OPENING NIGHT **

5 Mai

opening nights

3sur5  Tourné à la fin de la carrière de Cassavetes, Opening Night se situe entre Meurtre d’un bookmaker chinois et Gloria. Il prolonge la réflexion ou du moins la prise de position du premier, où Cassavetes condamne les studios et les assimile à des mafias, aux mauvais goûts de surcroît. Il précède son dernier film avec Gena Rowlands, son épouse et actrice fétiche, où elle campera un personnage bien plus offensif et concluant qu’auparavant, négatif voir nihiliste aussi.

Comme dans l’ensemble des Cassavetes, les personnages piliers mènent une existence oisive et plutôt bourgeoise (dans Faces en particulier), mais le tumulte un peu poisseux du Bookmaker chinois a laissé des traces. Au cœur d’Opening Night se trouve Myrtle Gordon, cinquantenaire au comportement de vieille gamine, prenant un coup sévère. Aux yeux du monde c’est une actrice de théâtre reconnue. Elle se trouve soudain affectée par la pièce dont elle est l’héroine ; trop affectée. Au rôle perturbant de cette femme confrontée au vieillissement s’ajoute la mort accidentelle d’une admiratrice devant le théâtre. La tragédie introspective va servir à Cassavetes d’hymne aux gens du spectacle, célébrant leur créativité et leurs exaltations parfois lourdes.

La réalisation est plus posée que d’habitude, avec une abondance de gros plans. Myrtle occupe l’espace en permanence. Elle a peur d’être enfermée de ce rôle, de s’y trouver trop bien : le succès qui s’annonce est violent ; être fait pour ce protagoniste de The Second Woman cruel, assassin selon ses craintes. L’humour est omniprésent dans Opening Night mais pas si sardonique que cette menace-là. Soutenue par son équipe mais chahutée, Myrtle avance néanmoins ; les interactions occupent une grande place et elle dialogue avec des personnes dont l’esprit est éventuellement étriqué ou cynique, mais plutôt clair, en tout cas péremptoire. Sous les apparences qui font tout, Myrtle est plongée dans une stricte solitude et un chaos moral.

Tout en se débattant elle tourne l’oeil dans le rétro, s’y voit plus authentique, concrètement vive, etc. Le film avance, elle s’enfonce ; elle rampe pour tenir et assumera toujours avec brio sa place lors des représentations. C’est une fausse-fuyante. Comme promis, le final marque le triomphe ultime de la pièce, une comédie lourdingue et bavarde à propos des relations humaines où la maturité est synonyme de cynisme mou et de vives angoisses. Le ton est narcissique, insolent jusqu’à un certain point, puisque même dans la damnation Myrtle et Gena Rowlands sont sacralisées. Elles arrivent finalement à assumer cette nouvelle facette, gagnant encore, sous une forme éclatante et toujours plus mûre.

Note globale 60

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions… Blow Out + Tout sur ma mère + Qui a peur de Virginia Woolf ? + Rosemary’s Baby

Voir le film sur ManiaStreaming (VOST)

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :