POSTCARDS FROM THE ZOO **

30 Mar

2sur5  Dans son second long-métrage (après Blind pig who wants to fly), Edwin présente une jeune fille au destin atypique en deux ou trois périodes distinctes. On la voit d’abord gamine, perdue dans le zoo où elle va grandir, en compagnie des animaux. Arrivée adulte, elle ne connaît d’humains que les gardiens et les passants parcourant sa maison d’adoption. Son existence évolue alors vers d’autres collectifs, avec un atterrissage soudain aux côtés d’un magicien, puis dans un salon de massages. Quelques clients défilent vers la fin ; autant d’extraits insignifiants, accordés à l’ensemble.

Ce film indonésien sur-joue la langueur et la confiance dans l’expectative, se passant d’enjeux clairs et quasiment de scénario, voire de sens de la continuité. Son langage est visuel, part des sentiments ou d’impératifs concrets pour s’envoler vers la rêverie éveillée – avec un certain succès, le soin technique permettant à quelques instants voulus magiques d’être entendus. La fille (Ladya Cheryl) est absorbée par son paradis ‘originel’ et collabore avec le reste du monde par nécessité – toute la seconde moitié est une série d’images pendant l’intégration de façade. Ce refus placide de la vie normale, de la société, peut servir de base à de grandes rencontres, inviter à plonger dans un récit radicalement subjectif, ou même à voir la réalité avec une candeur décalée (comme dans Bad Boy Bubby).

Ici nous sommes à des années-lumières d’un tel décollage. La mise en scène refuse de pénétrer le sujet, de laisser éclore des personnages mais aussi s’épanouir des situations. Au niveau matériel et sonore, l’exercice est répétitif, surtout lorsqu’on cadre les clients du zoo. Forcément le film est quasiment sans paroles, sauf pendant une scène de consignes aguicheuse ; c’est le seul moment joyeusement trash ou racoleur (assez lâche dans le genre), contrairement à Blind pig qui allait plus vertement dans le burlesque de paumés comateux. Grâce à quelques captures auprès des animaux et à la fluidité du non-récit, on ne sent pas trop passer le temps sacrifié. Ce voyage décousu avec poussées documentaristes a été sélectionné au 62e festival international du film de Berlin (févier 2012).

Note globale 45

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… Split/Shyamalan + Moonlight/2017

Scénario/Écriture (1), Casting/Personnages (1), Dialogues (2), Son/Musique-BO (3), Esthétique/Mise en scène (2), Visuel/Photo-technique (3), Originalité (2), Ambition (2), Audace (2), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (2), Pertinence/Cohérence (-)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :