12 YEARS A SLAVE **

11 Fév


3sur5  À partir des mémoires de Solomon Northup, Douze ans d’esclavage (1853), ce drame historique traduit sur grand écran le sort des esclaves noirs au milieu du XIXe siècle. Northup était un « free negro », un homme noir né libre, capturé puis vendu aux esclavagistes des plantations de Louisiane.

Si on est préoccupé par le sujet, on jugera le film  »nécessaire ». C’est ce qu’il est tout au plus : nécessaire pour une cause. Pour le reste 12 years est limité et en tant qu’objet de cinéma, assez frustrant. Film à Oscars résolument conventionnel et bien-pensant, il est juste ça : un sujet illustré, décoré. Et à ces fins, Steve McQueen était un choix parfait. D’ailleurs la mise en scène est virtuose, limpide et lumineuse.

C’est bien d’elle que vient le supplément. Car puisqu’il s’agit de bien afficher la souffrance, le mieux à faire est de la rendre concrète. Steve McQueen a une façon bien à lui de montrer la souffrance des hommes : dans Hunger et dans Shame, il scanne l’environnement, ausculte le mal qui ronge. Tout éclate à la figure avec une crudité insolente. L’effet est curieux, peu poignant mais il habite l’esprit, qu’il arrive à conquérir en le meublant paisiblement. À cette manière spécifique de s’imposer s’ajoute ici la violence de séquences démonstratives, forçant le spectateur à coller son regard sur les épreuves physiques de ces hommes maltraités.

12 years a slave se distingue des grandes fresques besogneuses grâce à ces qualités esthétiques. Il demeure un produit creux et manichéen (petit précis sur la cruauté ordinaire des dominateurs), globalement sans caractère.

Note globale 58

Page Allocine & IMDB + Zoga sur SC

Suggestions… Amistad + Beloved + Django Unchained + Lincoln + Case Départ

Note arrondie de 59 à 58 suite à la mise à jour générale des notes.

.

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

3 Réponses to “12 YEARS A SLAVE **”

  1. thas février 16, 2014 à 13:04 #

    Assez d’accord. Objectifs atteint mais sauf si on est demandeur à la base, il manque quelque chose. Ca reste loin, on est pas sensibilisés. Pourtant les scènes sont puissantes mais on sort et on passe à autre chose.

  2. arielmonroe mars 2, 2014 à 17:11 #

    J’ai pas cette réserve. C’est moral et prévisible mais à côté la mise en scène est irréprochable, avec le ressentiment directement de la souffrance. Comme tu le dis je comprend pas trop la note mitigée. Pour moi c’est en partie ce qui fait la réussite et la capacité à nous émouvoir.

    • zogarok mars 4, 2014 à 23:27 #

      En marge de cette souffrance affichée au premier degré, le spectacle est très lisse, beau et lisse, trop propre et froid pour affecter. C’est une entrave sérieuse pour la puissance émotionnelle sur laquelle le récit compte énormément – à chacun de ses souffles, pourrait-on dire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :