ANAMORPH **

17 Juil

anamorph

2sur5  Ce serait une erreur de céder à la qualification d’ « amorphe » pour ce thriller, car il est plus précisément : apathique. (Unique) Film indépendant de Henry Miller (avec un casting plutôt bien fourni en visages connus même si la plupart officient surtout dans le bis), Anamorph est un essai boursouflé utilisant Seven comme modèle. La réalisation aligne quelques audaces (dont une poignée d’effets dégueulasses à la James Winams – Ink, The Frame) et mise largement sur l’ambiance, proposant à cette fin une balade dans un New York sinistre, semblé déserté ou au bord du tombeau ; et quelques outrances visuelles liées aux méfaits du tueur.

Le style se fait macabre mais coloré, est volontiers trash et se veut très dark. Ambitieux, Anamorph veut installer un univers complexe avec une thèse dont le serial killer serait le principe actif. Une marotte lui est donc confiée : l’anamorphose, fil conducteur de ses performances. Malheureusement entre deux tableaux néo-baroques lounge ou façon Francis Bacon, le programme piétine lourdement. Willem Dafoe est un joli costume pour un personnage principal sans relief. Anamorph n’est pas tant brouillon que figé, pétri par sa paresse. Il enfile mollement les scènes chocs, les spéculations obligées et les divagations ringardes sur l’art.

Il va dans la caricature sans énergie, la déployant sans se forcer mais sans l’utiliser comme tremplin. Le plus cheap est l’écriture, tout au moins celle retenue par Miller, qu’il instrumentalise à la mesure de son produit ; artificielle, berçant des passions inertes, ordonnant un mouvement clair. À l’instar de certains polars grandiloquents de seconde zone, Anamorph jouit d’une sorte de charme plombant et morne. Les personnages valent peu, leur psychologie est naine, tout est prévisible et les initiatives sont quasiment absentes ; mais l’exercice, c’est-à-dire le trajet dessiné par le tueur, est là. Il suffit de ne pas être trop présent au film, juste apprécier ses manières et s’engluer avec lui dans ses vanités tristes.

Note globale 43

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… La voix des morts + The Faculty  

Scénario & Ecriture (2), Casting/Personnages (2), Dialogues (1), Son/Musique-BO (-), Esthétique/Mise en scène (2), Visuel/Photo-technique (3), Originalité (1), Ambition (3), Audace (2), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (1), Pertinence/Cohérence (2)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :