THE WE AND THE I **

24 Août

2sur5 Michel Gondry est un sacré poète et pour le poète tout est prétexte à éveiller sa sensibilité. Il relève partout les rapports humains et leurs nuances manifestes ; c’est en prenant le bus et observant des groupes de jeunes qu’il eut l’idée de The We and the I il y a une vingtaine d’années. Il remarque alors à quel point les comportements changent selon les étapes du trajet, que le climat conditionne les liens entre les personnes. Le film raconte ainsi, sur une durée synchrone, le dernier périple d’un bus avant les vacances scolaires.

Pour aboutir à The We and the I, Gondry et son équipe ont consacré trois ans au casting, les acteurs étant amateurs, à l’instar d’Entre les murs, avec lequel le film partage l’intention de plonger dans le réel pur. Tant d’efforts déployé pour de bonnes recrues certes, mais pour quel résultat lénifiant. Les personnages restent tous à la surface, les archétypes sont incomplets et se résument surtout à des quotas sociologisants (le couple gay en crise et dont les conversations n’ont aucun sens sont là). Et finalement, c’est l’un des reportages les plus pointilleux et dévoués sur de jeunes débiles mentaux communs (notamment la première heure), depuis peut-être La Haine. Ces deux-là ont au moins l’absence de substance et la grossièreté humanitaire en commun. The We and the I est tout de même plus agréable et une fois abandonné tout espoir, on ris abondamment en profitant de cette même combinaison de grossièreté et d’empirisme.

Toutefois devant la sincérité de Gondry, l’envie d’écorcher ce film est inhibée. Comme pour La Science des Rêves, même si ça cloche, même si l’absence de profondeur et de matière adulte est critique, la tolérance est de rigueur pour un produit si innocent et transparent. Les velléités et le cadre réalistes de The We and the I lui permette de toutes manières de laisser filtrer des parts d’authenticité. Sinon exceptionnellement, la VOST est obligatoire tant la VF ressemble à un canular. On comprend que les traducteurs n’aient pas pu résister à une si belle tentation de sabotage, mais en dépit de ce trollisme salvateur, sachez les gars que certains ont des sentiments pour toute chose, quand bien même elles seraient en carton. 

Note globale 47

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Voir le film sur Mania 1 & 2

 

Voir l’index cinéma de Zogarok

 

Publicités

2 Réponses to “THE WE AND THE I **”

  1. Moonrise août 26, 2015 à 21:56 #

    Vu en VO non sous-titrée, c’est déconseillé aussi, vu l’accent très marqué des acteurs (difficile à comprendre).
    J’ai eu beaucoup de mal à éprouver la moindre sympathie pour ces « jeunes débiles mentaux », à tel point que j’ai du mal à trouver le film si innocent.

    • zogarok septembre 7, 2015 à 20:48 #

      Dans ce cas c’est normal que tu n’ais pas supporté Spring Breakers. D’autres immersions par Korine, comme Gummo, sont moins innocentes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :