ANTICHRIST ***

25 Déc

antichrist Lars von Trier

4sur5  Lars Von Trier est ce genre de cinéastes cherchant à heurter le spectateur, pour qui le pire est de susciter l’indifférence ou des points de vue mitigés. On peut toutefois sortir dubitatif des Idiots ou du Element of Crime, assommé par Epidemic ou Dogville, saoulé des turpitudes de Bjork dans Dancer in the Dark. Oui, les provocations de ses films peuvent laisser de marbre.

Et puis il est venu le temps, après un énième produit de malin (Le Direktor) où Lars a travaillé pour la beauté, pas juste pour des discours ou fanfaronnades mentales quelconques. Engagé dans Breaking the Waves, le Lars sophistiqué s’accomplit dans Antichrist puis Melancholia – avant un retour à la provoc pure puis la photo quelconque sur Nymphomaniac. Résultat d’une dépression, Antichrist est le seul film de Lars von Trier pour lequel il est quasiment inimaginable de sortir indemne. Dévasté par la perte de son enfant, un couple (par Willem Dafoe et Charlotte Gainsbourg) y engage une thérapie dans un petit chalet isolé en forêt. Assaillis par des réminiscences intolérables et jouets d’une Nature « église de Satan », ils s’intoxiquent de sexe.

Exposé à Cannes, Antichrist suscite d’énormes polémiques en étant accusé de misogynie, un des crimes ultimes de l’époque et dans les milieux d’intellectuels paresseux encadrant de leurs lunettes mondaines les créations culturelles. En dédiant son film à Tarkovski (Stalker, Solaris) dont il s’inspire ouvertement, Lars Von Trier est également accusé d’utiliser ce dieu du cinéma pour donner du crédit à ses horreurs. Lui reprocher de travailler sur son cadavre serait plus approprié, car l’ambition de Von Trier est d’aboutir à un grand spectacle mystique, tenant un peu de ce que lui comme l’immense majorité des cinéphiles prêtent au Miroir de Tarkovski.

Le symbolisme utilisé par Lars Von Trier est assez incertain, le contenu manifeste et implicite sans doute insuffisamment dégrossi. Le trop-plein d’inspirations et de pistes secondaires laissées béantes peut entamer le crédit de l’oeuvre en lui donnant des airs surgonflés inutiles. Toutefois ces effusions participent de la mise au point d’une œuvre visionnaire dérangée mais accomplie. Cette fougue jusqu’au-boutiste fait d’Antichrist un film assez remarquable, car c’est celui d’un auteur saisissant ses démons et ses obsessions les plus profondes pour en faire l’objet de sa création. Dans Antichrist, Lars cède probablement à certaines facilités, mais il n’est pas dans la posture ou le déguisement et s’il voulait l’être, il se trahi.

Il accouche d’un monstre à sa hauteur et ce devrait être l’un des buts ultimes de tous les créateurs. Cet allez-simple absolutiste ne serait pas si convainquant sans les qualités plastiques inouïes à l’oeuvre. Le lyrisme d’Antichrist frise volontiers avec le grotesque ou le pseudo-classicisme exubérant : et ça fonctionne car toutes ces images et ces représentations sont habitées par des passions violentes (et régressives) et orchestrées par un système propre au film, nourri de références religieuses ou métaphysiques parfois fabriquées pour l’occasion. Lars Von Trier est dans un registre comparable à du Dreyer (La Passion de Jeanne d’Arc) devenu agressif, éventuellement du Bergman (Persona, Le Septième Sceau) transformé en annonciateur de la fin des temps.

Note globale 76

Page Allocine & IMDB   + chronique Zoga sur SC

Suggestions…  Martyrs + Audition + Funny Games   

Voir le film sur YouMoviz 

.

Lars Von Trier sur Zogarok >> Nymphomaniac 1 & 2 (2013) + Melancholia (2011) + Antichrist (2009) + Le Direktor (2006) + Manderlay (2005) + Five Obstructions (2003) + Dogville (2003) + Dancer In the Dark (2000) + Les Idiots (1998) + Breaking the Weaves (1996) + Europa (1991) + Medea (1988) + Epidemic (1987) + Element of Crime (1984)


Voir l’index cinéma de Zogarok

.

Publicités

2 Réponses to “ANTICHRIST ***”

  1. Rollcy janvier 7, 2015 à 11:14 #

    Lars Von Trier a réalisé une série absolument culte par le passé (de 1994 à 1997)
    « L’Hôpital et ses fantômes » (Riget)
    Humour décalé, surréalisme, etc.
    Après, j’ai vu de lui « Breaking the waves » et je me souviens avoir littéralement dégueulé de dégout dans la salle de ciné en voyant ce film…
    j’ai ensuite pourtant suivi ses productions de loin en loin mais il m’a tristement semblé que le bonhomme avait déjà tout dit depuis belle lurette…
    Le fait de réaliser des films choquants est souvent une façon de déguiser un manque profond d’inspiration. C’est facile de choquer. La saloperie humaine, on n’en fera jamais le tour…

    • zogarok janvier 13, 2015 à 20:53 #

      Je ne sais pas si c’est vrai, en tout cas Melancholia me semble pas concerné. Pour Antichrist en revanche je peux concevoir qu’on y voit de la provocation gratuite, Von Trier n’a aucune pédagogie et la refuse. Dans les deux cas ça me semble au-delà de la saloperie humaine et, justement, de l’humain. Pour Breaking the Waves il y avait davantage de ça. Je n’ai pas du tout aimé cet opus là. Concernant la série j’en ai toujours rien vu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :