SLEVIN **

14 Juil

2sur5 Grâce à sa désinvolture ostensiblement machiavélique et son casting d’envergure (Bruce Willis, Morgan Freeman), Slevin est devenu un film-culte et une référence de cinéma malin et roublard. Josh Hartnett (le rebelle magnétique et tranquille de Virgin Suicids) s’y trouve embarqué dans les histoires d’un Nick Fisher, comme si ses malheurs ne lui suffisaient pas. Pris dans un umbroglio plus vaste encore que celui que croient entretenir les deux groupes mafieux avec lesquels il est au prise, Hartnett traverse cependant le film avec indifférence. Son ataraxie déclarée contribue à créer un climat surréaliste, où tout est à la fois embrouillé (pour la compréhension) et fluide (car opérationnel).

Mélange de Snatch et Reservoir Dogs, cet énième bluff pédant et désincarné à la Usual Suspects réjouit par la complexité du méli-mélo à l’œuvre, ainsi que par son caractère verbalement ludique. Cependant, Slevin reste un outil fonctionnel, passablement attractif, exerçant au mieux une fascination dialectique enjouée. Il n’est pas intriguant car les morceaux du puzzle manquant ne sont que purement soit comportementaux, soit mécaniques (quelle méthode, quelle entourloupe et quels moyens au juste – c’est tout).

Avec ses cumuls d’astuces, de chausses-trappes et de demi-vérités enchevêtrées, la masturbation scénaristique est poussée à un point où tout ça ne veut à peu près rien dire, n’est jamais fiable, ne vaut qu’en tant qu’outil. Subtil, cérébral (d’un genre exacerbé et vain, avec une tendance à ressasser et retourner des situations dans tous les sens) et lâche, Slevin est sympathique, mais totalement superfétatoire. Puisqu’il n’est qu’un jeu, il reste à distance, portant le spectateur sans jamais [chercher à] s’infuser en lui. L’arrière-plan (conflit noir/juifs) ne prend aucun relief. Le montage speed ne fait que dynamiser un manège froid, un intellectualisme langoureux. C’est un divertissement affable et artificiel.

Note globale 47

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Les répliques du film sur KaaKook

. 

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :