SANCTUAIRE ***

20 Nov

sanctuaire soavi

3sur5  Vendu sur « Dario Argento présente » ce Sanctuaire sort en 1989, au moment où le bis horrifique italien s’effondre. Michele Soavi vient alors de s’illustrer avec le merveilleux Bloody Bird, une pépite formidable mais méconnue, amalgame flamboyant du giallo et du slasher. C’est un échec commercial mais la proximité avec Argento (il est plusieurs fois son assistant principal) va permettre à Soavi de poursuivre rapidement, Sanctuaire étant donc son second film. Le cinéaste sera surtout connu pour le culte Dellamorte Dellamore (1994), variation romantique sur le zombie d’une originalité et d’une poésie ahurissantes.

Sanctuaire (qui devait être un Démons 3 initialement) n’est pas au niveau de ces deux-là. C’est un film alambiqué pour rien, auquel il faut beaucoup de temps pour décoller et manquant de personnalités fortes. L’absence de héros ne fait que renforcer le manque de clarté de l’ensemble, la faute à un scénario bancal plus qu’à une quelconque opacité. Sanctuaire est cependant une franche réussite esthétique, où l’influence d’Argento plane dans la mise en scène, avec des points de vue évoquant Opera, le dernier chef-d’oeuvre de l’auteur de Suspiria. Il y aura des moments magnifiques dans cette balade et une accélération en milieu de partie, lorsque le sanctuaire se venge à grande échelle.

Les motifs occultes, le postulat de la malédiction, le décorum gothique, tout s’amalgame avec bonheur, en transcendant un vide certain. La cohérence n’est pas de mise. Le spectateur est récompensé par des visions saisissantes sur la fin, avec un côté Barker. Il y a en chemin quelques excentricités ‘rigolotes’ peu exaltantes, entre l’outrage gothique et la comédie potache (les vieux). Cet aspect est présent dans Dellamorte lui-même, mais intégré dans l’euphorie générale ; ici, c’est du bonus, comme certaines références aux zombies ou histoires individuelles dont Soavi ne tire rien à terme. Ce formalisme haut perché exerce un certain charme, malgré l’inexistence du récit ; la limite, c’est plutôt son errance et sa confusion sur les éléments manipulés.

Note globale 63

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions… Prince des Ténèbres + L’Emmurée Vivante + Macabro + Blue Holocaust + Evil Dead

Voir le film sur Cinemay (VF)

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :