Archive | 00:08

STRANGE DAYS ****

4 Déc

4sur5  Los Angeles en 1999. Un ancien flic s’est reconverti en dealer de clips prohibés. Cette technologie illicite permet d’enregistrer des séquences vécues via l’impression des flux du cortex cérébral. Lenny Nero (Ralph Fiennes) en vend des copies permettant à ses clients de vivre dans la peau d’une autre personne le temps de la séquence. Bientôt Lenny reçoit un blackjack de la part du tueur d’une de ses amies, qui lui montre ainsi sa performance. Avec ses proches, dont Mace (Angela Bassett), il se trouve propulsé sur la piste d’un complot, manifestement de grande ampleur.

Il y a des points à remettre en cause dans le scénario, certaines justifications qui gagneraient à être creusées. Mais si Strange Days n’est pas le film de SF le plus pointu, il est l’un des meilleurs films d’action réalisés. Ses principes sont exploités avec succès dans l’optique du divertissement. Profusion et tension sont maîtres. Les personnages sont forts et le tandem Mace/Lenny vaut tous les buddy movie. Ralph Fiennes incarne un type très intéressant, à la fois  »loser » (il est souvent en faible posture par rapport à d’autres acteurs de son environnement) et brillant businessman des bas-fonds.

Le postulat du film renvoie aux charmes de la virtualité et plus spécifiquement ceux de la fiction au premier degré. Il explore ces possibilités en surface plutôt qu’en profondeur, mais sa démarche est percutante. L’ensemble demeure plus timoré qu’un eXistenZ, mais n’a rien à lui envier. Le meilleur est finalement dans la projection dystopique de Strange Days (1995), situé dans un futur très proche, offrant la vision d’un Los Angeles actuel mais gagné par la corruption et la violence.

Et surtout, la paranoia, filtre déformant en vigueur pendant toute la durée du film. Dans ce monde quasi parallèle, c’est l’infini des possibles offerts par cette technologie subversive, allié à l’insécurité sociale et physique constante, qui engendre le plus de chaos et de peur. Ce monde est dur et cynique, mais ne s’avère pas si hostile ou corrompu. Toutefois dans la situation de ces personnages loin des beautiful people, la gueule de bois induite par la réalité artificielle est particulièrement sévère et anxiogène.

Avec Strange Days, Kathryn Bigelow réalise l’un de ses meilleurs films, dont le scénario lui a été offert par James Cameron (Aliens, Titanic), son ex-mari. Son Strange Days est un spectacle outrancier, sacrifiant à quelques gimmicks traditionnels (l’explication du méchant au héros qu’il s’apprête à tuer) avec bonheur, sans corrompre son propre logiciel. Le final se permet une bonne dose de lyrisme. Il faut imaginer True Lies marié au Cinquième Elément et savoir que le résultat est plus réussi et enthousiasmant que ces deux-là. Pour l’anecdote, on aperçoit Skunk Anansie lors du concert du Nouvel an (2000).

Note globale 78

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions… Total Recall + 8mm + Old Boy + Inception + Le Cinquième Element + True Lies

Voir le film sur StreamComplet ou Full-Streaming

MBTI-Enna = Angela Bassett interprète une ESTJ, probablement 6 so sur l’ennéagramme, mais la piste du 1 n’est pas aberrante.

 Voir l’index cinéma de Zogarok

Publicités