BELLADONNA (ANIMERAMA) ***

11 Jan

3sur5  Animerama est une série d’anime érotisants composée de trois opus, indépendants les uns des autres. Belladonna en est le dernier morceau, sorti en 1973, officiellement inspiré de La Sorcière de Michelet (1862). Toujours produit par Osamu Tezuka (créateur de Astro Boy, du Roi Léo), personnage aussi important pour l’époque que Miyazaki vingt ans plus tard, le film est réalisé exclusivement par Eiichi Yamamoto, contrairement au second (Cleopatra) et à l’instar du premier (Les Mille et Une Nuits). Cette fois cependant, Yamamoto peut laisser libre cours à son emprunte, l’intervention de Tezuka étant réduite au minimum.

Heureusement ou malheureusement, cette opportunité reflète une situation générale tendue quand à la conception du film. Le studio Mushi Production est alors en faillite et fermera quelques mois après la sortie de Belladonna. Quoiqu’il en soit, la contrainte dope le projet dans une certaine mesure et abouti à une pièce notable de l’animation expérimentale. Pour compenser une animation réduite, Yamamoto mise à fond sur le style. Contrairement aux deux précédents films disposant donc d’une animation ordinaire, celui-ci alterne images fixes avec ou sans déplacements de caméra et mouvements conventionnels.

Et surtout, la direction artistique est radicalisée. La musique est déversée en flot continu et les aquarelles inventives se succèdent. C’est le déluge de l’Art Nouveau, mais aussi de références au tarot et d’inspirations empruntées auprès de Egon Schiele ou de peintes symbolistes comme Klimt ou Odile Redon. Dans ses quelques phases les plus sinistres, Belladonna tient du Pieter Bruegle allégé. Il y a dans le film de quoi fabriquer un catalogue largement exploitable ; personne ne prendra de tableaux issus des deux précédents opus dans son salon : celui-ci fournit la matière appropriée quasiment sans retenue.

Toutes ces caractéristiques peuvent être rebutantes pour une séance de cinéma, mais une telle expérience interpelle au moins pour sa singularité et son raffinement. Belladonna est un film très audacieux, une synthèse curieuse mais sans fausse note, avec même quelques séquences proches de l’érotico-gore et de l’Urotsukidoji fuguré. Yamamoto avait pu faire la démonstration de son génie créatif et de son culot dans le premier opus et a tout le loisir de s’épanouir ici. Les représentations sexuelles y gagnent et comme Les Mille et Une Nuits, Belladonna se montre conceptuel et percutant à la fois. Cleopatra souffrait d’une vision obèse, baignant dans une ambiance grivoise et simpliste.

Enfin Yamamoto présente ouvertement un film  »révolutionnaire », citant en conclusion l’emblématique La Liberté guidant le peuple de Delacroix. Comme dans Sweet Movie, la révolution s’effectue par le sexe ; par rapport à ses deux prédécesseurs, Belladonna va donc décidément jusqu’au-bout des engagements. Son rapport à la narration est très différent ; il lui donne une place plus claire, structure. La limite du film concerne ses répétitions dans les dessins, tandis que sa raideur est une affaire plus intime ou subjective. Globalement les Animerama auront donnés trois films notables, pionniers également, mais avec beaucoup d’angles morts.

Les Mille et une Nuits, le premier, reste le meilleur, même si Belladonna se distingue davantage grâce à son approche picturale, qui lui vaut d’être devenu l’opus retenu par l’Histoire.

Note globale 70

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Voir le film sur YouTube

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :