SEANCES EXPRESS n°30

26 Mar

> Madame Doubtfire** (61) comédie US   ===> 69

> Futur Immédiat, Los Angeles 1991** (52) SF-policier US

.

MADAME DOUBTFIRE ***

3sur5  Dix ans après Tootsie (1993), Chris Columbus réalisait Madame Doubtfire. Robin Williams y incarne un homme-enfant, trop volatile et éthéré pour ne pas voir que sa femme craque ou qu’on ne peut claquer impunément la porte dans son travail. Pour rester proche de ses enfants alors que sa femme demande le divorce, le papa copain va user de ses talents de comédien et se transformer en Mme Doubtfire, une gouvernante anglaise soigneuse et affable, jamais avare d’un bon conseil.

Le film joue parfois du point de vue de ce Robin Williams naïf et chaotique, face aux figures d’autorité (souvent des femmes) ; mais surtout, il exploite à fond le personnage improbable de Madame Doubtfire et réussit les séquences de décalage où l’homme sous le costume de la mamie se révèle. Traditionaliste et assez disneyen dans l’esprit, parfois facile ou commun dans certaines méthodes, Madame Doubtfire est un film franc, doux, une vraie comédie familiale. Il ressemble très peu à Big Mamma, son beauf reboot black.

Note globale 69

Page Allocine & IMDB

Suggestions… 

.

.

FUTUR IMMÉDIAT, LOS ANGELES 1991 **

2sur5 Dans ce film de SF extraterrestre oublié, pourtant couronné du Saturn Award du meilleur film de science-fiction en 1990, les aliens font partie de la population. Le défi pour la société et pour ceux qui se retrouvent de fait  »autochtones » est de les intégrer ou de les rejeter, de les assimiler ou les broyer.

Malgré la métaphore brutale de l’immigration et le propos antiraciste, Futur Immédiat ne se laisse pas alourdir par de quelconques prétentions politiques, sociales, métaphysiques. C’est d’abord un buddy-movie (un flic accepte de faire équipe avec le premier humanoïde promu dans la police), avec le conventionnel good cop vs bad cop et la rencontre entre deux monde (la tête et les jambes, avant tout). Et naturellement, un complot à désamorcer (orchestré ici par des dominateurs extra-terrestres – les mauvais d’entre eux, cqfd).

C’est un programme finalement très classique, pataugeant même dans la seconde partie. Reste une séance amusante et une jolie histoire d’amitié. Un film policier dans un monde parallèle, par Graham Baker, réalisateur de quatre films à ce jour (dont Beowulf dix ans plus tard). Alien Nation deviendra rapidement une série d’une saison, avant que Kenneth Wilson passe les 90s à en fournir un prolongement annuel pour la télévision. Étonnant destin pour un produit sympathique mais méchamment anti révolutionnaire.

Note globale 52

Page Allocine & IMDB

Suggestions…

Voir le film sur StreaMafia

.

.

.

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :