Tag Archives: animaux

MINUSCULE LES MANDIBULES DU BOUT DU MONDE ****

5 Fév

4sur5  Un grand et surtout beau film d’aventures, pour les enfants et pour tous les autres. L’essentiel était déjà dans la série mais elle souffrait de l’enfermement dans un humour au souffle court, souvent en percutant les humains ou leurs objets ; de la suite dans ces jets-là était nécessaire. Ces défauts étaient déjà moins prononcés dès la saison 2 et le passage au long-métrage a permis à tout cet univers d’exulter tout le long d’une Vallée des fourmis devenue théâtre d’un grand affrontement, à la façon d’une Citadelle assiégée prenant des libertés. Le réalisme est définitivement mis au placard dans ce second opus (jusqu’à attribuer une petite coupe frisée [sur l’abdomen et sur la tête] à une fourmi noire des Antilles), au service d’une certaine immanence poétique, pas dans une perspective fantasy – le merveilleux vient se superposer au réel. À l’extrême quelques plans pourraient se confondre avec ceux du cinéma de science-fiction, lors d’une course sur câbles ou d’une visite.

Ce mélange de détachement et de présence au monde concret accroche immédiatement. Les créatures sont davantage confrontées à l’Humanité qu’auparavant, en allant marcher sur ses plates-bandes. Le spectateur peut avoir l’agréable impression de ré-infiltrer le monde humain et la joie plus grande de seulement le croiser. Pour les coccinelles et leurs camarades, il faut passer au travers par nécessité, entre deux périodes de stabilité heureuse dans sa micro-communauté (famille et amitiés fortes). La séance a des airs de rêverie anarchiste, de cet anarchisme où les prescriptions superflues du monde n’ont pas prise et où il n’est pas nécessaire de tout compartimenter (non de l’anarchisme des contestataires fixés dans l’insolence à perpétuité) – et surtout où s’exprime une solidarité organique et une moralité immanente (sans vigiles et à une exception sans docteurs). Même l’isolement de la petite diva inventive et mélomane est une robinsonnade tempérée et ne relève pas de l’ivresse égotique – qui dans le tout-venant des films d’animation viendrait se marier au grégarisme débile et hystérique (que Lego prétendait critiquer de l’intérieur pour s’inventer un supplément d’âme que les ex-enfants ont bien voulu valider au nom, probablement, de leurs lointaines imaginations).

Visuellement splendide, Minuscule Mandibule s’inscrit dans la continuité. La part de travail artisanal et de maquettes reste massive. Les effets spéciaux sont impeccables et le sens du détail remarquable (fulgurant lors de la tempête). Seules les apparitions des chenilles urticantes sont clairement artificielles – leur première scène est d’ailleurs étrange avec cette crise à la Bob l’éponge. L’encadrement documentaire s’estompe. La caméra est volontiers mobile, les scènes de vol particulièrement ludiques vues face à un grand écran ou dans les éventuelles conversions futures. L’apport est un peu limité concernant la romance (avec les embrassades bruyantes, pour troubler en douceur les gosses et faire sourire les autres – attendrir est déjà acquis), mais le langage limpide et gracieux – le plus souvent seules d’infimes variations (oculaires, ou des grésillements) sont nécessaires (seule une communauté semblant venue d’ailleurs laissera dans l’expectative aussi bien devant qu’à l’écran). De quoi en faire un exemplaire remarquable parmi les rares films non-muets sans dialogue (il ne commet l’erreur de laisser les hommes l’ouvrir – ce qui tend à les priver d’une bonne part de leur contenance, les rendant plus manifestement crétins aliénés – pas nécessairement antipathiques, plutôt oublieux de l’absence de séparation entre eux et la Nature).

Les films Minuscule sont définitivement meilleurs [que la série et que l’ensemble de la concurrence] et libèrent le potentiel de son univers grâce à la poursuite d’intrigues étoffées ; en laissant de la place pour les personnages ; en autorisant surtout à prendre le large ou attaquer de gros conflits. Mandibule est moins théâtral que le premier mais draine toujours son lot de rencontres et de cameo pittoresques ; comme lui il a le mérite de ne jamais entrer dans la comédie à gros sabots (les adeptes de cartoon ne doivent pas fantasmer cet opus). Ses rebondissements sont plus nombreux mais aussi plus prévisibles et de moindre ampleur, le scénario en général n’étant pas vecteur d’originalité. Mandibule profite d’améliorations techniques et d’une musique spéciale sous influence de Ravel. Enfin les adeptes du ‘cocorico’ seront repus puisque, si on en croit son équipe, le film a été intégralement tourné en France – la seule fausse note est cette portion de financement chinois, probablement responsable de l’épilogue sans autre intérêt qu’une promesse de Minuscule 3 à Macao.

Note globale 84

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… La Grande Aventure + La Tortue rouge + Le renard et l’enfant + Koyaanisqatsi + Dragons + Shaun le mouton le film + Playtime + L’Île nue + Begotten

Scénario/Écriture (7), Casting/Personnages (9), Dialogues (-), Son/Musique-BO (8+), Esthétique/Mise en scène (9), Visuel/Photo-technique (9), Originalité (7), Ambition (8), Audace (6), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (8), Pertinence/Cohérence (6)

Voir l’index cinéma de Zogarok

Publicités

MINUSCULE ***

17 Sep

4sur5  Lancée en 2006, Minuscule en est aujourd’hui à sa troisième saison (depuis 2012) et a eu les honneurs d’une adaptation en salles, l’excellente Vallée des fourmis (2014). La série met en scène les péripéties de petits animaux, insectes notamment, dans la campagne française. L’animation 3D se mêle aux décors naturels. Le résultat est extrêmement joli, en toutes situations. Malheureusement, un aspect peut s’avérer plombant (il concerne surtout la première saison) : les auteurs de Minuscule semblent interdire à leur série de développer son propre caractère.

Inspiré du film documentaire Microcosmos (1996), Minuscule en est une version burlesque et quelquefois, contemplative elle aussi. C’est ici qu’est le problème : dans le rythme et le contenu même des balades. Il y a beaucoup de redites dans les gags ou les idées, les histoires sont parfois faibles et les personnages trop souvent peu réactifs. Là encore, cela concerne surtout la première saison 1 et les débuts, mais cette dimension restera une donnée de fond toujours prête à exercer son influence. Même les stars comme la coccinelle mettent du temps à s’affirmer avec des traits structurés.

L’humour est généralement un problème et gagne à rester à l’arrière-plan. Pour autant, il reste toujours un charme intact, des éclats redonnant la foi pendant les tunnels trop longs ; et accessoiremment, un potentiel mirifique ! De plus, on ne soulignera jamais assez la qualité technique de Minuscule : il ne s’agit pas seulement de sa beauté plastique, mais également de l’aspect de ses petites créatures ou de son animation modèle ! Les  »voix » et bruitages sont à cette image, signant un travail immense et virtuose, malgré cette sécheresse récurrente, cette âme en sommeil.

Curieusement, un certain relâchement au niveau de la narration va profiter à la série au fil de son évolution. La saison 2 se montre beaucoup plus inventive et mise sur de nouvelles initiatives des insectes pour s’approprier l’environnement, au lieu de les empêtrer dans des situations cocasses et besogneuses. Le ton se fait plus délicat, l’action plus lisse, fermée autour d’une initiative : on cherche (et trouve) l’agréable performance en expérimentant des lubies audacieuses, comme la conduite d’une voiture ou la fabrication de pièges. Enfin il faut reconnaître que cinq minutes de Minuscule, n’importe lesquelles, valent largement le lot commun des courts de Pixar.

Note globale 7+

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Voir des épisodes & extraits sur Minuscule DVD


Voir l’index des Séries

.

