LES AVENTURES DE JACK BURTON DANS LES GRIFFES DU MANDARIN **

11 Avr

jack burton

3sur5 Enfin un film de Carpenter recevable pour l’industrie, pour les prime time à la télévision, parfaitement tout-public ! Film d’action et d’aventures, Jack Burton dans les Griffes du Mandarin est un hommage à Tsui Hark sous la forme de Indiana Jones fluorescent (à l’époque, le cinéma asiatique n’existe pas dans la conscience collective).

S’il est violemment kitsch, visuellement, en-dehors de quelques effets spéciaux, ce film de 1986 n’a pas pris une ride. Sa photographie haute-en-couleur conserve tout son éclat. Mais si les lieux arpentés sont un régal pour l’œil, l’intérêt pour les péripéties est plus limité, surtout que l’histoire donne ouvertement dans le nanar. Le camionneur interprété par Kurt Russell est un peu ridicule sur les bords (sa confiance en soi surfaite) et aucun de tous ces faiseurs de grimace n’interpelle par sa personnalité. C’est délibéré mais la grimace et l’ironie (Russell le guerrier n’est d’aucune scène d’action) interdisent un enthousiasme plus profond.

Si le film semble détonner dans l’oeuvre de Carpenter, ce n’est qu’un a-priori : c’est par l’action que Carpenter s’est affirmé en premier (Assaut) et la comédie badass a toujours fait partie de son ADN, même si elle ne se manifeste pas du tout dans la plupart de ses métrages purement fantastiques ou horrifiques (Halloween, L’Antre de la Folie). À partir de Invasion Los Angeles, Carpenter va même signer principalement des films d’action dans ce genre. Jack Burton reste toutefois son produit le plus  »familial ».

Les coups portés à Ghosts of Mars sont difficiles à justifier quand en marge ce Jack Burton est largement salué. Il est vraisemblablement plus divertissant pour la masse et a accompagné certains lorsqu’ils étaient enfants ou ados ; sa longueur d’avance est surtout là.

Échec au box-office mais triomphe par la suite en vidéo, Jack Burton pousse Carpenter à rompre définitivement avec Hollywood. À l’exception des Aventures d’un Homme Invisible qui est son seul film vraiment oubliable, il sera donc ce cinéaste indépendant, pugnace et libre qui juste après Jack Burton exultait cette liberté dans un Prince des Ténèbres iconoclaste ou le brûlot They Live.

Note globale 61

Page Allocine & IMDB + Zoga sur SC

Suggestions…

Voir le film sur V.HD Complet

Voir l’index cinéma de Zogarok

 

Publicités

Une Réponse to “LES AVENTURES DE JACK BURTON DANS LES GRIFFES DU MANDARIN **”

  1. Voracinéphile avril 12, 2017 à 16:56 #

    Il y a un début de concept ici de ce que sera Les gardiens de la Galaxie niveau humour : des scènes clichées désamorcées par un ridicule nanar, comme le face à face final avec Russel peinturluré de rouge à lèvre ou le baiser final sabré par un gros « Non ! ». Sinon, c’est le rythme classique de Carpenter avec de sympathiques séquences (comme la visite des égoûts ou les diverses attaques des sorciers).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :