), Ambition (2), Audace (3), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (3), Pertinence/Cohérence (3)

Note arrondie de 67 à 66 suite à la mise à jour générale des notes.

Voir l’index cinéma de Zogarok

IDIOCRACY ***

15 Avr

3sur5 La promesse d’Idiocracy est énorme, l’application un peu décevante. C’est avant tout une pantalonnade polémique, avec du génie vu de loin et selon les grandes lignes, puis seulement un certain panache dans le potache et le blâme trivial vu de près. Une fois posé le concept, il y a peu de progrès et même de possibles fautes logiques : comment une partie de la technologie a-t-elle pu aussi bien se maintenir et pourquoi arrive-t-on encore à la manipuler ? S’il n’y a pas d’erreur, il y a toujours des champs délaissés ; d’ailleurs, le cadre ne dépasse jamais celui des États-Unis réduits à une ville, le reste du monde (et de la nation) est inexistant – sans doute car sorti des consciences – et c’est bien là où le film pèche, en étant finalement complaisant autant avec son postulat critique qu’avec cette vision d’une humanité dégénérée. Et celle-ci est assez forte pour assurer la gloire du film, le budget modeste et une probable pingrerie aidant même à son accomplissement.

La société de 2505 est régie par un ordre capitaliste dégradé, apparemment post-apocalyptique et pourtant toujours en continuité avec les réalités du tournant du XXIe. C’est une Humanité qui s’est oubliée, où l’anti-intellectualisme, l’irresponsabilité et le despotisme non-éclairés ont gagnés. Ce dernier en est venu à se dissoudre, comme le reste, c’est-à-dire comme ses ressources matérielles, humaines, culturelles et spirituelles (dans l’ordre de dégradation). Même les vêtements ordinaires sont souvent recouverts par des logos, les sponsors et l’incontinence émotionnelle dominent chaque parcelle de l’espace public, l’espace privé est un dépotoire où les individus n’ont rien à vivre ou lâcher de plus qu’ailleurs étant donné la déliquescence générale – simplement, on est le maître de la télécommande et de son manger.

Les auteurs ont pensé à de nombreux détails plus ou moins manifestes (une cuvette est incorporée au siège personnel de Frito). Ils évitent toutefois les extrémités qui scelleraient l’animalité délirante de ces troupes – pas de scatophilie, nudité limitée, copulations en public peut-être hors-champ mais en tout cas absentes ; bref il reste de la pudeur, tout comme il reste un semblant d’hôpital, de gouvernement, d’industrie, de justice. Les gens de 2505 sont donc comme des adolescents fougueux, fiers et sûrs d’eux, condamnés à s’enfoncer à défaut de modèles alternatifs, assistés dans leur débilité par les résidus de la civilisation, les ordonnances et la technologie autrefois mises en place ; l’ordinateur a avalé les cerveaux au lieu de libérer de la place pour son épanouissement.

Les obsolescences (et notamment celle de l’Homme) ne sont cependant pas à l’ordre du jour, ces thèmes sont sans doute trop risqués ; les auteurs préfèrent animer cette ignoble simulation et le font avec talent (peut-être sont-ils juste assez malins et grossiers à la fois pour être aussi à l’aise et récupérables ; après tout Etan Cohen est au scénario et lui aussi n’est pas responsable de films lumineux (ce n’est pas un drame, on aime Dumb & Dumber pour leur connerie). Globalement Idiocracy est une comédie grinçante, souvent jubilatoire, discrètement mais puissamment glauque aussi. Que les savoirs élémentaires, l’autonomie, la capacité d’inhibition s’évaporent, peut déjà se concevoir à notre époque et pire, peut se concevoir de manière plus transversale – pourquoi l’Histoire suivrait-elle une courbe en cloche, pourquoi le développement serait-il uniforme ? Le cynisme crétin, l’ingratitude, la passion de l’abrutissement heureux n’attendent pas la décadence pour imprégner les masses et castrer l’émancipation des enfants.

Avec ce film il y a donc matière à ‘culte’ et après une sortie compliquée, il a fatalement émergé, dans une modalité autrement vulgaire que l’habituelle (Star Wars ou Indiana Jones sont ‘cultes’ au sens ‘éclaireurs de la pop culture’). Il le doit davantage à son principe qu’à son contenu, cette idée d’engloutissement par la stupidité plaisant ou ‘parlant’ à beaucoup de monde. Idiocracy est donc remonté dans les années 2010 pour illustrer des éditos ou cris du cœur, jusqu’à connaître un boom mainstream pendant l’ascension de Trump en 2016. Les misanthropes communautaires et autres narcisses mondains se sont sentis spirituels, le réalisateur (Mike Judge, créateur de Beavis and Butt-Head et d’Office Space) lui-même a déclaré être pris de court.

Note globale 66

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions… La Tour Montparnasse 2 + Feed

Scénario/Écriture (2), Casting/Personnages (3), Dialogues (3), Son/Musique-BO (2), Esthétique/Mise en scène (3), Visuel/Photo-technique (2), Originalité (4), Ambition (3), Audace (4), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (4), Pertinence/Cohérence (3)

Voir l’index cinéma de Zogarok

INTO THE WILD ***

28 Jan

into the wild 2

3sur5  Phénomène à la fin de la décennie 2000, Into the Wild était avant tout ce qu’on en a fait la confirmation du talent de metteur en scène de Sean Penn, après The Indian Runner et le troublant The Pledge. Derrière les allures de film de hippie, vendu, soutenu et défendable comme tel, se trouve un produit plus ambivalent. Le héros tient autant d’un héritage vulgaire de Thoreau que d’une espèce de nihilisme commençant à ensorceler sa génération et un Occident fatigué de lui-même. Cette aventure de Christopher McCandless a bien existé et était déjà rapportée par Voyage au bout de la solitude, biographie rédigée en 1996, quatre ans après les faits.

Le Christopher à l’écran est probablement un petit con comme l’ont souligné abondamment ses détracteurs, aux provenances et arguments parfois ironiques ; mais lui agit, pour son idéal certes chimérique ou aberrant, en cherchant une alternative souveraine, quoique sa positivité apparaisse étriquée – et existant essentiellement dans le chemin vers la solution. Il est respectable parce que conséquent ; il ne se contente pas de parler, il est consistant. Par ailleurs sa démarche est cohérente, au point qu’il en crève et que ses vices et vertus sont données à voir avec précision. De plus ce jeune homme n’est pas dans un élan totalitaire : il est critique mais laisse vivre les autres. Ses perspectives demeurent immatures (cette inanité permet justement de ne pas entamer ce qui le précède et l’entoure), ses dénigrements sont aveugles et sans nuance (la charge contre ses parents est absurde, en plus de poser son caractère déloyal).

Le regard porté par Penn semble accaparé par une empathie sans restriction pour le héros. Il épouse globalement son point de vue, tend à sanctifier la démarche ou du moins le personnage, par exemple par la voix off de la sœur de Christopher. Néanmoins cette emphase opère à distance (Christopher ne participe pas au contact avec le spectateur, est introduit) et est compromise par les développements et finalement même par tous les éléments venant se greffer à la poursuite de Christopher. Bien avant l’issue tragique, l’échec est mis en évidence et notamment sur le plan humain. Les leçons de morale et les incitations du petit con lumineux sont en contradiction non avec son système mais bien avec son attitude. La faille du film est là, où Penn semble couvrir son héros, admettant son échec mais défendant son charisme et les effets bénéfiques de sa volonté futile (au vieux qu’il booste et pousse au voyage, à cette fille de 16 ans dont la proposition trouve pour réponse « prends ce que tu veux » pendant qu’il esquive).

Pendant qu’il parle de son projet en Alaska, Christopher accumule les rencontres, souvent heureuses ; l’important, c’était ça, nous glisse-t-on. Illuminé par son dessein, Christopher estime, peut-être à raison dans une large mesure, que les rapports sociaux sont des pièges ou plutôt des mensonges. Or il a été échaudé par bien peu de choses (quand bien même Penn cherche à émouvoir avec ces flash back) et il se ferme à des démentis cinglants mais surtout régénérateurs. La scène la plus bouleversante est de cet ordre, où Christopher ne réalise pas sa dureté et l’iniquité de son comportement face à Ron, qui voudrait l’adopter. Tout au long du film, il dénie la richesse émotionnelle sous ses yeux, refuse l’authenticité présente, au profit de sa quête définie. Caprice réfléchi et se donnant les moyens (sa famille est toujours vivante, il était bon élève, intégré et avec des opportunités sociales puissantes et larges), son idéal pur est voisin de la tentation du néant, en tout cas il y conduit.

En ce sens McCandless est l’ultime maillon d’une chaîne de saboteurs accablant la société hypocrite (avec ses règles, blabla) qu’il ne cite que pour la condamner en sentences éclairs, où en fait elle existe à peine (peut-être comme mot couvrant ce qu’il croyait être un jouet et ne tient pas ses promesses). Sa cohérence est morbide. Il est logique qu’elle irrite les planqués de ce monde, tous les excentriques adaptés, les bougons mondains, les gauchistes intempestifs sérieux ou encore les anarcho-mystiques de salon. Mais l’émancipation de Christopher tourne à vide, son élan remarquable est rapidement corrompu ; il est même destiné à la nullité dès la racine puisqu’inspiré par aucune nécessité, poussé par l’ennui et une passion vaine de liberté, alimenté par aucune intuition constructive. Cet individualisme absolutiste rétrécit l’objet sur lequel il se greffe, finalement l’ignore tout à fait : c’est une fuite réelle mais droit dans l’extinction. Autonomisation biaisée ; à chacun d’apprécier la beauté du geste, celle des paysages ou encore de toutes ces mains tendant des alternatives concrètes et vivantes.

Note globale 66

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… Avatar + Carnets de Voyage + Minuscule + L’armée des 12 singes

Scénario & Ecriture (3), Casting/Personnages (3), Dialogues (3), Son/Musique-BO (3), Esthétique/Mise en scène (4), Visuel/Photo-technique (4), Originalité (3), Ambition (4), Audace (3), Discours/Morale (2-3), Intensité/Implication (4), Pertinence/Cohérence (3)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.