LA GRANDE AVENTURE / DET STORA AVENTYRET (1954) ****

23 Jan

5sur5  Cinquante ans avant Le Peuple Migrateur et La Marche de l’Empereur, La Grande Aventure était un documentaire animalier aux orientations originales. Ce premier long-métrage d’Arne Sucksdorff (écopant du Prix International à Cannes en 1954) croise la vie quotidienne d’humains et d’animaux dans un même récit, entre romanesque et reportage. Les animaux sont filmés de près, la bande-son rapporte précisément leurs bruits et leurs cris. Ils sont suivis dans la forêt, dans les chasses, lors d’expéditions contre les biens des humains (la capture des poules à la ferme) ou d’autres concurrents.

Les principaux acteurs sont des renardeaux et une loutre (Otty). Beaucoup d’autres animaux tiennent un petit rôle dans leurs traversées : oiseaux, canetons, écureuils, etc. Le principal antagoniste est un lynx. Les humains reprennent la main dans la seconde moitié : après une course à la loutre, le film part du point de vue et des initiatives des enfants ou des adultes. Contrairement au Renard et l’enfant un demi-siècle plus tard (film français ciblant la jeunesse, avec des renards dressés), il montre une cohabitation possible entre un animal sauvage et des humains, mais restant contraignante pour les deux partis et défaite en dernière instance. Les commentaires sont réduits à l’essentiel, livrés surtout au début et la mystification pas autorisée. Beauté, entraide et cruauté dominent spontanément la réalité, à hauteur d’instincts. Naturel ou artificiel, le dressage est toujours au programme de la vie. Ces images apportent une joie saine et douce, sans nourrir d’illusions et en continuant de plaider pour le rôle des Hommes.

L’authenticité et la dévotion de cette approche, la qualité de la direction et de la technique, font la force du film. L’intervention auprès des êtres est discrète, les mœurs animales ne sont pas trahies. Nous ne sommes pas dans le dessin animé prêtant une humanité aux animaux, ou simplement leur donnant la parole (comme le fera Martin Rosen, en leur laissant leurs préoccupations, dans La Folle escapade et Plague Dogs). Cette séance a également valeur de premier bilan dans l’œuvre d’un explorateur, traçant une philosophie, synthétisant des acquis et une expertise (sur le mode de vie des bêtes comme sur les tournures visuelles). Arne Sucksdorff était alors auteur de nombreux courts-métrages mettant en valeur la faune et les paysages de Suède. Ses principales réalisations à venir seront le documentaire El Djungelsaga/L’arc et la flûte (1957) et la fiction Le garçon dans l’arbre (1961). Des intérêts humanitaires s’ajouteront à sa fibre écologiste ; il finit sa carrière en activiste lié à l’UNESCO.

Note globale 88

Page Allocine & IMDB + Zoga sur SC

Suggestions…

Scénario/Écriture (3), Casting/Personnages (5), Dialogues (3), Son/Musique-BO (5), Esthétique/Mise en scène (4), Visuel/Photo-technique (5), Originalité (4), Ambition (4), Audace (3), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (4), Pertinence/Cohérence (4)

Note arrondie de 87 à 88 suite à la mise à jour générale des notes.

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

INCIDENTS DE PARCOURS (Romero) ***

2 Nov

4sur5  A-priori Monkey Shines a tout pour virer à la gaudriole ou au ‘nanar’. À l’arrivée c’est une jolie fantaisie philosophique marchant sur plusieurs genres et registres : thriller, comédie sarcastique, absurde sombre. La relation entre Allan et la guenon Ella (singe capucin) passe par différentes étapes insolites. Pour ce jeune scientifique subitement devenu paraplégique, elle est d’abord une alliée inespérée, en lui apportant soutien et même compréhension. C’est le seul être avec lequel il puisse cohabiter sans gêne ni contrariété (il voit à ses côtés deux femmes infectes : la bonne aigrie et plaintive, la mère possessive et frustrée), tout en ayant pas à ralentir ou s’ennuyer comme s’il s’agissait d’un animal ordinaire. Chacun se dope, lui accélère son développement, elle favorise le rétablissement de sa vitalité (énergie, ‘moral’, assertivité).

Ces facultés extraordinaires se retournent progressivement contre l’entourage (subi) d’Allan puis contre lui-même. Elles sont le résultat d’une obscure expérimentation menée en solo par Geoffrey, l’ami qui donne Ella en cadeau à Allan. Son sérum ‘d’intelligence’ (attendons quelques années et on osera inoculer la schizophrénie dans le B de luxe via L’esprit de Caïn) est un trop grand succès, avec des effets secondaires psychiques ravageurs, poussant le film vers le fantastique (ou la science-fiction viscérale type Frankenstein). Le spectateur reste longtemps seul à connaître cette réalité (avec Geoffrey), ce qui rend le déroulement plus intéressant et pousse à l’anticipation. Il s’agit alors d’avoir du répondant et le film en aura (sur le plan graphique y compris – avec les trois vues subjectives du singe la nuit, dehors : le ‘démon’ d’Allan libéré comme dans un cauchemar), malgré quelques raccourcis et la mise en suspens de certains points : si l’alliance avec Ella avait perduré, si Allan lui avait pardonné ou essayait de la canaliser, ou mieux s’il entrait dans le déni, le film aurait pu devenir autrement intéressant. Mais ici l’irrationalité d’Allan prend l’écran et cette force serait probablement compromise. L’exercice reste donc pertinent car le discours est ‘plein’ et la voie horrifique est porteuse.

Les deux communiquent à double-sens, au détriment d’Allan, du moins le croira-t-il ; certainement au détriment de son ego et de sa conscience ! Le singe le pousse à extérioriser son refoulé au propre et en propre comme au figuré ; à réveiller sa colère, ses mauvais sentiments. En retour Allan lui infuse ses désirs, auxquels Ella se dévoue avec une intensité proportionnée – c’est justement l’horreur de la situation pour Allan, obtenant la satisfaction de ses élans les plus primitifs et lointains, mais souvent aussi les plus courts ; mais cela en déléguant les gestes et sans doute le plaisir, tout en gardant la culpabilité, la honte – et éventuellement en sentant l’hypocrisie de ses souffrances. Malheureusement pour lui même les objets chéris provoquent des envies carnassières. En somme Ella est une sorte de prophétesse ‘spontanée’ pour le réveil de l’animal chez les humains ; la fin prévue devait libérer une armée de singes ‘réformés’ sur la ville. Elle a été recalée sur réclamation d’Orion, une première pour Romero dont le précédent tournage, Creepshow, avait été sans heurts malgré le label Warner Bros (avant cela le pape du zombie au cinéma était en ‘indépendant’ avec le relais de Richard P.Rubinstein).

Suivant un trope plus habituel, qui en est un peu la version chimérique et primaire, Incidents de parcours est aussi le spectacle du ‘mauvais génie’ en roue libre, dont on regrette bien vite d’avoir autorisé les gratifications contre-nature. Le choix d’un homme handicapé, aux affects réprimés et à la surface mielleuse, est excellent sur tous les plans. La construction est suffisamment métaphorique et ordonnée pour compenser les détours trop faciles des représentations. Les parallèles entre Ella et Allan sont expressifs pour le meilleur (significatif et puissant) et pour le pire (lourdeur du passage avec les dents, mais la lourdeur est une rançon du succès et pas un gage d’idiotie). Le film est typé, de son temps, bien de son ou ses genres d’emprunt, mais il tient la distance et crée une différence. Romero a pris le risque du ridicule et du premier degré, il réussit son tour avec candeur ; Monkey Shines est remarquable pour ça. Les défauts tiennent plutôt au traitement léger de certains personnages secondaires, à l’inutilité modérée des déambulations de Geoffrey – et peut-être à cette scène avec une perruche agressive, drôle d’image déjà transmise dans Freddy 2 (1985). Il faut tout de même voir que cette anecdote grotesque est fluide et ‘congruente’ dans le contexte (ce n’est pas le cas dans Freddy 2). Sur un thème comparable, il existe aussi Link (1986), In the shadow of Kilimandjaro et Sharkma (1990).

Note globale 76

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Scénario & Écriture (3), Casting/Personnages (4), Dialogues (3), Son/Musique-BO (3), Esthétique/Mise en scène (4), Visuel/Photo-technique (3), Originalité (4), Ambition (4), Audace (4), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (4), Pertinence/Cohérence (4)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

IN THE DEEP (2016) *

24 Août

2sur5  La mode du shark killer bat son plein lorsque sort In the deep, où deux sœurs en vacances au Mexique deviennent la proie de requins taciturnes (narguant les prisonnières de leur cage d’observation). Cet été 2016, il est le concurrent de The Shallows/Instinct de survie (Caullet-Serra), autre produit ‘sérieux’ dans ce domaine saturé de nanars festifs (Sharknado étant l’emblème) et outranciers (avec des propositions telles que Sharkavalanche). D’un point de vue commercial In the deep reste dans l’ombre du boule de Black Lively ; sur le plan de l’art et de l’entertainment le bilan est pauvre. Conventionnel et minimaliste, In the deep est surtout d’un manque de finesse exagéré, avec juste ses beaux horizons bleus pour compenser.

La bande-son est médiocrement pensée. Elle appuie à fond pour ‘suggérer’ la peur ou le drame lorsque tout le monde s’élance heureux vers les requins ; pour les coups de pression par la bête, on sert une espèce d’électro anxieuse tendant vers le bruitisme patraque. Le plus pénalisant est l’absence de caractère des personnages, rendant leur dignité et leur banalité ‘clean’ obsolètes. Lorsqu’ITD essaie de parler le langage des sentiments, il ne peut que créer des connivences avec de gentilles filles sans âme et des individus anormalement réceptifs ou troublés. On est bien loin d’Open Water, pingre à l’extrême (niveau barbaque) mais efficace dans sa dramatisation, grâce au focus sur le couple à la mort certaine (le label ‘histoire vraie’ venait alors décupler les effets).

Du stress pour les deux sœurs, l’oxygène à maintenir, des risques à prendre et beaucoup de procrastination dans tous les cas, voilà le triste programme. L’univers visuel est forcément limité, le champ étant à peine plus large que celui de Buried (huis-clos avec un enterré vivant). Les requins , des grands blancs (une des trois espèces dangereuses pour l’Homme, avec le requin tigre et taureau) comme dans Jaws de Spielberg, patientent en marge du bric-à-brac claustro. Ils sont là pour être aperçus avant tout, donc on psychote – ou pas, c’est le jeu du film, malheureusement inapte à faire monter la tension et surtout démuni pour raconter. La réalisation tend au lyrisme sans avoir l’épaisseur ou le cap qui magnifieraient ses efforts, ce qui donne une emphase grise, appliquée à des objets creux (comme la démence finale, petite annonce d’un sursaut qui ne viendra jamais).

Ce survival mollasson a pourtant connu une bonne réception, contrairement à The Shallows souvent raillé. Mais il est surtout consulté par un public ‘cible’ car sorti en DTV y compris dans son pays d’origine (USA). La médiocrité générale dans la galaxie des requins explique aussi cette bonne cote. Ni farce régressive ni gaudriole sensationnaliste façon Peur bleue (mais ç’aurait été aussi bien), In the deep est un show honnête et appliquée, jouant la vraisemblance et la simplicité. Il arrive à masquer ses faiblesses techniques, présente quelques beaux morceaux dont un à ciel ouvert. La passion des requins permet ainsi à Johannes Roberts de gagner des points honorifiques. En effet ses films notables suscitent des avis très partagés et majoritairement du mépris, qu’il s’agisse de The Door sorti juste avant (en 2016) ou de Stockage 24 (2012). Les autres sont simplement abandonnés à l’abysse du Z.

Note globale 40

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions… Océans + The Reef + Gravity  

Scénario & Écriture (2), Casting/Personnages (1), Dialogues (1), Son/Musique-BO (2), Esthétique/Mise en scène (2), Visuel/Photo-technique (3), Originalité (2), Ambition (3), Audace (2), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (1), Pertinence/Cohérence (2)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.