TABOU (2012) **

29 Mar

2sur5  Avec Tabou un ancien critique déjà expérimenté en tant que réalisateur sort la grosse artillerie pour une fantaisie art & essai. Le soin est très poussé, pas pour la galerie ou pour flouer, mais pour refaire son monde à l’écran, dans un esprit zen plutôt que mélancolique. Le film (portugais) est tranché en deux parties : la première avec les trois femmes dont une Aurora nostalgique et soudain communicative au seuil de la mort ; la seconde avec les colons blancs – où se trouve le passé de l’agonisante.

Par endroits le film (tout en nuances de gris, davantage que noir et blanc) ressemble à un documentaire maniéré, gardant la distance en travaillant le style et la forme, délaissant l’action et l’information pure. Dans la seconde partie les dialogues sont absents, la voix-off prend la relève pour lier et accompagner quelques élus. Les bavardages de la première semblent indiquer tout le mépris pour la parole et la prise directe, qu’ils soient travaillés en ce sens ou symptomatiques. Le film passe par des tunnels de muet et d’effacements, se livre à des divagations clipesques dans certaines impasses qu’on avait pas vu venir.

Place aux bruits, aux sons naturels ou de ‘flux’, de vie, dans la seconde portion surtout – tout est plus étanche dans la première, à la léthargie peu attractive, par opposition au flegme extrême et romanesque de la suivante. Des fantaisies lunaires sont ponctuellement transmises aux personnages (la plus voyante et enfantine est les formes animales dans les nuages) ou ciblées dans leurs expériences (les chanteurs). Des miasmes cérébraux se répandent partout – avec élégance mais sans portée, une continuité qui se passe de caractères, d’individus clairs. Un croco se faufile et grandit – running-gag sans le gag et sans la vitesse. Les adeptes de Weerasethakul et Antonioni (Le désert rouge, Profession reporter), voire de la Nouvelle Vague française, pourraient se sentir chez eux.

Note globale 49

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… À la verticale de l’été + L’Odeur de la papaye verte + Out of Africa

Scénario/Écriture (2), Casting/Personnages (1), Dialogues (-), Son/Musique-BO (3), Esthétique/Mise en scène (3), Visuel/Photo-technique (4), Originalité (4), Ambition (3), Audace (3), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (2), Pertinence/Cohérence (2)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :