ANGOISSE (BIGAS LUNA) ***

26 Oct

4sur5  Cité au début de Scream 2, Angoisse est une exception dans la filmographie de Bigas Luna, qui a habitué à naviguer entre drame, érotisme et humour noir dans un style bien à lui (jusqu’à ce que sa mort en 2013 mette un terme à sa carrière). Angoisse arbore plusieurs degrés de lecture, non pas dans son propos ou sa morale, mais bien dans sa lisibilité en tant qu’objet soumis au spectateur… puisque celui-ci partage son fauteuil avec d’autres à l’intérieur du film !

.

Pendant ses vingt premières minutes, c’est un film d’horreur typé et relativement parodique, évoluant du réalisme saugrenu (avec un de ces héros post-Psychose et une inquiétante Zelda Rubinstein) vers le surnaturel à renforts de télépathie et séquences psychanalytiques aléatoires (naïves mais soignées) ; en passant par le murder movie faisant écho aux giallo et surtout (peut-être involontairement) à TénèbresOn aime, assez sidéré par la qualité du programme ; mais on se voit mal encaisser 80 minutes ce pastiche au premier degré bizarre, virtuose (dans la forme et l’écriture), mais tellement cliché.

.

C’est alors que nous découvrons que ce spectacle aussi conventionnel que baroque est également observé par d’autres spectateurs, qui eux ont été incorporés par l’écran. Back to the 80s à part, la proximité est totale et tout le travail de la mise en scène consiste à l’amplifier, voir à flouer les repères entre les fictions et réalités à l’œuvre. Puis après dix minutes où la connexion s’opère entre le premier film (The Mummy) et ses spectateurs dans la salle ; son sinistre héros (dégoûtant et fabuleux Michael Lerner) s’introduit dans un cinéma (devant un vieux film de monstres).

.

L’affaire se complique et la mise en abyme prend tout son sens. Elle suscite la paranoïa entre les degrés et les projections ; bientôt les deux héroïnes regardent un film où les spectateurs sont décimés par un intrus ; or il se pourrait que ce soit le cas dans leur propre contexte. Simple effet de suggestion, basculement souterrain ou copycat dans l’ombre ? Pire que tout ça, ce sont les trois qui travaillent à notre insu. Les liens entre The Mummy et ses spectateurs redoublent la confusion, d’autant que les personnages perçoivent des sensations éprouvées ou provoquées à l’écran (les lentilles, les vertiges). Jusqu’au-boutiste, le geste est parfait, débouchant sur un tueur agissant en lien avec la mère du premier film, celui dont nous partageons la vue avec Patty et Linda.

.

Bigas Luna conjugue à merveille le concept animé et le divertissement ; le principe sert une expérience pure. Le timing parfait optimise l’effet (il faut que tout soit à sa place sinon l’ambiguïté serait levée) ; le procédé reste singulier et assez original pour fonctionner et surprendre encore aujourd’hui. Efficace sur le coup, cet héritier explicite de Fenêtre sur cour et voisin des films-concepts de DePalma, sera par contre d’un moindre intérêt en cas de nouvelles visions : à ces moments, l’immersion pourrait laisser sur sa faim, le film exerçant sa séduction en faisant perdre pied, or les ressorts sont ingénieux mais aussitôt consommés.

Note globale 72

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC

.

Aspects favorables

Aspects défavorables

* grand film de genre

* hommage et double mise en valeur de la relation au cinéma

(sensorielle et psychologique)

* usage de ses multiples références & cohérence du procédé

* le principe et le divertissement fonctionnent ensemble

* performances du duo Rubinstein-Lerner

* repose sur des mécanismes qui le condamne à perdre en intensité (et même en génie) lors de nouveaux visionnages

* les emphases sur le totem des yeux

.

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :