MOTHER’S DAY **

11 Juin

2sur5  Le nom de Darren Lynn Bousman suscite encore du dégoût auprès de ceux qui lui reproche d’avoir commis les trois premières suites de Saw. Le réalisateur a pourtant su affirmer son propre style avec Repo! The Genetic Opera, une dystopie et comédie musicale gothique aussi vulgaire que soignée. Mother’s Day a été une nouvelle réussite relative, à la fois surprise dans son genre, efficace mais remplie de défauts, entre le navet virtuose et la série B du haut du panier. Il s’agit d’un « home invasion » (sous-genre de l’horreur, proche du survival et du thriller, où un foyer est pris d’assaut par des étrangers armés – La dernière Maison sur la Gauche en est le plus fameux exemple). C’est aussi le remake d’un film éponyme de 1980 soutenu par la Troma, l’industrie à nanars furibards.

Le début est classique, bien rodé et proche du pastiche, premier degré mais avec des éclats d’humour (Addley le contre-phobique). C’est avec l’entrée de la mère des trois criminels fuyards que se dévoile l’originalité et l’essence du métrage : début d’un manège improbable avec négociations serrées et tempête à l’horizon. Et si les enfants sont tous odieux ou dysfonctionnels, c’est bien leur étrange maman le véritable monstre. Probablement choisie pour sa prestation dans La Main sur le berceau, Rebecca DeMornay exécute une performance archi-saluée (le seul atout du film pour les critiques négatives) de matriarche au tempérament déroutant, entre affirmation des valeurs morales et espièglerie, elle impose les règles du jeu, fait preuve d’un self-control à toute épreuve et de sadisme si nécessaire.

Tout au long de ce film à la tension puissante, les preneurs d’otage imposent des choix cornéliens de catégorie Saw (trente secondes pour saisir sa chance de vivre, mais à quel prix..). Le climat particulier de Mother’s Day vient notamment de ces contraintes : la pression s’exerce directement bien sûr (intrusion et menace), mais aussi indirectement, en provoquant les rapports de force, stimulant les mauvais instincts et les préférences que seul le drame peut révéler sans nuances.

En dépit de ses gages, le spectacle est plus dans l’accumulation trash que la révélation profonde sur la nature humaine dont il se prétend explicitement. Le film est limité et largement axé gadget, mais parfaitement vraisemblable dans son association de folie et réalisme ; en vérité tout ce programme est sans profondeur et ce n’est pas dans ses clichés universels mais bien dans sa concentration sur son petit laboratoire spécifique, représentatif seulement de ses protagonistes, qu’il fonctionne. La mise à nu des rapports couvés entre personnages, l’anxiété pour la prochaine minute et la sensation de nécessaire dépassement : tout cela est maîtrisé à merveille par Bousman. La séance s’améliore par paliers, en allant toujours plus vers l’explicite et en touchant, par l’action et dans l’urgence, la vérité saillante qu’elle convoite. Le réalisateur ne s’invente pas de limites et va droit au but, concoctant un film d’un pompiérisme bien à lui, laid mais vif, sensoriel quoique dégueulasse, vain et audacieux.

Note globale 52

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC

MBTI-Enneagramme = La maman est une 1w2 sp/sx, aussi excessive et reconnaissable qu’originale. Son typage Mbti est plus difficile à cerner. Signes des fonctions Si et Fe contrariées, suggérant l’ESFJ atypique ; le Ni est manifeste également (intellectuellement et moralement, le personnage semble profondément mais discrètement mené par cette fonction ; toutefois, dans son portrait formel, ses petites manies, l’emphase est mise sur le Si). Le Te est défendable mais c’est plutôt son apparence superficielle qui plane ici.

Bref, Natalie Koffin est J, certainement F, plutôt ES mais avec des valeurs internes très développées qu’elle impose sans la moindre hésitation ni ambiguïté dans son monde extérieur.  

.

Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :