PRÉSUMÉ COUPABLE ***

6 Jan

3sur5  L‘affaire d’Outreau a été retentissante pour deux raisons : parce qu’elle portait sur des abus sexuels sur des enfants et parce qu’elle a été un fiasco judiciaire. La seconde raison a finit par balayer la première, lorsque l’ensemble des accusés ont été acquittés après trois ans de détention. Une douzaine d’enfants n’en demeurent pas moins (reconnues) victimes et des points de vue divergents ont été émis, quoique peu relayés. Le documentaire Outreau l’autre vérité de Serge Garde et plusieurs livres ou ‘contre-enquêtes’ contestent les résultats de l’affaire. Le film Présumé coupable s’aligne sur les versions finales de l’affaire et prend, de fait, le parti des accusés devenus acquittés et donc victimes d’erreur judiciaire.

Le film est focalisé sur l’expérience d’Alain Marécaux (le seul notable parmi les accusés, pour l’essentiel des classes pauvres), l’huissier généralement perçu (après 2005) comme le principal bouc-émissaire du juge Burgaud. Un panneau d’introduction précise que ce qui vient est « la fidèle adaptation du journal écrit en détention par Alain Marécaux Chronique de mon erreur judiciaire (2005) ». L’ensemble des accusés est donc relégué au stade de figurants, le suicide de l’un d’entre eux en prison est rapporté par les mots. Le point de vue exclusif sert à communiquer l’expérience de l’injustice et son lot de traumatismes ; c’est un genre de Midnight Express en local. Présumé coupable est de parti-pris et s’il s’agit d’intox, au moins c’en est un de qualité. Il amène à ressentir la situation d’une victime lynchée par l’appareil judiciaire ; même sur les aspects les plus élémentaires, Marécaux/Torreton se trouve remis en cause, tenu pour autre chose que lui-même. Il est dénaturé et fait pervers mais aussi, plus prosaïquement, homosexuel par exemple. Il est seul dans un faux costume, la police et les médias sont bientôt braqués contre lui.

Garenq charge en toute transparence, avec quelques images authentiques des journaux télévisés pour renvoyer à la substance réelle de l’affaire (en tout cas sa première phase). La lourdeur de l’engagement sert le film, qu’il s’agisse de plaider pour cet huissier ou d’exprimer le cauchemar que représente un tel événement (dès l’ouverture, avec le choc des policiers débarquant dans la maison familiale). La prestation de Torreton y est pour beaucoup, même si la grève de la faim arrive à un moment où le pathos devient superflu (l’acteur a perdu 27 kilos par souci de vraisemblance). Présumé coupable est plus direct (et efficace) que L’Aveu de Costa-Gavras pour mettre en images la destruction d’un homme par des autorités légales. L’approche est assez manichéenne : Badaoui est une véritable baraki (ce qui toutefois n’est pas mesquin par rapport à la réalité), sa complice Aurélie a l’allure d’une junkie usée ; et surtout le juge Burgaud apparaît comme un individu froid ou se présentant comme tel (celui du réel serait plus ‘fragile’ mais tout aussi obstiné), un peu falot, interprété par Raphael Ferret au teint très pâle (l’image donnée correspond, au propre comme au figuré, à celle de son audition retransmise en direct par la télévision [le 8 février 2006], retournée dans une version assertive).

Mais c’est sans aller en profondeurs dans les profils, y compris celui de Marécaux : la concentration sur son cas reste externe et ‘factuelle’. La donne ne change que dans la toute dernière partie du métrage, pour un procès où l’affaire s’effondre assez vite. Cette fermeture est une faiblesse potentielle pour le film, même si elle est garante de son intensité et donc de son efficacité, du moins sur le moment et en tant qu’œuvre de fiction. Il y aurait encore beaucoup à dire sur l’affaire ou même sur les protagonistes, par exemple sur le parcours de vie effroyable de Myriam Badaoui. Les exactions subies par les enfants passent, comme dans les médias après les acquittements définitifs de 2005, au second plan ; pour tout ce que la reconnaissance du délire général a pu permettre d’éluder, Présumé coupable reste silencieux. Son but étant ailleurs, c’est logique, néanmoins il est difficile de sortir de la séance sans un arrière-goût mitigé ; car si cette démonstration peut sembler légitime, ses angles morts et puis simplement sa subjectivité radicale sur un dossier réel, incitent à la prudence. Garenq poursuivra dans une veine polémique (après un premier film partial lui aussi : Comme les autres sur l’homoparentalité) avec L’Enquête, portant sur l’affaire Clearmstream.

Note globale 64

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… Martyrs

Scénario & Écriture (3), Casting/Personnages (3), Dialogues (4), Son/Musique-BO (3), Esthétique/Mise en scène (4), Visuel/Photo-technique (3), Originalité (3), Ambition (-), Audace (3), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (4), Pertinence/Cohérence (-)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :