Archive | 19:38

APPORTEZ-MOI LA TÊTE D’ALFREDO GARCIA ***

23 Déc

alfredo garcia

4sur5  En 1973 Peckinpah donne sa version du vieux mythe Pat Garrett et Billy le Kid, quatre ans après sa Horde Sauvage. Leone avait réformé le western dans les années 1960, Peckinpah achève totalement le cadavre du western hollywoodien classique. Egal à lui-même, il enchaîne sur Bring me the head of Alfredo Garcia, road-movie enrobé par des résidus de néo-western. C’est un nouveau déferlement de violence de la part du réalisateur de Croix de fer et Chiens de paille.

Dans Alfredo Garcia, le spectateur n’a aucune attache rassurante ou figure flatteuse. Tous sont des ordures (cyniques ou antipathiques) ou alors des dégueulasses (pouilleux et petites frappes) ; du moins ceux qui existent, les autres étant des fantômes le plus souvent aliénés ou planqués. Cette vision terriblement amère cohabite avec une sensibilité immense et Peckinpah fait aimer malgré tout ces monstres ; difficile de ne pas éprouver une petite tendresse pour Bennie le salaud et Ileta, sa nouvelle amante totalement dépassée.

Avec Alfredo Garcia, Peckinpah a réalisé un road-movie post-hippie très glauque, où se présente l’illusion d’un monde serein, d’une vie saine et hédoniste, torpillée par les pulsions violentes, l’animalité d’hommes crasseux et la corruption. La loi n’existe pas et l’univers présenté par Peckinpah est un désert horizontal, étouffant et laid, avec toutefois ses zones de repos. Les tyrans organisés ont le pouvoir et les gens ordinaires sont libres de tout tant qu’ils ne sont pas à leur merci. La nostalgie et la beauté de Pat Garrett ont disparues, ici l’Ouest est sordide et rien d’autre, l’élévation et l’harmonie sont impossibles, au mieux on se trouve une bulle moche mais tranquille, mais se condamne à y mourir.

Note globale 76

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… Légitime Violence + Aguirre + Kalifornia

Voir le film

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités