LE SOCIAL-LIBÉRALISME DU PS : RENONCEMENTS & PRÉLÈVEMENTS

6 Mar

On sait que le Parti Socialiste français n’a de socialiste que le nom. Et c’est tant mieux ; pourquoi espérer de lui une telle posture ? Celui qui attend tout d’un ordre supérieur a renoncé à lui-même ; celui-là ne mérite pas d’être secouru, il lui faut d’abord retrouver une exigence, ou quitter la scène sans prendre en otage la Société au nom de ses humeurs hagardes, de son refus d’éclore, de sa passion de régression.

Mais ce Parti Socialiste n’est pas non plus « social-démocrate », comme le claironnent tous les ahuris déculturés. Il est social-libéral, par défaut plus que par conviction, parce que s’il s’écrase devant la droite économique, celle qui dérégule et entube des foules de petits rentiers, d’indépendants et micro-entrepreneurs qui sont simplement la chaire électorale d’un corps que des harpies comme Copé autopsient en ce moment.

Il tente encore de s’en distinguer, outre par sa brigade des mœurs aux subtilités déjà largement tombées en désuétude, par quelques élans de générosités improvisés et à courte-vue ; parfois même, quelques bouffées antilibérales obnubilent cette sinistre équipe, à l’instar de ces 75% de taxation aux grosses fortunes. Naturellement, nous savons que personne ne mérite intrinsèquement la fortune d’un Johnny Halliday ; parce qu’il n’y a pas un homme qui ait tellement de valeur ou dont les contributions soient suffisamment imposantes pour mériter une telle déférence.

Mais c’est là qu’est le grand malentendu. Au lieu de fabriquer des ennemis dans la maison, nous devrions en faire des moteurs dont nous serions fiers ; peut-être que ces moteurs n’ont pas de raisons fondamentalement altruistes, mais eux détiennent un potentiel qui pourrait trahir notre neurasthénie. On dit que les États n’ont plus de pouvoirs et que c’est mieux ainsi, que la raison c’est d’admettre que l’économie a l’ascendant. Soit ; dans ce cas, où est le pragmatisme dans la taxation des super-riches, alors que dans le même temps, l’État n’engendre plus rien. Aucun substitut, aucune initiative.

Pourquoi ne pas chercher à instaurer une interdépendance, plutôt que de déclarer la guerre à ceux dont notre dynamisme dépend ? Le gouvernement social-libéral est incapable de restaurer une vitalité à la France, que ce soit par une planification économique ou par la remobilisation de ses forces ; alors par compensation, il exhibe des réflexes archaïques et délirants mais qu’il n’assume même pas, puisqu’ils s’ajoutent à une logique de soumission et de trahison.

Sur-taxer les multinationales, c’est légitime. Sur-taxer des individus aux revenus exceptionnels, c’est toxique, c’est  »antilibéral » au sens strict (originel, du libéralisme philosophique) et au sens élargi (du libéralisme de droite économique et du néolibéralisme, réactionnaire ou pas, qui en ces heures gagne la partie). Que ces entrepreneurs chanceux ou ces stars méritent ou pas leurs salaires ; ici nous entrons sur le terrain des valeurs et chacun peut arguer de sa petite conscience, ça ne compte pas pour le bien commun.

Ce qui compte, c’est de rendre la France et ses enfants qui  »réussissent » interdépendants. Ça ne tient pas en quelques réformettes onéreuses et généreuses ; c’est l’affaire de plusieurs années où la classe politique visible se consacrerait à se réapproprier une marge de manœuvre, et où la France reprendrait conscience d’elle-même. Ce n’est pas quelques entreprises qu’il faut promettre de « nationaliser » ; c’est la France qu’il faut récupérer, c’est elle le matériau.

Que tous les autres engagements soient tenus ou pas n’a aucune espèce d’importance. Ce ne sont que des diversions ; et dans notre contexte éclaté, où tout n’est que confusion, ces diversions peinent chaque jour un peu plus à faire illusion, parce qu’elles sont indissociables de la logique de compensation communautaire qui fait tenir le Parti Socialiste et lui assure une clientèle. Voilà comment notre Obama bedonnant est devenu le leader d’une « gauche américaine » de la pire nature qui soit. 

Publicités

4 Réponses to “LE SOCIAL-LIBÉRALISME DU PS : RENONCEMENTS & PRÉLÈVEMENTS”

  1. arielmonroe mars 10, 2013 à 10:32 #

    Je me disais aussi que « social démocrate » n’était pas correct pour ce qu’il était. Pour moi un social démocrate c’est plus les radicaux du PS. Mais comme il n’y a pas d’idéologie et de cohérence dans les actes, on se demande si il y a encore une étiquette valable. Tes deux derniers paragraphes en rouges montrent bien la cause du rejet du gouvernement et pourquoi ça va durer. Je crois que Montebourg va dans ton sens et que globalement ils cherchent à préparer l’avenir mais ils n’en ont peut-être plus les moyens, donc ils s’éparpillent en attendant.

    • zogarok mars 11, 2013 à 10:42 #

      On peut dire que Mélenchon représente l’aile gauche de la sociale-démocratie, Montebourg la sociale-démocratie standard.Les autres sont tous des « sociaux-libéraux » voir déjà des « libéraux-démocrates » (autrement dit l’équivalent des centristes anglais).
      Le Gouvernement Ayrault est totalement incohérent et improductif, mais on savait qu’il en serait ainsi. Il fallait un changement de décors et c’est effectivement ce qui s’est passé : on a modifié le papier-peint. Celui-là fait moins mal aux yeux alors si tout s’effondre dehors ce n’est pas grave, nous avons le confort pour le moment, ou au moins une certaine parodie de l’ataraxie.
      Mais je doute que qui ou quoi que ce soit puisse changer la donne. Il n’y a pas de mouvements politiques à la fois raisonnables, volontaires, indépendants, défenseur des libertés concrètes. C’est une combinaison impossible, dans tous les cas il manque un aspect.

  2. despaul mars 13, 2013 à 21:53 #

    Je trouve cet article pertinent et bien rédigé, il montre bien la double face de notre Président qui s’est fait élire sur un rejet du précédent et d’une politique réaliste qu’il va devoir appliquer alors qu’il n’a cesser de la conspuer pendant la campagne,

    • zogarok mars 13, 2013 à 22:30 #

      Merci ; mais je ne trouve pas que la politique de Sarkozy soit « réaliste ». Je n’amalgame pas « résignation » et « complaisance » avec « realpolitik ». Quoiqu’il en soit, oui, Hollande fera le boulot que Sarkozy n’a pas pu assumer – il fallait de toutes façons cette alternance pour soulager les français ; l’annulation du CDI par Sarkozy, après ces cinq années, aurait été de trop. Ce n’est pas qu’on étouffe moins maintenant mais il n’y a pas de bourreau avec un visage défini et clair.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :