LUCY **

26 Déc

Lucy 2014

2sur5  L‘idée que l’individu normal n’exploite que 10% de ses capacités cérébrales serait un mythe infondé. À partir de là, Besson n’a pas vraiment à respecter de quelconques vérités scientifiques et peut dérouler son délire. Lucy est un produit Besson habituel dans ses ingrédients, avec une héroïne sexy et vulgaire, des chinois à ses trousses, beaucoup d’explosions, du badass de grande surface et une photographie pimpante d’une laideur assez frontale.

À ce lourd menu s’ajoute une haute aspiration pour l’occasion : dans Lucy, Besson cherche à accéder à l’universel. Scarlett Johansson, misérable junkie au début du film, voit l’usage de ses capacités cérébrales décupler à chaque minute suite à l’ingestion forcée d’une drogue, le CPH4. Elle atteint un état de toute-puissance et développe des aptitudes surnaturelles, permettant à Besson de décupler des effets hystériques que seule la SF peut justifier.

Elle sait qu’elle mourra bientôt à cause de ces pouvoirs et se tourne vers le professeur Norman pour la conseiller – bien qu’il reste un débile sur le fond (12, 13%?), en dépit de sa thèse sur l’optimisation des capacités cérébrales de l’Homme. Des capacités allant bien au-delà du simple intellect puisque Lucy ne se contente pas de savoir lire 700 pages en un éclair, elle se distingue également par sa faculté à scanner toutes les données même intangibles d’un environnement et en livrer le compte-rendu avant même d’avoir à réfléchir. Elle en mesure de voir plus que Dieu et plus que le réalisateur lui-même.

Si nanar soit-il dans l’esprit, ce film est emprunt d’un grand sérieux et d’une haute ambition théorique. Luc Besson s’emporte dans un trip visionnaire totalement incertain voir intensément absurde, tout en essayant de se comporter en vulgarisateur. Le show est court et ultra-démonstratif, Besson ne cherche pas l’expertise ni la précision, il s’emballe sur un sujet donné et se prend à rêver sur son hypothèse.

Chez lui les chimères commencent et finissent en effets spéciaux, mais il y a bien ce flou métaphysique, cette intention de faire un film intrinsèquement révolutionnaire et complexe tout en étant parfaitement divertissant. Il introduit des défilés d’images de l’Histoire de la Terre et de l’Humanité (les instants Koyaanisqatsi/Samsara) pour montrer à quel point l’enjeu est énorme. La bullshit a le mérite de doper la vulgaire réalité et le vulgaire programme d’action. Il y aura quelques sentences pour laisser songeur et un océan de niaiseries, d’inconsistances et d’aberrations.

La petite phrase finale est d’une connerie pharaonique mais reflète à merveille cette volonté de mimer le génie intuitif. Lucy n’est évidemment pas une prophétie s’abaissant au niveau de l’homme ordinaire, tout au plus une Armée des douze singes façon beauf illuminé. C’est un film bourrin et sympathique, où Besson joue sur un fantasme géant avec ses armes puériles. C’est du temps perdu mais on ne s’ennuie pas. C’est aussi le plus gros succès français à l’étranger, détrônant Taken 2.

Note globale 47

Page Allocine & IMDB  + Zoga sur SC

Suggestions…

Luc Besson sur Zogarok >> Lucy (2014) + Jeanne d’Arc

 Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

3 Réponses to “LUCY **”

  1. princécranoir décembre 26, 2014 à 16:14 #

    Critique jubilatoire qui me donne une furieuse envide prendre à mon tour une dose de CPH4 ! Ce qui me fait le plus mal, en fait, c’est de voir « la Grande Illusion » ramené au même niveau que cette Lucy. Une victoire posthume pour Goebbels

    • zogarok décembre 29, 2014 à 21:34 #

      C’est pas cool pour Joseph qui serait probablement mécontent d’être rapproché d’un simple libéral comme moi : et encore, dévoyé même à ce niveau !
      Et c’est à niveau mais avec tout de même une légère différence : j’ai mis 47 à Lucy vs 44 pour La Grande Illusion 🙂

  2. Moonrise décembre 26, 2014 à 17:01 #

    Bof, je ne dirais pas que le fait d’être sceptique envers la Grande Illusion a tant à voir avec l’adhésion du nazisme, d’autant plus si on remet le film en perspective.
    Le film est sorti en 1937, alors que l’Allemagne envahissait l’Europe et que celle-ci était trop obnubilée par son souvenir négatif de la guerre de 14 pour réagir. On a vu à quoi ça a abouti : la France qui abandonne, qui collabore, trop craintive pour lutter. Dans ce type de contexte en particulier, émettre des réserves vis-à-vis du pacifisme (que je ne condamne pas, au contraire ; et je n’ai pas vu le film) peut être salutaire et ça n’a rien à voir avec de la censure.

    Pour Lucy : j’ai trouvé ça vraiment stupide, et je necondamnerai pas la pierre à ceux qui le voient comme un nanar XXL. Parce que c’était drôle. Le blockbuster décérébré et stupide par excellence. Même si c’était vraiment très divertissant, je serais plus modérée que cette critique cependant, parce que c’était parfois tellement stupide qu’on a du mal à y croire au niveau le plus superficiel. Tout en ayant ce verdict, j’ai un peu du mal avec le fait qu’il soit de si bon ton de cracher dessus. C’est une cible facile.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :