LE CONTINENT DES HOMMES POISSONS **

17 Août

 

photo-Le-Continent-des-hommes-poissons-L-Isola-degli-uomini-pesce-1978-1

3sur5  Ce titre merveilleux, c’est toute la foi aveugle du bis italien consacrée, son aptitude si singulière à oser absolument tout quelqu’en soit le goût ou les arrières-pensées. Sergio Martino est un orfèvre de ce bis italien, parmi les meilleurs. Surtout connu pour ses gialli (avec des titres en « vice » et parmi lesquels on trouve l’assez visionnaire Torso), Martino s’est aussi illustré dans le western, la science-fiction et le fantastique. Le Continent des Hommes Poissons appartient à cette catégorie.

 

Beaucoup s’attendront probablement à un nanar sympathique. Une surprise les attend. L’Isola degli uomini pesce est une série B avec des limites classiques (dans certains dialogues par exemple, dans ses moyens tout court par endroits), mais d’un niveau étonnant. En fait, en-dehors des fameux hommes poissons et de leur combinaison en plastique, tout est très respectable. Or ils ne sont qu’une toute petite composante du film.

 

Inspiré de Jules Verne et de L’Île du Docteur Moreau, Le Continent des Hommes Poissons nous offre une belle balade sur le point culminant d’une civilisation engloutie. Comme La Montagne du Dieu Cannibale et Le Grand Alligator tournés dans la foulée et avec lesquels il partage également une large part du casting, Le Continent est dopé par son exotisme. Il présente de réelles qualités plastiques grâce à ses décors naturels : plages, cavernes et paysages volcaniques. Les prises de vue se sont déroulées en Sardaigne et pour quelques-unes au Nord de l’Italie, dans une zone prisée également pour les péplums une décennie plus tôt.

 

Bien que sans temps mort, Le Continent semble bizarrement plus long qu’il ne l’est – comme souvent avec ce type de bis (ou les films anciens de façon plus générale). Certains dialogues prennent trop de place et redoublent de kitsch, mais c’est toujours au service de bonnes idées. On spécule sur la nature des mystères et ce n’est pas souvent que ce genre de produits parvient à nous concerner. En plus de l’originalité, du scénario et de la mise en scène maîtrisés, il y a aussi le casting, Barbara Bach en tête, pour mener à bien la séance. Jolie anecdote.

Note globale 57

 

Page Allocine & IMDB + Zoga sur SC

Suggestions… Bloody Bird + Le Prince du Pacifique

Voir l’index cinéma de Zogarok

 

2 Réponses to “LE CONTINENT DES HOMMES POISSONS **”

  1. Princécranoir août 17, 2014 à 07:16 #

    Vu et chroniqué ! ça sent effectivement le poisson pas frais cette affaire. Bien triste d’ailleurs de voir Joseph Cotten se compromettre dans une telle galère.

    • zogarok août 27, 2014 à 16:33 #

      Salut Princécranoir ; oui mais c’est du bon travail ! Avec un titre hallucinant, certes. Au final Martino est un très bon réalisateur, arrivant toujours à sortir du lot.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :