TOUT EN HAUT DU MONDE ***

15 Nov

3sur5  Cette production de la petite société Sacrebleu se distingue sur la forme et par les techniques. Tout en haut du monde est un dessin animé en aplats de couleurs, avec des contours pas soulignés. L’image interpelle à cause du style, la profusion de détails étant rare. L’habillage reflète les caractéristiques du mouvement pictural ‘peredvjniki’ (‘itinérant’ et réaliste, fin XIXe). Ce film français de Rémi Chayé (illustrateur pour plusieurs livres, a participé à la conception de Brendan et le secret de Kells et Le Tableau) suit une jeune aristocrate à la recherche de son grand-père disparu. L’action se passe en Russie en 1882 et le fil narratif renvoie à Jules Verne (Michel Strogoff).

Les caractères sont originaux. À leur égard le film est non-perfectionniste ou manichéen. Pas illusoire niveau humain, pas de victoires bigger than life. L’expédition et son contexte donnent le change en matière d’aventures et tous les lieux sont mis à profit : appartenant au passé ou au lointain (St-Pétersbourg au début, la banquise à l’issue), ils ont une saveur exotique comparable à celle dont jouait La Reine des Neiges, de façon assez kitsch et avec un programme plus artificiel. Sacha l’héroïne, malgré ses origines, descend de son piédestal sans importer de manières ou de qualités fantaisistes, sinon sa détermination, renforcée par ce premier ‘choc de la vie’. Dans la première partie elle se retrouve chez les prolos, à travailler chez Olga l’aubergiste.

C’est une battante comme la protagoniste de Mulan, sans le côté spectaculaire ; ici c’est une épopée de basse intensité, en petit groupe sans étendards ou grands prétextes. La violence et le manque de respect sont fréquents dans cette population, malgré une discipline de fond. Le film est concis, l’intrigue peu étoffée, le soin apporté suffit à convaincre voire enchanter. Pour un adulte la séance peut sonner irréprochable sans effacer une frustration diffuse à l’égard de ce manque d’approfondissement. Mais le développement est impeccable et Tout en haut du monde a sa personnalité unique. Rapporté au tout-venant de l’animation, la réussite devient éclatante. Les enfants pourront succomber à son charme sans risquer de faire fondre leur esprit comme s’y appliquent les héritiers de Shrek.

Note globale 69

Page Allocine & IMDB + Zoga sur SC

Suggestions…

Scénario & Écriture (4), Casting/Personnages (3), Dialogues (2), Son/Musique-BO (3), Esthétique/Mise en scène (4), Visuel/Photo-technique (4), Originalité (3), Ambition (4), Audace (2), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (3), Pertinence/Cohérence (3)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :