BAXTER ****

2 Avr

5sur5  Baxter est fondé sur un principe extrêmement original, puisqu’il met en scène, avec le courage ultime du premier degré absolu, un chien dont la bande-son transmet l’intégralité du monologue intérieur. Le bull-terrier Baxter, avec son allure ingrate mais pittoresque, permet un regard totalement étranger sur la banalité : il n’y a rien de plus exotique, fascinant, rien qui remette mieux en question le sens profond des attitudes, des pratiques ; rien de plus révélateur aussi.

Déversant ses considérations existentielles et réactions immédiates, ce chien terre-à-terre est ballotté de maîtres en maîtres, d’abord avec une femme d’âge mûre, puis un jeune couple et enfin, un enfant bien sinistre, archétype vivant de l’ingénieur psychopathe (productif, visionnaire, dominateur et dérangé). C’est pourtant de lui que Baxter se sent le plus proche. Le film opère un glissement de fond du chien observant de très loin le monde vers ce petit garçon étranger à la morale humaine, tous deux  »sans peur ni amour », observateurs orientés vers l’action et la satisfaction.

Magique et trivial, l’ensemble s’inscrit dans un registre de thriller réaliste, émaillé d’échappées fantastiques. Jérôme Boivin a réalisé un film particulièrement audacieux et surprenant. Au-delà du principe, c’est toute son ampleur psychologique qui capture intensément l’attention du spectateur. Baxter parle bien sûr de la condition du troisième âge ; des jeunes amoureux confrontés à la fin de la jeunesse et à la parentalité. Il le fait avec brio et intuition.

Il a également des allures de conte grave, avec des épreuves et des héros manichéens, ou plutôt aux fonctions manichéennes qu’ils ignorent, faibles récipients qu’ils sont. Pour mettre ce monde en marche, Boivin s’affranchit des impératifs conventionnels (c’est un reportage cruellement adulte, un peu à la Angst, où l’humanité se repent d’elle-même) et trahit les heureux repères, comme celui amalgamant l’enfance et l’innocence. Le seul recul moral qui soit inclus dans cette démonstration est une incitation mélancolique à assumer ses instincts.

Note globale 86

Page Allocine & IMDB   + Zoga sur SC

Suggestions… Barracuda + Seul contre Tous + Willard

Voir le film sur YouTube

*
Voir l’index cinéma de Zogarok

Publicités

5 Réponses to “BAXTER ****”

  1. Moonrise avril 5, 2015 à 00:37 #

    Bizarrement (ça n’a pas l’air très connu), je crois avoir vu ce film petite, sans certitude. Ça m’évoque quelque chose en tout cas.

    • zogarok avril 15, 2015 à 17:24 #

      Revois-le pour savoir à quel degré il a pu te traumatiser.
      Tes tuteurs se sont fait avoir (raconté par un chien=film innocent pour les enfants) ou ils sont carrément malveillants ?

      • Moonrise avril 16, 2015 à 22:47 #

        Je ne suis pas sûre de l’avoir vu, en fait.
        Ils pouvaient être un peu négligents par rapport à ce genre de chose cela dit, ne pas trop tenir compte de l’impact que pouvait avoir un film, reportage ou série potentiellement choquant sur un enfant.

        • zogarok avril 26, 2015 à 15:15 #

          Ca pourrais déconcerter un enfant par rapport à ce qu’il voit d’habitude, sans lui déplaire ou qu’il cerne bien en quoi le ‘Mal’ s’épanouit sous ses yeux (sauf sur la fin où c’est explicite, mais la façon dont c’est amené rend la chose assez douce).

  2. Moonrise mai 1, 2015 à 20:43 #

    Je le regarderai peut être, ne serait-ce que pour être fixée là-dessus. Ca pourrait également être une bonne découverte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :