MALÉFIQUE **

16 Juin

maléfique

3sur5  Etrange démarche de la part de Disney. Dans cette conversion en film live de La Belle au Bois dormant, les studios donnent l’avantage à Maléfique, la méchante sorcière. Si l’ensemble se veut fidèle dans les grandes lignes à la version animée de 1959, Maléfique n’est plus la même. Jamais Disney n’avait donné ainsi la part belle au monstre, ni ne s’était engagé à le sonder, à le pardonner et finalement à le réhabiliter – bien sûr, en rangeant sa malveillance au placard, mais là encore, avec des nuances.

 

Sur le plan graphique, le premier film de Robert Stromberge est une curiosité et une franche réussite. Le royaume des humains et celui de la forêt sont le théâtre d’une symphonie merveilleuse, où la vitalité immuable des décors écrase celle, plus grossière, des personnages. Maléfique est resplendissante et joue sur plusieurs tableaux. À certains moments, elle ressemble à une reine pop en extase, notamment lorsqu’elle s’invite à la cour du Roi. Puis la sirène narcissique devient un Satan taciturne, rongé par les remords et la culpabilité, intégrant une dimension adulte à sa sensualité débordante.

 

Co-produit par Angelina Jolie qui incarne Maléfique, le film invente des origines et une histoire à la créature. Si elle ne croit pas à « l’amour sincère », c’est en raison de la trahison et de la privation qu’elle a subi. Un événement traumatique comparable à celui de Karaba dans Kirikou et la Sorcière (arracher les ailes ou planter un pic) justifie l’essentiel de sa transformation, elle qui fut au départ une gardienne pacifique et dévouée. Au contraire de la méchante du dessin animé, à la malveillance intrinsèque et donc sans justificatif, Maléfique traîne sa malfaisance comme un boulet. Elle tache de dominer ses démons et même, souhaite réparer le Mal qu’elle a répandu – Mal dont elle est responsable mais par passion et non par appétit sordide ou mesquinerie gratuite.

 

Autour d’elle, les personnages sont dégonflés. Les représentants du Bien standard échouent à résolver les situations inattendues ou complexes. Conformément à ce qui s’annonçait avec la mise en avant de l’ange noir, Disney prend le parti du méchant. Il banalise les postures manichéennes, ridiculise les ennemis du Mal en prenant acte de leur manque de substance : autrefois ce manque était là, à force de sentiments mielleux et convenus ; aujourd’hui, il participe consciemment au processus de création. Et de même, le  »méchant » est le plus humain, à la fois plus magnétique et plus profond que tous les autres protagonistes.

 

Maléfique va donc beaucoup plus loin que les précédents show où un méchant s’avérait admirable ; et surtout Maléfique ne rend pas son méchant plus charismatique et stimulant par inadvertance. C’était le cas par exemple pour Cruella par Glenn Close dans Les 101 Dalmatiens, personnage puissant et travaillé (mais chargé négativement, à l’époque), face à un cortège de gentils au tempérament plus lisse, limité ou traditionnel. Faut-il se réjouir de cette distanciation éprouvée par Disney sur ses propres modèles ? Elle confirme en tout cas, après La Reine des Neiges, l’abandon d’un certain absolutisme, de ce qui rendait son geste si pur et assuré. Autrement dit, Disney est une église en pleine crise identitaire. Voici venu le temps de la tempérance, où on accepte son impuissance à corriger le Monde et affine son idéal.

Note globale 61

 

Page Allocine & IMDB + Zoga sur SC

Suggestions…

 Voir l’index cinéma de Zogarok

 

 

Publicités

4 Réponses to “MALÉFIQUE **”

  1. Voracinéphile juin 16, 2014 à 00:36 #

    Globalement de cet avis moi aussi. Le développement de Maléfique fonctionne plutôt bien (de même que son évolution sentimentale). Le roi est le seconde personnage intéressant du film, mais hélas, il est trop éludé. Il y avait pourtant matière à faire un portrait plus nuancé, qui aurait apporté davantage de psychologie dans ce cru inhabituel pour Disney, mais à sa déchéance dans la paranoïa et la crainte d’être révélé au grand jour, on préfère les frivolités dans la forêt des Landes ou les farces de Maléfique auprès des 3 marraines. Certes, la direction artistique est là, mais on aurait espéré davantage. De même que cette petite tyrannie de Maléfique (pendant l’explosion de sa colère) sur les autres créatures du royaume des Landes qui semble sans aucune conséquence.
    Je n’insisterai pas sur la séquence bisou, monument de provoc de la part de Mickey ^^

    • zogarok juin 16, 2014 à 14:22 #

      Oui les autres personnages sont sous-exploités ; tout comme de nombreux pans de l’intrigue sont délaissés ou traînent là, sans contribution valide. Le film est largement perfectible. L’enthousiasme de « l’audace » a peut-être pas mal flouée la concrétisation.
      Maléfique est le véritable appui de la petite Princesse face aux trois fées, présentées comme stupides. La transgression est complète.

  2. dasola juin 16, 2014 à 17:58 #

    Bonsoir Zogarok, tu me donnerais presque envie d’aller voir le film, a priori, cela ne me tentait pas du tout et j’ai lu des critiques très moyennes. Comme quoi… Bonne soirée.

    • zogarok juin 18, 2014 à 12:07 #

      Il faut y aller si le personnage d’Angelina Jolie nous inspire a-priori. Le reste est, délibérément (?), pas à la hauteur (personnages peu affirmés ou échouant dans leur vocation).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :