THE CRAZIES & SON REMAKE ***

27 Avr

THE CRAZIES (ROMERO – 1973) **

3sur5 The Crazies est une référence mineure et caractéristique de la série B politique, critique, pessimiste et contestataire des 70s. Elle raconte l’intervention de l’armée et la mise en quarantaine d’une petite cité, victime de la dissémination accidentelle d’une arme biologique. Evans City est en effet alimentée par une rivière où s’est crashé un avion militaire transportant un produit chimique nommé Trixie, destiné à semer le trouble chez des populations ennemies.

Pris au piège de leur fonction, les militaires sont dépassés par les événements, en proie au doute et à la confusion. Ils sont les témoins et l’expression malgré eux de « la banalité du mal » et ne savent pas s’y soustraire. Le climat est hystérique, de la colère à l’action immédiate radicale, entre les crises internes, les razzias sur les citoyens, l’insurrection et la contagion dans la ville.

Comme toujours chez Romero, c’est quelquefois un peu lourd, avec une fin ratée. Le propos politique manque clairement de vision (mais les fous ne sont-ils pas aussi ces militaires, etc), mais est alimenté par un postulat pertinent et l’évocation synthétique et pertinente des possibilités. Pour le reste, on profite des charmes de l’ultra-réalisme dopé par la crise et l’irrationalité. Néanmoins le rythme fait défaut, le scénario apparaît didactique et les idées surlignées. The Crazies est trop travaillé (d’où sa précision) et complètement déséquilibré (d’où un résultat en demi-teinte sur l’ensemble des critères).

Note globale 62

Page Allocine & IMDB + Zoga sur SC

Suggestions…

Voir le film sur Veoh & Vimeo 

THE CRAZIES (REMAKE) ***

3sur5 The Crazies de 2010 est le remake du film éponyme de Romero, petit classique diversement estimé. Il s’annonce d’abord comme une série B naïve, stylée, conventionnelle et relativement luxueuse, puis déplace les enjeux vers ceux du survival au cœur d’une apocalypse en action.

Beaucoup plus efficient et divertissant que son modèle, le film de Breck Eisner ne cherche pas les prétentions politiques, les commentaires sociaux, mais l’exercice pur ; et s’y applique avec brio. Il se place du côté des survivants, quand le premier suivait les divers camps impliqués et essentiellement les militaires.

Même si la séance est sans grande surprise pour les habitués du genre, elle se distingue par de nombreuses qualités formelles. La mise en scène est astucieuse et parfois d’un raffinement inouï sur le plan graphique (l’entrée dans la grange, l’explosion).

Note globale 67

Page Allocine & IMDB + Zoga sur SC

Suggestions… La Ferme de la Terreur

Voir le film sur StreaMafia & StreamComplet 

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :