SÉANCES EXPRESS n°10

4 Avr

> Nowhere*** (66)

> L’esprit de Caïn** (55)

.

.

NOWHERE ***

3sur5  Sexe, drogues et solitude. Sorte de film punk sucré mais pas acidulé, Nowhere s’inscrit dans la lignée du précédent Doom Generation de Gregg Araki. Il reproduit les figurines du soap criard (intégrant des actrices de ce monde : Shannon Doherty, Rose McGowan) tout en méprisant son essence. Ce qui intéresse Araki, ce sont les ténèbres sous les ecstas. Son langage se fonde sur le goût de l’outrance et du paradoxe. Dans cette marche hystérique, des ados pressés mais surtout pas de devenir adulte se laissent dominer par leurs pulsions de vie et de mort, sans le moindre contrôle, sans chercher la nuance ni la sérénité. L’horreur, l’amour, parasites étouffés en vain même si leurs restes sont appréciés, reviennent à la charge pour gâcher la fête ou l’extase orchestrée.

Nowhere est un film psychédélique sur l’adolescence livrée à toutes les expérimentations, à la satisfaction aveugle et sans frein de ses désirs, mais également au vide existentiel. Blottie dans la vulgarité et l’effusion kitsch, elle ignore la réalité (dure en l’occurrence) du monde. La niaise Egg comme la virulente Mel vivent coupées de toute conscience, se rendant fragiles chacune à leur façon, disposées à marcher dans les pas de ceux qui les priveront de leur liberté. Cruel paradoxe, alors qu’elles mènent leur vie comme il leur plaît. Dark est le seul à s’en vouloir pour son indolence et percevoir les aspects les plus lourds, sombres et tristes de sa condition. C’est peut-être pour cette raison qu’il est le seul à voir distinctement ce tueur en série, reptile sorti de Godzilla ou du Monstre des Temps perdus, qui jamais ne s’en prendra à lui, tandis que les autres ne le voyant venir se trouvent transformés, littéralement, en cafards. Une excroissance pas plus irréelle ni surtout absurde que ceux qu’elle décime et qui l’ont créée, en lui prêtant une source extraterrestre, afin de se soustraire encore aux funestes notions de lucidité et de responsabilité.

Note globale 67

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions… Mysterious Skin + A Single Man + The Raspberry Reich + Summer of Sam 

.

.

L’ESPRIT DE CAÏN **

3sur5   Des opus de Brian De Palma, c’est l’un des moins aimés et estimés, pas forcément à tord. Dans L’esprit de Caïn, un savant fou inocule la schizophrénie (!) à des cobayes ; et notamment à son propre fils, dont nous assistons la dernière crise. En vérité, il s’agit d’un cas de personnalité multiple : cette confusion est à l’image de la dynamique foncièrement kitsch à l’œuvre dans L’esprit de Caïn.

Caricatural et même auto-parodique, ce nouvel hommage à Hitchcock (huit ans après le très conceptuel Body Double) use de procédés grandiloquents (voix-off avec léger écho pour signifier le monologue interne) et abonde dans le sens des visions oniriques, débouchant parfois sur des scènes proches du non-sens, amalgamant la narration et le délire de son schizo, John Lithgow (Trinité de Dexter). C’est du cinéma boursouflé avec plans séquences hypertrophiés et catastrophes s’avérant simples cauchemars sordides. Le film a un charme certain, renvoyant bien à son époque (le début des 90s). C’est aussi une démonstration de virtuosité, toutefois elle a quelque chose de poussif voir désuet. C’est beau mais jamais crédible, c’est (régulièrement) puissant mais ça esquive malgré soi l’émotion.

D’abord enthousiasmant, le film lasse, tout en étant ponctué de petits coups-d’éclats (la séquence avec les explications de la psychiatre, le twist – dernier plan pompé sur Ténèbres d’Argento). Malgré les performances formelles, le style est confus, d’ailleurs le principe du jumeau diabolique (désinhibé et conquérant, un peu son Pitt de Fight Club) échoue. Un DePalma mineur et caractéristique.

Note globale 55

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC

Voir le film sur Lookiz

.

.

Seances Express : 15, 14, 13, 12, 11, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1

Voir l’index Cinéma de Zogarok

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :