Archive | 00:02

LES VACANCES DE MR BEAN ***

18 Déc

3sur5  Difficile à épargner mais impossible de ne pas céder : Les vacances de Mr Bean mériterait des notes plus élevées, ne serait-ce qu’en raison de quelques exploits de son héros. En même temps, c’est un ersatz, voir un bouche-trou. Ce film a de merveilleux atouts, le cadre et le scénario font défaut. Si la seconde adaptation officielle (troisième si on inclut Johnny English) de Bean au cinéma demeure un divertissement recommandable, c’est à 80% en raison de la seule personne de Atkinson, le reste allant à quelques idées de gags (Bean sur un lieu de tournage) et surtout leur mise en scène intelligente.

Car l’humour est visuel avant tout : il faut regarder le film, pas le survoler, sinon c’est inutile. On profite alors d’un road-movie en solo anthologique et de la rocambolesque poursuite du ticket. Le rythme est excellent et respecte le principe de base de Bean : d’un événement anodin que n’importe qui de censé expédierait en un instant, Bean crée une avalanche d’implications surréalistes. Voilà un gros abruti aberrant sans aucun recul sur ce qu’il fait ; la tête dans le guidon au figuré puis au propre ; mais à fond dans l’action ! La normopathie illusoire de Bean elle aussi fait des étincelles, ce qui engendre ses efforts de sociabilisation à contre-temps et de toutes façon hors-sujet, dans un contexte à son niveau puisque les flonflons à la Amélie Poulain sont présumés illustrer l’identité française.

Toutefois, de l’esprit boratien de Bean, on passe à celui d’une comédie outrageusement ubuesque mais aussi manquant d’ambition. Celui-ci abouti à s’enticher d’un gamin inintéressant et d’une bonne copine dévouée à Bean, pour cultiver l’aspect chaleureux et bienveillant d’une si charmante et innocente comédie familiale. Bean n’a jamais été undeground, mais le réduire à ce point aux sentiments mielleux au lieu de pousser à bout la dimension trash du personnage est un choix regrettable, sinon carrément incohérent. Des bons petits débiles aimables, il y en aura toujours ailleurs, inutile d’allez chercher une marque dont le caractère est plus élaboré pour un projet si futile. Il y a cependant de quoi amuser la galerie jusque dans les moments les plus ronflants, car le décalage du bouffon reste plus fort que sa volonté.

Note globale 64

Page Allocine & IMDB ou Cinemagora  + Zoga sur SC

Suggestions…


Voir l’index cinéma de Zogarok

Publicités