SOUTH PARK, LE FILM ****

11 Nov

4sur5 Deux ans seulement après son lancement (1997), South Park est un tel succès d’audience et d’estime (record de la chaîne câblée Comedy Central, obtentions de plusieurs prix) qu’il a déjà droit à sa consécration au cinéma. Les fans le découvrent ainsi dans la foulée de la saison 3, alors qu’aujourd’hui la 16e est en cours de diffusion. Dans ce long-métrage de 80 minutes, salué par les adeptes, la critique et même nommé aux Oscars pour sa chanson « Blame Canada », une mère-juive, celle de Kyle, en appelle à l’épuration de la vulgarité et diffuse dans tout le pays une folle quête d’aseptisation. L’élément déclencheur : Terrance et Philippe, les pétomanes dont le film  »De tempêtes en naufrages » est la provocation de trop. La cible : tous les Canadiens en général, avec leur mode de vie saugrenu, leur faciès indigne et leur sens de l’humour délétère. Un chaos en appelle un autre et l’armée américaine, Saddam Hussein, Satan, Bill Gates ainsi que l’avenir de l’Humanité toute entière seront rapidement impliqués, jusqu’à des affrontement homériques.

Les spectateurs se sont longtemps délectés des outrages des Simpson. Mais à côté de South Park, les délires des habitants de Spriegfield font pâle figure ; en matière d’irrévérence, South Park a tout balayé. Ce n’est pas par hasard que Cartman y vainc Saddam grâce au pouvoir de la vulgarité ; d’ailleurs, South Park le film ne démérite pas face à la série, puisqu’il est resté le dessin animé citant le plus de « gros mots » de l’Histoire du Cinéma. Mais les raisons de la vigueur trash ne sont pas tant là que dans l’esprit systémique des auteurs : contrairement aux Simpson, il ne s’agit pas de choisir un camp et contrairement à bien d’autres, l’enjeu n’est pas de partir en guerre. La croisade menée par les auteurs a pourtant un Graal, c’est la désacralisation, non pas des structures du réel, mais de toutes les illusions, de toutes les croyances notoires. South Park désaliène par la farce.

C’est donc une série assimilant le Monde tel qu’il est, au lieu de le lire et le réattribuer tel que chacun se le leurre. Le film s’inscrit dans cette même démarche, soucieux de dynamiter quelque chose de tangible et d’essentiel – principalement en pulvérisant des biais collectifs et exhibant leurs mécanismes. Dans Le camp de la mort de la tolérance (6.14), les créateurs pointeront les excès de la morale progressiste et relativiste ; ici, avec des parents exultant leur rage sur le Canada, ils font d’une pierre trois coups.

D’abord, c’est l’occasion de montrer comme une foule d’amalgames et de clichés peuvent servir à jouer un rôle dans le Monde (la mère de Kyle et ses sbires sans ambition trouvent l’occasion d’exister) et à réduire la complexité de celui-ci (les Canadiens sont diabolisés, leur présumée dégénérescence est globalisée). Ensuite, Trey Parker et Matt Stone osent carrément assimiler la lutte idéologique, le combat au nom de valeurs, comme le masque d’une fuite à ses responsabilités. Enfin, South Park le film nous montre des combattants de la Vérité et du Bien, des barbares lucides, qui au nom d’une conscience avertie accompliraient de sains réflexes, même lorsqu’ils foulent les limites du bienséant sur lesquelles ils s’appuient.

Cette passion à brutaliser tous les repères, tous les dogmes, devrait conduire à terme à un état d’impuissance. Au contraire, South Park et son supplément-clé tirent de leur cruauté et leur excès de lucidité une furie créatrice. L’hystérie compulsive booste ce qui pourrait n’être qu’une peinture de mœurs nihiliste ou acerbe, transformant des constats bruts de décoffrages en valse absurde et tonitruante.

Pour autant, South Park le film ne se défile pas devant les impératifs du grand-écran. Parker et Stone y ont déjà fait quelques incursions, avec le réputé Cannibal the Musical et le plus obscur Capitaine Orgazmo, sortis eux-mêmes ces deux dernières années (1997-1999), en marge de la production de la série. Ces programmes-là cependant ne se souciaient pas d’approcher le spectateur mainstream (pas plus que la série somme toute) ; et si la série a déjà son lot d’irréductibles, le défi est bien dans ce dépassement. La version cinéma multiplie ainsi les numéros musicaux, flirtant avec un kitsch limite disco et des élans plus burtoniens, des marqueurs tout à fait innovants pour South Park qui pour autant n’en perd pas de sa verve. En outre, le film tend vers le trip psychédélique (voyage de Kenny dans l’au-delà), le running-gag, est plus axé slapstick que les premières saisons. L’intégration de procédés, d’un découpage cinématographique sont troublants par rapport au rythme de la série ; néanmoins, l’adaptation est réussie, incitative pour les néophytes, autrement jouissives pour les habitués.

C’est une sorte de patchwork délirant, sans ambition arrêtée, peut-être moins percutant que la série mais néanmoins absolument libre, déviant et brutal dans ses manières : un akoibonisme festif s’en dégage à chaque plan. En même temps, le format du long-métrage contraint South Park à canaliser ses effusions ; South Park le film tire plus encore vers la gaudriole exubérante et la vulgarité radicale que la série. C’est plus carnavalesque que jamais, sans doute un peu moins acide. Aussi jouissif que la série, voir plus encore que sa moyenne tant il enchaîne les exploits comiques, le film est cependant un peu alourdi par le trop-plein de séquences chorales et  »collectors », si ébouriffantes soient-elles. Dans la foulée, de nouveaux repères sont installés, notamment la relation Saddam-Satan, pilier de la saison 4.

D’un point de vue plus technique, le film prépare l’installation des intrigues uniques, concrétisée avec brio par l’épisode-pilote de la saison 5 (Scott Tenorman doit mourir) ; dans le film comme dans la série, les créateurs ne perdent rien à se recentrer, découvrant plutôt l’occasion de faire de l’univers de South Park un puzzle, plutôt qu’une spirale désordonnée qui finirait par perdre de son sens (écueil pourtant rencontré par la saison 7).

Note globale 82

Interface Cinemagora 

Voir le film sur TagTele (+accès à la série)

Voir l’index cinéma de Zogarok

 

Publicités

6 Réponses to “SOUTH PARK, LE FILM ****”

  1. Voracinéphile novembre 15, 2013 à 19:17 #

    Oh, un monument de mauvais goût ! Un parfait condensé de la série South Park pour ma part, avec effectivement cette désacralisation par la farce (excellente formule de synthèse), notamment avec cet humour lourdingue de Terrence et Philippe. Pour le coup, je n’aime pas les épisodes qui s’y rapportent (c’est dire ce que j’ai ressenti devant les scènes qui leurs sont dédiées), mais la réflexion finalement subtile qui passe avec (vanité de chercher à épurer les arts, les comportements) justifie totalement son emploi. En plus de faire du mauvais goût trash typique de la série (oui, volonté de désacraliser, mais si en plus on peut faire dans l’agression morale, pourquoi se gêner ? XD). C’est enthousiasmant de rationaliser South Park en tout cas, au moins pour constater qu’il n’est pas un divertissement bassement amoral ou simplement parodique.
    Rarement une oeuvre aura remis tout le monde à sa place, et finalement, aura confronté d’une façon aussi crue le spectateur et sa vision du monde (et, par épisodes, sur certains dilemmes moraux). Je n’apprécie d’ailleurs pas tout dans South Park (petit constat sur mon goût pour le trash qui camoufle un certain attachement aux valeurs morales). Leur démarche est en tout cas cohérente et impartiale.
    Passage réussi au cinéma en tout cas, le film parvient à tenir sur la longueur, en se payant le luxe d’une idylle entre Satan et Saddam, dans une apothéose de ridicule communicative.

    • zogarok novembre 20, 2013 à 21:50 #

      Un attachement aux « valeurs morales ».. mais lesquelles….

  2. Voracinéphile novembre 20, 2013 à 23:58 #

    Quelle vanité de se prétendre moral…

    • zogarok novembre 21, 2013 à 00:15 #

      C’est toi qui sait ! Toi qui évolues dans ton assimilation/rejet de la moralité. Mais tu n’as pas répondu à la question, car « la morale » c’est court et infini à la fois..

  3. Voracinéphile novembre 21, 2013 à 01:37 #

    Oui, je sais. La morale, c’est surtout des règles basées sur la distinction entre le juste et l’injuste, le bien et le mal, et sensées ordonner un code de conduite et d’action, en société et pour l’individu. C’est facile à définir, de loin, en très large. Je vais prendre du temps pour répondre à cette question.

  4. Kapalsky janvier 16, 2014 à 14:19 #

    Ce qu’il y’a de fabuleux avec l’œuvre de Parker et Stone, c’est dès qu’ils investissent un sujet, le vulgaire ou le trash ne sont pas inclus pour le simple plaisir d’envoyer un doigt d’honneur aux institutions, comme beaucoup peuvent croire. Comme tu l’as si bien décrit dans ce riche article, il y’a une démarche de déconstruction intelligente dans chacune de leurs transgressions (pas si évidente dans « Orgazmo »!), surtout lorsqu’ils déclinent leur humour en musical: le brillant « Book Of Mormon » en atteste parfaitement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :