Tag Archives: chômage

CEUX QUI TRAVAILLENT ***

26 Sep

3sur5 Focus sur un homme d’âge mûr en position de petit lieutenant de ce qu’un citoyen d’aujourd’hui doit typiquement pourfendre sans jamais vraiment gratter, éventuellement en fuyant vers l’émotion – ce que le film laisse faire à qui le souhaite. Ça y ressemble mais ce n’est pas un film social gentillet et finalement crétin mais publiquement irréprochable comme l’ensemble de ceux tournés avec Vincent Lindon (et justifiant son jeu pour le moins restreint) ou les dernières livraisons de Ken Loach (comme celle avec le vieil imbécile Daniel Blake). Il reste détaché, ramasse sans forcer la critique du capitalisme, du travail, de la mondialisation, tous vecteurs d’aliénation (sans laquelle on est hagard). Dans ce mode mineur il évite la stupidité mais aussi de répondre au sujet, sauf sur le plan moral retourné d’une façon qui deviendrait poisseuse si le point de vue livré n’était pas si ouvert.

L’humour est au diapason (il porte généralement sur l’inertie émotionnelle du type et l’indifférence ou l’égoïsme cru des gens) : l’être éclairé et bien éduqué aura ce petit rire en un souffle plein de déférence aux vertus cardinales, le ricaneur va se réjouir de tant de nihilisme cordial, celui qui se reconnaîtra dans ce personnage ou tient pour inévitable son attitude ignominieuse pourra s’esclaffer intérieurement. Ceux qui travaillent pourrait aussi flatter ces cadres sup’ souffrant de se sentir larbins AAA et redoutant d’avoir à se le faire confirmer ; plus généralement il va parler à tous ceux qui éprouvent ou redoutent le déclassement. Quand Franck se présente à un rendez-vous, il est droit et honnête, prêt à coopérer mais sans vendre davantage que sa force de travail ; or l’interlocuteur attend qu’il joue le jeu complètement ou qu’il dégage (ou les deux simultanément ?). Franck n’a pas compris qu’au bout du bout les règles éthiques n’ont réellement pas d’importance primordiale et qu’il n’a raison que sur le rayon des apparences.

Ceux qui travaillent pratique un petit jeu à la fois facile et audacieux. Facile car il se débarrasse de ses propres responsabilités avec son issue penaude ironique tout en livrant une seconde partie plus propre et rassurante. Il ne montre jamais le plus directement troublant, tout en ayant des plate-bandes et une vocation toutes-faites (et Le Couperet comme antécédent, sans comme lui donner dans le thriller). Il est pourtant audacieux car mal-aimable avec son absence de repères clairs ou de manichéisme, sa façon de pousser à l’empathie avec cet antihéros présenté comme l’homme du sale boulot nécessaire. Concrètement le film ne salit jamais son antihéros, en même temps il ne retient aucune information externe cruciale, or une grande partie est accablante. Sa maison est triste et finalement ses sacrifices pourraient ne pas valoir le coup dans l’œil du spectateur comme du réalisateur ; Franck ne fait que poursuivre une vie de labeur et de remplissages sans laquelle il est démuni et peut-être se sent plus vide et nul qu’un autre.

La thèse sous-entendue semble culpabilisante ou plutôt ne semble devoir être avouée que comme telle ; il y a de quoi se demander s’il n’y a pas plutôt une forme de fatalisme, voire une attirance envers le ‘mal’ simplement digérée. À l’instar de la famille qui aimerait mieux rester aveugle et notamment du fils cadet ingrat, consommateur débile, nous [spectateurs et citoyens ‘forcément’ indignés par les ‘dérives’ du capitalisme globalisé, par le mépris de la vie et par le sort funeste des migrants] serions tous impliqués. L’aîné, l’enfant qu’on voit le moins, est ouvertement et sans mesquinerie attiré par la violence. Pour cet héritier direct la pourriture du monde n’est pas un problème ; comme papa, il accepte ses lois sans rien états d’âme ni quelconque réflexion. Mais papa y a été contraint et s’est senti un salaud, quoique surtout à cause du monde extérieur.

La force de ce film c’est d’afficher cette solitude des ordures (très ordinaires), qui ne sont que des rouages loyaux ou des professionnels pas spécialement dégueulasses ni spécialement angéliques, en fait des gens qui s’en cognent ; justement tout le monde s’en fout ou tourne la tête avec dégoût, il faut simplement passer ce petit malaise ou le gérer avec des masques aux prétentions nobles. C’est donc presque énervant en sortie de séance car ce film n’avance à rien, veut être prêt à tout dire et ne s’attache qu’à rester dans la compassion clinique et l’expectative critique ; néanmoins il apparaît valide pendant la séance et avec le recul, grâce à cette banalisation de la monstruosité, que ses concurrents ou que les gens percevraient trop vite avec horreur ou dégoût et criminaliseraient simplement. La journée pédagogique où le terrain est privilégié au centre de décision, le métier à son seul chapeautage par la hiérarchie, compense ce flirt avec le cynisme par une louche de démagogie et d’un bon sens plus accessible ; au moins, pour une fois, la démagogie arrive avec du contenu plutôt que des postures (et le prof-émissaire n’a aucune crédibilité pour nous enseigner la vertu).

Aura-t-on avec Russbach un nouvel Haneke qui aime à se répandre froidement dans la fange en nous pointant du doigt ou en ne nous laissant en option ‘viable’ qu’à faire comme lui et dénoncer avec une morgue sinistre – ou vomir car c’était excessif ; ou bien un auteur attiré par l’ombre et qui l’assume sans chercher à poser des petites briques à l’ombre du ‘cinéma social’ qui lave de tout tant qu’on peut convertir sa matière en réflexions bien-pensantes, fussent-elles éprouvantes ? Est-ce le début d’une œuvre originale et joyeusement inconfortable nous invitant à regarder l’espèce en face, ni en la surplombant ni en la vénérant, ni même en se souciant de l’excuser ou de l’aimer trop fort ? Les deux prochains opus de cette trilogie sur l’ordre contemporain devraient y répondre : rien que la désignation de ‘ceux qui prient’ pour nos âmes apportera un signe probant.

Note globale 66+

Page IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions… Corporate + Le septième continent

Les+

  • prend un angle presque courageux
  • Gourmet parfait
  • la première partie où le monstre croit encore à lui et à ses chances
  • les dialogues et les silences
  • la maison triste

Les-

  • techniquement juste opérationnel, rien de renversant
  • la fin un peu planquée et la seconde partie plus compatible avec le consensuel et l’indignation citoyenne bien avertie

Voir l’index cinéma de Zogarok

Publicités

GOD BLESS AMERICA *** (seconde édition)

18 Sep

Nouvelle critique pour un film déjà traité il y a quelques années (première critique au bout de ce lien). C’est la première fois que je propose une ‘seconde édition’. La plupart du temps, je ne reviens pas sur les films, mais les listes de mini-critiques consacrées aux « Films Revus » pourraient à l’avenir intégrer ceux déjà critiqués. En général je n’ai ni envie ni intérêt à revoir des films pour lesquels j’ai déjà réalisé une critique, même Mini, à moins qu’ils revêtent pour moi une qualité ‘culte’.

4sur5 Quelques films me posent problème et me laissent ambivalent, souvent car ils le sont eux-mêmes ou cèdent à des bassesses sans devenir déplorables pour autant. Récemment The Square est venu gonfler cette courte liste dont God Bless America est un des membres les plus éminents. Il le reste suite à ma redécouverte où j’ai pu constater ce qui me fait accrocher et permet d’avouer et dépasser les errances et contradictions : le personnage de Franck. Même si sa démarche est idiote j’éprouve forcément une tendresse pour quelqu’un s’efforçant d’être droit, aspirant coûte que coûte à un monde propre et harmonieux, reprochant à son prochain son égoïsme par souci de la dignité humaine et non par volonté d’éteindre l’ego d’autrui pour mieux imposer (ou seulement consoler) le sien.

Ceux qui dénoncent les facilités de ce film sont évidemment dans le vrai ; ses amateurs revendiquant leur satisfaction de voir dégommées des vedettes de la télé-réalité gagneraient souvent à évaluer leurs propres compétences, y compris en matière de civilité. Pourtant je suis dans le camp de ceux qui notent plutôt haut God Bless America. Je ne l’aime pas tellement mais le trouve significatif et pertinent, en plus de fournir des héros attachants. En revanche même avec les circonstances atténuantes de la satire ou des petits moyens, la forme reste routinière voire vulgaire. Ironiquement sa laideur est cohérente avec son esprit pollué : le film se débat dans ce qu’il méprise et pour s’exprimer est tributaire des modes de son époque, auxquelles il cède avec plus ou moins de complaisance (plus dans les gunfight). D’ailleurs il est meilleur dans sa première heure en brossant un tableau rempli d’inconséquents et d’égocentriques amorphes mais criards, où les gens se font écho des ragots people et divertissements avec attardés, mais ne savent pas s’expliquer suite à une petite ambiguïté et s’en remettent alors à l’autorité (d’où le renvoi pour harcèlement supposé par une hiérarchie qui peut-être profite des peurs irrationnelles). L’absence généralisée de considération et même de responsabilité (de la part du médecin), la diarrhée de caprices combinée au respect acharné de croyances molles et de règlements inadaptés, engendrent un univers digne d’Idiocracy sans passer par la SF.

Un peu à l’image de Fight Club, c’est parce que God Bless America tape sur de bonnes cibles mais en vain qu’il me paraît valable. S’il portait un discours unilatéral, en supposant toutes choses inertes par ailleurs, il mériterait la poubelle ; s’il était simplement cette récréation trash, on pourrait le laisser s’en tirer (il n’a pas la fureur de Tueurs nés mais c’est déjà un gros défouloir, cousin sans prétention des tarantinades). En plus (et pas ‘au lieu’) de ça on voit la vanité de zigouiller les crétins – et les gens de mauvais goût ou aux opinions incorrectes selon Roxy. Les nouveaux Bonnie & Clyde commettent la même sombre niaiserie que les jeunes intellectuels universitaires du Dernier souper abattant des variétés de droitards – sauf que leur cible est beaucoup plus large et qu’ils évitent absolument de prendre le temps d’en connaître les représentants, donc de les humaniser et sentir le poids de leurs actes.

Avec son style de petite psychopathe enjouée la fille pourrait figurer dans un remake souriant de Funny Games. Son laïus d’adolescente allumée typique en guise de justification lors d’une révélation aux trois quarts du film reflète le fond du délire et éventuellement le public, ramené à la réalité d’amateur de sensations fortes gratuites et scotché dans une existence insipide. Son sentiment de supériorité et son impulsivité ne l’amènent pas à enrichir le monde. Ce qui se rapproche le plus d’une proposition pacifique et constructive n’est qu’un petit lot de références de culture populaire, comme Alice Cooper dont elle reconnaît pourtant les liens et l’influence sur ce qu’elle honnit. Quand à Franck, aux besoins de soulagement et d’intégrité alourdis par sa vie pourrie, il est toujours prompt à déballer un monologue éthique. Son logiciel est peut-être sain ou éclairé mais il est figé et extrêmement parcimonieux, donc nécessairement pauvre en bonnes réponses face à l’incohérence, la méchanceté et l’adversité. God Bless America offre donc un regard nihiliste en nous collant au point de vue de ces deux-là, avec un mélange ne conduisant qu’à plus de cynisme et au suicide social. Ça n’empêchera pas d’y trouver une espèce de manifeste légitime et en général le film reste un peu planqué dans la mesure où le public ‘adulescent rebelle’ pourrait ne pas l’entendre et où les cibles (à moins d’aimer les armes et la violence) ne seront pas au rendez-vous pour se faire vomir dessus donc riposter.

D’un point de vue strictement calculateur le film est habile et pour se tailler une réputation durable peut compter sur une niche d’edgelord et d’aliénés à mi-chemin entre conformisme malheureux et excentricité, sans compter les anars et les snobs énervés ou frustrés. Néanmoins il avait de quoi mettre dans l’embarras le monde du cinéma indépendant et ses amateurs ; et l’a peut-être davantage huit ans plus tard, où le développement de l’agenda progressiste révèle sèchement ses failles dans un supposé logiciel de gauche, qu’on aura pu lui prêter puisqu’il cogne sur l’ordre établi. En vérité ce film crée un pont entre réactionnaires, ‘social justice warrior’ et libertaires de toutes sortes et de toutes hygiènes, ce qui explique probablement à la fois son succès, la gêne et le dégoût qu’il a obtenu. Les considérations sur les enfants, leurs attitudes et leur éducation sont raccords avec l’ensemble des discours réacs, donc avec ceux des fondamentalistes ou des patriotards grotesques et haineux beuglant sur les plateaux ou à la radio.

Conclure avec un concours dégueulasse est excellent et la façon dont il est torpillé met tout au clair. Contrairement à Little Miss Sunshine on ne le gâche pas sur un mode simplement inclusif et égalitaire rejetant la compétition au nom de ses déficiences auxquelles on invente un charme et une valeur. Au lieu de cette pommade moisie nous récoltons la révélation de la vanité et futilité de cette rébellion. Chute élémentaire : on ne soigne pas la connerie en brusquant ni simplement en le désirant. Franck et son amie sont les idiots ultimes et défaitistes de cette boue. Sans contre-modèles et sans perspectives plus large que leur morale ils viennent compléter l’inanité. Bien sûr ils ont plus de conscience que la moyenne (et vont refléter les snowflake et les réfractaires communs se satisfaisant de leurs distinctions minimales), mais ils ne sont pas visionnaires. Nous sommes dans la grosse bêtise humaine et les anti-cons sont encore des demi-cons – et d’ailleurs le ‘demi’ épargné ne porte pas de bons fruits. Au moins Franck et Roxy ne seront ni des parasites ni des insulaires piégés : ils sont des météores. Comme l’aspirant aventurier d’Into the Wild, ils ont le mérite d’aller au bout de leur décrochage fou, ont des convictions entières aux répercussions regrettables mais en paient le prix et en démontrent tout : l’intégrité, l’élan fondé, la stupidité, les limites tragiques.

Je vois donc en God Bless America un film amoral par dépit. On peut le regarder avec rage, dérision, empathie. En dernière instance il raconte l’absurdité et l’impuissance de gens dans lesquels le commun des spectateurs heurté par une bêtise omniprésente pourra se retrouver, ou du moins qu’il pourra entendre. Il peut être pénible car il en vient nulle part ou dans le mur ; les solutions sont à chercher ailleurs et c’est correct, car aucune œuvre n’est mandatée pour s’en soucier. Donner à contempler cette absurdité spectaculaire dans laquelle les anti et les outragés s’insèrent malgré eux vaut toutes les prescriptions qu’une simple séance de cinéma pourrait fournir. La faiblesse persistante du film est finalement plus prosaïque : pour une ivresse radicale afin d’en finir avec ce monde qui ne leur convient (répond) pas, nos héros pouvaient mettre la barre plus haut.

Note globale 72

Page IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions…   Killer Joe + Serial Mother + Le plein de super + Caligula + Chute libre

Publié initialement le 17 septembre, repoussé le 18 au 18 pour éviter le cumul sur une journée.

Voir l’index cinéma de Zogarok

DUMB & DUMBER, LES VRAIS ET LES WANNABE **

14 Sep

DUMB & DUMBER ***

4sur5  Premier film des frères Farelly, Dumb & Dumber annonçait leur série de comédies potaches (dont la plus fameuse est Mary à tout prix) et révélait au grand-public Jim Carrey (dans la foulée de The Mask). Racontant les péripéties de deux adultes attardés impliqués dans un complot les dépassant, Dumb & Dumber laisse d’abord relativement désarmé (pas tant que le futur Amour extra-large). La volonté d’embrasser tous les registres sans assumer de tri a tendance à rendre le programme indécis hors de la vanne.

 

Mais l’inspiration des auteurs va crescendo et le génie burlesque de Jim Carrey et Jeff Daniels l’emporte. C’est le même phénomène à cet endroit : d’abord, ces impeccables idiots se montrent convaincants, mais leurs numéros sont insuffisamment brillants ou tarés dans leur genre pour les distinguer comme chez Bean par exemple – ou plutôt la petite dose de sentimentalisme et d’expectative les brident. C’est à mesure qu’ils prennent le large et se mesurent aux contingences qu’exulte leur indubitable connerie. Susciter directement l’empathie pour ces anti-héros déboussolés était probablement de trop, mais pour la sympathie c’est un succès (souvent nécessaire à accepter les bouffons de service – Jacquouille dans Les Visiteurs ne serait qu’une lourde tentative de nous dérider, s’il ne savait se rendre aimable, faire la mascotte – ou bien il faut recourir au sadisme).

 

Il y a d’abord quelques beaux coups (« un tic tac m’sieur l’agent », la station service – en bonus l’attention-ça-va-barder de la cabine téléphonique) puis un feu-d’artifice d’exploits, comme la langue collée au téléski, l’anecdote sur « Bullshit » le chien (avec ‘Boniche’ dans une autre version il reste encore le grotesque d’Harry) ou la séance de pleurs en peignoir devant Pacific Bell. Mais le meilleur reste dans les démonstrations d’inconscience pure, par exemple lorsque les deux amis provoquent le malaise fatal d’un mec (dont ils ignorent qu’ils les poursuit) en pointant sur lui un doigt rieur comme deux joyeux farceurs fiers de leur coup et d’avoir inclus un petit camarade à leur jeu. Ou encore, concernant la reconnaissance de dette qu’ils se sont inventés, leur premier degré absolu(ment à côté de la plaque), cette vision horizontale ahurie et sans la moindre aniccroche. Cette incapacité à soupçonner la moindre complexité dans quelque détail de la réalité est fascinante.

 

L’ensemble reste très tributaire d’un univers trivial, entre grimaces, pipi-caca & co : mais pipi surtout, en abondance. Dans le rayon de la grosse farce qui tâche, Dumb & Dumber est un modèle. Certaines séquences sont touchées par la grâce et les simagrées de Carrey (lorsqu’il se fantasme charismatique et irrésistible notamment) étaient vouées à devenir cultes. La suite improvisée huit ans plus tard (2003), fiasco formel, sera aussi un échec comique car elle restreint le terrain de jeu physique du tandem et minimise la démonstration de leurs illusions ridicules. La véritable suite sort en 2014.

Note globale 74

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…  My Own Private Idaho + Pretty Woman + Le silence des agneaux + La Tour Montparnasse Infernale + Mulholland Drive + Frangins malgré eux + La Fureur du dragon

Scénario/Écriture (6), Casting/Personnages (8), Dialogues (8), Son/Musique-BO (7), Esthétique/Mise en scène (7), Visuel/Photo-technique (7), Originalité (7), Ambition (7), Audace (7), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (8), Pertinence/Cohérence (4)

.Les +

  • tient ses promesses en matières grasses et en débilités de haut niveau
  • des dialogues énormes, quelques scènes mémorables
  • rires constants
  • Jim Carrey fournisseur de gifs/mèmes
  • réalisateurs empathiques malgré la farce
  • usage habile d’une bande-son qui serait simplement ridicule par elle-même

Les –

  • l’essentiel du casting est moyen/insignifiant (en-dehors des rois débiles)
  • démarrage un peu mou (20res minutes), embrouillé
  • scénario rachitique (mais efficace)

Note passée de 68 à 74 suite à la revoyure, la découverte de la suite de 2014 et à la mise à jour générale des notes. Légère extension de la critique, ajout du tableau et des +/- (janvier 2019).

.

.

DUMB & DUMBER : QUAND HARRY RENCONTRE LLOYD *

1sur5  Suite ratée du culte Dumb & Dumber qui révélait à la fois les frères Farelly et Jim Carrey, Quand Harry rencontre Lloyd dégouline de bonne volonté mais chacune de ses séquences semble constituer un nouvel aveu d’impuissance de la part de ses auteurs. Ces derniers tentent d’inventer une genèse à Dumb et Dumber, organisent leur rencontre, bref, leur façonnent un destin.

 

Pour arriver à cette fin, ils rendent les personnages directement infantiles et encore dépendants, ce qui entre en contradiction avec leur situation dans le premier film, où ils étaient indépendants et vivaient ensemble (en se montrant passablement blasés au début du métrage, point d’ailleurs assez incohérent). Naturellement c’est régressif ; le problème est dans l’incarnation. Les performances des deux substituts sont honnêtes, ils réussissent à cultiver une petite ressemblance physique avec leurs aînés. Mais ils n’ont aucune autonomie et leurs personnages sont superficiels. Avec ou sans Dumb & Dumber premier du nom, le spectateur ne peut que difficilement s’amuser avec ces deux protagonistes tant ils manquent de caractère.

 

Aussi le film est vaguement drôle par endroits, mais il endort et laisse dubitatif sur sa légitimité. Il faut que le gag soit bien corsé pour atteindre une efficacité décente : il y a donc la séquence chez les parents de la girl next door, sur le chemin du scato. C’est excessif mais achevé, plein, enfin. Sinon, ce n’est que surenchère d’enfantillages sans génie. Le doublage de Butters de South Park appliqué à Lloyd n’y change rien et les seuls moments où des échappées sont tentées renvoient à des anecdotes du premier film traduites de manière primaire (« les nanas c’est pour les pédés », piteuse continuité de la fin de Dumb & Dumber).

 

Enfin la mise en scène est anormalement cheap. L’introduction heurte autant par sa beauferie intégrale (la naissance) que les manières dignes d’un catalogue de rushes foirées de film Z. Le niveau et les manières sont en adéquation et la galerie de personnages secondaires est honteuse, à l’instar du prof arborant une gueule de clown fabriqué dans un magasin de farces et attrapes, ou encore la figure nullissime du père agent d’entretien. Quand à la mission que se donne le tandem, c’est-à-dire recruter les débiles ou infirmes divers, quelque soit la nature du handicap, elle est sous-exploitée. Troy Miller a cru qu’il pouvait délivrer un navet sous prétexte que son modèle était une comédie grasse. Il n’est pas méchant ou opportuniste, il rend même les deux personnages plus pathétiques que dans la version originelle. Il n’est juste pas dans son élément quand il fait un film aussi manifestement illégitime.

Note globale 30

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… Le Détonateur + Quand Harry rencontre Sally + Urban Legend

Scénario/Écriture (3), Casting/Personnages (3), Dialogues (3), Son/Musique-BO (3), Esthétique/Mise en scène (3), Visuel/Photo-technique (5), Originalité (3), Ambition (6), Audace (5), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (3), Pertinence/Cohérence (2)

Les +

  • quelques rires lors du passage chez Jessica
  • les deux acteurs principaux décents même si misérables en comparaison
  • les répétitions ou redites du premier opus sont un peu moins pires que le reste

Les –

  • à peu près tout est médiocre ou catastrophique

Note passée de 36 à 30 suite à une revoyure et à la mise à jour générale des notes. Ajout du tableau et des +/- (janvier 2019).

.

 Voir l’index cinéma de Zogarok