OR NOIR **

3 Jan

2sur5  Après la bérézina de la comédie Sa Majesté Minor, Jean-Jacques Annaud est revenu vers ses valeurs sûres. Tourné en Tunisie et au Qatar, Or noir donne dans l’épique aventurier un peu old school, orientation déjà convoitée par Annaud (Deux frères ; plus tard, Le dernier loup). Les moyens sont massifs, mais les paysages resteront les plus éloquents. Comme convenu, Or noir ressemble à du Lean light dont les ambitions consistent à en mettre plein la vue et prendre des airs grandioses. Malheureusement, les sentiments semblent occuper une place secondaire tant leur façon d’occuper l’avant-scène est indistincte. La volonté de faire pharaonique est évidente mais le résultat est loin d’en imposer.

Si le contexte est engageant et le postulat de base charmant, la séance vire rapidement à l’empilage sans caractère ni sensualité. Sur le plan politique, Or noir survole les implications sans évoquer les suites ou prendre parti expressément. Le regard porté sonne progressiste scolaire amené à relativiser ses propres enthousiasmes, ou plutôt la pureté de ses origines. Dans tous les cas, la tempérance l’emporte, quoique les différences avec l’apathie honnêtement documentée soient peu évidentes. C’est que le faste et le glamour doivent pouvoir s’étendre ; pourtant leur épanouissement est si peu flamboyant, le peu de place accordé aux femmes y est pour une bonne part, l’écriture pour le reste.

L’ensemble est très mou, les dialogues abusivement convenus et le personnage principal assez navrant. Tout le long ce jeune prince (Tahar Rahim, le ‘phénomène’ d’Un Prophète) traîne sa tête de chien battu et est poussé dans des costumes pas à sa mesure ; si son altesse Auda rejette la mystique du sang et remet en question les traditions, Tahar Rahim est également assez improbable dans la peau du chef de guerre triomphant. Le véritable succès d’Or noir, c’est de pousser les anti-Ridley Scott à relativiser leurs jugements (pour Kingdom of Heaven notamment, autre film en costumes politisé lourdement mais au second degré), ou à trouver par contraste des vertus à la nouvelle vague de péplums (Troie, 300, Pompéi etc).

Note globale 44

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Scénario & Écriture (2), Casting/Personnages (2), Dialogues (2), Son/Musique-BO (2), Esthétique/Mise en scène (2), Visuel/Photo-technique (3), Originalité (1), Ambition (4), Audace (1), Discours/Morale (2), Intensité/Implication (2), Pertinence/Cohérence (2)

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :