BLIND PIG WHO WANTS TO FLY *

22 Fév

2sur5  Edwin (l’indonésien) est un réalisateur de films expérimentaux dont les productions sont relayées dans des festivals internationaux, en France et aux États-Unis. Dans son premier long-métrage, Babi buta yang ingin terbang, il prétend illustrer l’expérience de l’émigré chinois débarqué en Indonésie. Le résultat est ouvertement étrange, l’incongruité étant manifestement la raison d’être au programme. Les saynètes de quelques secondes sont nombreuses, des images d’archives (des émeutes de Jakarta en mai 1988) s’intercalent régulièrement, une tendresse gay assure les rares renouvellements ou ‘exploits’.

La temporalité est éclatée, le cadre éparpillé entre plusieurs personnages. Les dizaines de nuances de karaoké reprenant « I just called to say I love you » de Stevie Wonder servent de totem aux égarés et âmes crevées partageant l’écran. Edwin est à l’opposé du classicisme et son alternative est une collection clipesque, redondante, avec ses entractes et ses déchets. Le spectacle est souvent comique à différents degrés, jouant de ses aberrations manifestes, de ses hyper-focalisations ou du non-jugement devant des accès de démence placide (dont celui promu sur l’affiche). Blind pig se pose entre le voyeurisme distancié, le gag désolé quoiqu’hystérique et la méditation pour légume abusant des UV.

Au fond il s’agit sûrement d’une pure bouffonnerie dont les seuls efforts vont à la construction d’une muraille intello pour amortir les coups et tenir dans ses filets les experts en masturbation à perte. Edwin compile ses trucs excentriques, les connotent et attend les réactions. Ce n’est pas à jeter pour autant, ou pas tout entier : cette parade peut avoir son effet, sonner chez quelques-uns d’une façon plaisante ; elle articule quelques jolis tableaux. L’intérêt doit germer dans la subjectivité pure, Blind pig ayant tout intérêt à croiser celles de ses spectateurs, des rigolards camés aux obsessionnels de la sincérité. Au pire, l’insolite catégorique, même paresseux, diverti un peu.

Note globale 36

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Scénario & Écriture (1), Casting/Personnages (1), Dialogues (-), Son/Musique-BO (2), Esthétique/Mise en scène (2), Visuel/Photo-technique (3), Originalité (3), Ambition (2), Audace (2), Discours/Morale (-), Intensité/Implication (2), Pertinence/Cohérence (1)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :