DRAGONS 1 & 2 **

29 Déc

Focus sur Dragons (2010) et sa suite, Dragons 2, sorti en 2014 et dernière production Dreamworks à ce jour.

dragons 1

DRAGONS **

3sur5  Succès du moment, critique unanime en sa faveur, public aux anges, aucun Dreamworks n’a semblé connaître un tel état de grâce depuis Shrek 2, le carton de Kung Fu Panda n’ayant en aucun cas été accompagné d’une telle reconnaissance. Rien de bien original pourtant a-priori, au final non plus : un produit lisse et assez divertissant, mais avec son truc en plus en mesure de transfigurer la donne.

Un garçon peu courageux incapable de satisfaire les exigences de la tradition en tuant des dragons va s’ouvrir à une amitié improbable. Mais pour une fois, son compagnon ne passera pas son temps à essayer de se démarquer par des facéties  »cools » ou pittoresques, tentant d’affirmer une pseudo-originalité exaspérante façon timide recyclage de dandy de la variété en crise d’adolescence prolongée.

Ainsi, plutôt qu’un énième buddy-movie misant sur les caractères antagonistes de ses deux héros jusqu’à s’agrémenter d’accents champêtres prononcés, Dragons choisit le camp de l’émotion. Et c’est lorsqu’il ne se consacre qu’à la relation entretenue par le dragon et le jeune adolescent que le film acquiert le souffle épique voir lyrique qui fait pour le reste défaut à un conte initiatique un peu surfait.

D’ailleurs, tout le reste semble délaissé, laissé-pour-compte sans le souci d’hisser son petit univers hors des sentiers battus, comme si rien d’autre ne comptait plus. Les rapports du jeune Harold avec les autres membres de sa communauté sont ouvertement balisés, que ce soit avec son père ou cette fille de son âge, d’abord farouche, ensuite alliée et seule à connaître son  »jardin secret ».

Pauvre en anecdotes au sujet de sa civilisation, plaisant lorsqu’il s’en remet à des ambitions purement foraines, Dragons évite de tergiverser pour prendre toute son ampleur lors des pics que constitueront les scènes de vol ou cette magnifique scène du combat exaltant des liens traités avec une délicatesse rare dans le domaine.

Note globale 60

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Dreamworks sur Zogarok >> Dragons 2 (2014) + Dragons (2010) + Shrek

.

.

dragons 2

DRAGONS 2 **

3sur5  En 2010, Dragons a rencontré un large succès et est considéré depuis comme l’une des meilleures créations Dreamworks. Sa suite ne démérite pas et l’identité du titre, voir de l’éventuelle franchise en devenir, en sort renforcée. C’est un spectacle sensible, intelligent, raisonnable. Toutefois Dragons manque toujours un décollage. Ses qualités sont évidentes, son ascendant sur la beauferie habituelle de l’animation (et même de ses concurrents chez Dreamworks) éclatant ; la construction est impeccable, les personnages sont travaillés. Mais l’ensemble reste conventionnel, écrasé par le politiquement correct et les angles morts sont abondants.

Dragons 2 est non-manichéen, il expose les points de vue et motivations des différents partis impliqués dans l’affaire. Il est bien ce genre de dessins animés que les enfants un tant soit peu blasés par les niaiseries dont on les abreuvent espèrent, à raison, de même que les publics plus âgés ou les spectateurs un peu exigeants. Toutefois la petite note un peu éculée sur la tolérance et l’au-delà des apparences est non seulement le fil directeur de la réflexion mais aussi sa conclusion. La mère d’Harold porte cependant toute la vertu du message : sortir des conflits mortels sans perdre l’énergie de l’activisme.

Le plaisir est réel, la séance satisfait sur le moment. Cependant, là encore, la civilisation est peu explorée et apparaît totalement interchangeable. Tout ce contexte est propre et sans accroches, mais il manque de relief. En revanche, Dragons 2 développe avec bonheur la fibre épique et surtout le versant action. Il est plus généreux que son prédécesseur, le nombre de zones arpentées se multiplie de même que les combats. Quand aux dragons, devenus des animaux domestiques mais aussi les soldats d’une armée antagoniste (ils étaient tous des ennemis dans le premier opus), le spectacle en présente des rafales.

Malheureusement Dean Deblois ne s’attarde pas assez sur cette faune et ignore son intimité au même titre que celle des humains. La grande beauté plastique du film est un atout laissé en friche : au lieu de procéder au ballet qui s’impose, Dragons 2 intègre quelques morceaux de haute voltige très froids, accompagnés de tubes moches ou mal agencés, avec effet Kavinsky du pauvre. Encore une fois, Dragons (2) dispose d’un franc capital sympathie et a les armes pour survoler la mêlée, mais il fonctionne en régime minimum.

Note globale 60

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

.

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

2 Réponses to “DRAGONS 1 & 2 **”

  1. arielmonroe décembre 31, 2014 à 14:50 #

    J’ai pas ressenti cette frustration. Pour moi ça a roulé sans problème. J’ai vus les deux avec mes enfants et tout le monde a aimé.

  2. Voracinéphile janvier 26, 2015 à 22:39 #

    Grosse série d’animation, dont j’avais surtout aimé le premier pour la fraîcheur de l’univers et un sens du spectaculaire assez bien dosé (en projection, les scènes de vol apportaient des sensations rarement délivrées dans un film pour enfants). La suite trouve de nouvelles qualités dans un certain rejet du manichéisme, mais m’a aussi crispé sur certains détails. Une sensation que je n’avais pas eu avec le premier opus. Ces gags un peu référentiels sur la classification des dragons façon pokemon par exemple. Il y a de petites touches de ci de là, qui se diluent dans un fond qui reste globalement très au niveau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :