HARD CANDY **

31 Mai

3sur5 C’est moins le film à scandales tant décrié et couronné à Sundance puis à Deauvilles qu’un cumul de tours de passe-passe. Premier long du publicitaire David Slade, auteur par la suite de 30 jours de nuit et du troisième Twilight, Hard Candy a révélé Ellen Page, intervenant ici comme une chasseuse de pédophile et subtilisant plusieurs masques pour arriver à ses fins : petite gamine jouant avec le feu et exagérant son inconsistance ; jeune fille de riche sur la pente descendante, cherchant quelqu’un pour la dévaler dans l’extase ; justicière emphatique…

C’est un véritable piège masculin (la tentation précède la révélation et la sanction fait-maison) et un grand numéro d’hypocrisie. Sous les habits de la critique d’un système trop faible et d’une indignation devant ces prédateurs trop malins, Hard Candy contourne soigneusement la morale que pourtant il brandit. En vérité, c’est surtout un film indépendant féroce, sans comptes à rendre à qui que ce soit (pas même à la censure – le budget a été resserré sous le million de $ pour l’éviter). Flirtant avec le monstrueux, Hard Candy normalise ses spécimens, invitant dans une réalité sordide certes, mais coupant court à tous les fantasmes. En même temps, le film se donne comme un bijou d’exploitation, au style plutôt luxueux, au thème central et échanges musclés et affûtés ; le huis-clos n’a pas de véritable faille, sinon peut-être son opportunisme et sa relative lâcheté. Il faut dire qu’au-delà de l’étourdissement éventuel et de ses exploits (la castration), Hard Candy, si bien écrit avec sa progression par paliers, est une expérience borderline assez gratuite, avec une pointe de nihilisme amusé.

A ce titre, l’ivresse devant l’insolite est communicative ; le spectateur est violenté et confronté à la crise, convié dans l’hystérie du film alors que tout est sous contrôle de cet ange exterminateur. Il est embarqué, comme les deux collaborateurs, dans cette spirale sans retour : nous avons mis un pied dans l’engrenage, un pas en arrière laisserait exsangue, mieux vaut en finir. Ainsi le tandem ignoble est emporté par ce programme expérimental déguisé en punition normative ; elle mène la danse avec un humour noir, il finit par accepter cette fatalité en évoquant ses parcours, sa détresse même. Cette relation de bourreau-confident et de pervers-victime dégrade les deux parties engagées, tout en les épurant grâce à une confrontation si intense à la vérité de leur condition. Un choix radical, dans une enveloppe précise, habillant une philosophie étrange, faisant cohabiter conscience et empathie avec principes répressifs, masque d’instincts déréglés.

Dans le fond, la justice privée dans laquelle elle s’invite n’est qu’un argument pseudo-altruiste factice se retournant rapidement contre elle. Mais elle a choisi un coupable pour expérimenter sa curiosité morbide, étanchant cette soif malsaine à la façon d’un Dexter. Elle ne se moque pas tout à fait de vertu et a même l’honnêteté de se salir aux dépens d’une autre ordure. Et tout le deal du film est là : pousser les limites sans s’investir moralement, avec une couverture qui ne trompe personne mais implore une décision : alors on accompagne les monstres jusqu’au-bout, avec une résignation complice. Tout comme eux sacrifient leur vie et leur surface si patiemment conçue car une telle expérience est de trop. Finalement, c’est un processus de purge pour tous.

Note globale 57

 .

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC 

Voir le film sur YouTube ou Dailymotion 

.

Voir l’index cinéma de Zogarok.

.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :