POLÉMISTES MEDIAS : LEUR TYPOLOGIE

13 Nov

Passage en revue des polémistes, animateurs, chroniqueurs et éditorialistes les plus exposés ou les plus remarquables.

L’approche est guidée sous le sceau du MBTI ; l’enneatype est indiqué en complément. 

*

AUDREY PULVAR = ENFJ (3w4)

Absolue fausse polémiste, toute entière construite sur des valeurs ajoutées. La dépendance aux standards et même à l’inconscient collectif est édifiante : Pulvar chausse les grosses lunettes pour jouer les chroniqueuses, puis la coiffure afro pour aborder la direction des Inrocks, magazine de la gauche bobo, « branchée » (terme ringard à tout jamais) et culturelle s’il en est. C’est une moraliste conformiste (EFJ oblige), pas une chercheuse téméraire (trait plutôt propre aux NTP ou aux IN), comme son agressivité et sa partialité cherchent à le leurrer.

*

Ou quand BHL dénigre soudain les moeurs américaines (presse à sensation)…

BERNARD HENRI-LEVY = ENTP (3w4)

Un exemplaire de la pire espèce. L’ENTP est généralement relié à la figure du narcissique compensatoire (l’ESTP-ENTJ dans une moindre mesure). BHL n’agit que selon l’impact extérieur (Ne-Fe), la quête de reconnaissance de sa communauté (Fe) mais d’abord la concrétisation de l’image qu’il se fait de lui-même (provenue de son Ne et de la projection de Si) – il met en scène une aura qui, à force de suggestions, doit être implantée dans les esprits (diagonale Ne-Si).

Obnubilé de lui-même à un point de transparence nauséeux, ses bribes philosophiques ne sont que des supports et des prétextes à la mise en avant de sa personnalité factice. BHL est tout entier façonné selon une image choisie, celle de l’intellectuel cosmopolite, raffiné et suffisant. Il travaille chaque trait et chaque saillie en ce sens.

*

ERIC ZEMMOUR = INTJ (5w6 ou 1w9)

Eric Zemmour est un INT caractéristique, mais dans une version à la fois outrée (d’intello mesquin) et plus littéraire. L’INTP  semble probable, surtout que Zemmour est doté d’une relative extraversion et accorde le plus grand des sérieux aux idées ; cependant, au scepticisme, Zemmour préfère toujours le dogmatisme et son mépris obstiné des sentiments et valeurs collectives, tournant parfois au grotesque, le rattache directement à l’INTJ.

Par ailleurs, Zemmour est réputé pour ses démonstrations de Te légendaires, avec un Ni forcément plus avisé (qu’un Si ou un Ti se gonflant d’extraversion) à l’appui. Des références personnelles issues de son Fi sont souvent manifestes, mais elles s’expriment davantage dans des contextes privés ou apaisés (interview face-à-face, débat horizontal). Le journaliste semble cependant assez tolérant envers lui-même ; il y a chez Zemmour une ambivalence avec la fonction Se. Si, arrivé à mi-vie, il semble composer sereinement avec cette fonction inférieure et que des manifestations hédonistes le suggère, notamment dans ses prestations radios, son laisser-aller physique, son allure négligée dans le même contexte rappellent l’endroit de sa déficience. Le côté « camarade » qu’il cherche à cultiver (Zemmour se fiche moins de son impact qu’il ne veut le prétendre) fait douter : INTJ cool ou INTP mature ? Sauf que c’est bien le Se qui s’affirme en fonction de perception extérieure dominante, alors que toutes les fièvres Ne sont systématiquement anéanties. L’hypothèse, parfois soutenue, d’un Zemmour NTP, s’effondre définitivement.

Zemmour soutient des idées qu’il juge déterminantes ; pour autant il ne brasse pas mille vérités à la façon des NTP, mais est plutôt dans la projection de ses propres visions, comme un NTJ. Il se fiche de déchiffrer les idéaux des autres (et encore plus de les corriger – trait de NFJ) ; il remet les choses à leur place, balaie ce qui lui paraît saugrenu (une mesure de réflexion économique), estime tenir sinon LA Vérité, celle qui demeure la plus valide, mettant au défi qu’on lui amène plus probant (et à cela il peut se montrer ouvert – mais trouve rarement quelqu’un à sa mesure).

*

EMMANUEL TODD = INFJ (5w6)

Sociologue et chercheur, Todd semble concilier harmonieusement ses fonctions dominantes (Ni et Fe), tout y associant une dimension scientiste, objectiviste (Ti). L’emphase avec laquelle Todd use de cette fonction tertiaire est patent ; l’effet est pédagogue, mais quelquefois surfait, maladroit. On note aussi un INFJ aimant découvrir son Se, le booster et l’exhiber en public – peur de passer pour un intello rigide ou déconnecté -, parfois en mettant en scène sa spontanéité (arrivée en retard chez Taddéi), qualificatif inenvisageable pour le personnage il y a quinze ans. Enthousiaste à propos de ses idées, observateur « engagé », affichant son indifférence aux honneurs pour mieux se grandir et jouir de ses laconismes décisifs, Todd correspond bien au stéréotype de l’INFJ masculin ressemblant étrangement à l’INTP (mais pour des raisons intellectuelles et non par débordement ou jeu), tout en cherchant à montrer le dynamisme, le sens de la communauté voir le leadership des ENFJ.

*

TARIQ RAMADAN = ENFJ (1w2)

Une fougue populiste canalisée par la raison, des principes identitaires et la défense de valeurs précises, qu’il incarne au point d’être définissable seulement en elles. Idéaliste lucide, meneur et décisif, mais aussi doux et charismatique, Tariq Ramadan illustre à merveille la combinaison ENFJ-1w2.

*

NICOLAS DEMORAND = xNTJ 

Demorand incarne les NTj (ou les ENFJ) dans ce qu’ils ont de plus obscène. D’abord, voilà un homme imbu de sa propre position, affichant son statut culturel et social de façon même plus finaude à force de récurrence. Surtout, le sur-diplômé Nicolas Demorand campe, pas tellement le génie abrasif, mais plutôt le juge dédaigneux. Nicolas Demorand estime être une lumière et ne s’en cache pas, en même temps, il substitue presque immanquablement à la raison des adhésions ou des postures privilégiant l’analyse lapidaire et le recours consensuel (sur Marine Le Pen, sur la liberté de la presse). Son côté « cerbère » est censé lui accorder une indépendance d’esprit, or cette indépendance s’arrête là ou commence les intérêts. De plus, les interventions de Demorand sont davantage motivées par la mise en scène d’attitudes colériques donc fermes, suggérant un caractère décidé et incorruptible. Mais, sauf lors du travail de sape de l’argumentaire adverse, elles se trouvent accompagnées de sophismes aberrants présentés sous forme de raisonnements complexes (autant par l’assurance déraisonnable qu’une nonchalance forcenée à l’égard de toute idée soumise ou opposée), alors que le personnage use de techniques de rhétorique largement identifiables. Demorand ou comment maquiller la mauvaise foi par le rationalisme extrême, avant de rebondir sur la poussée mélanchoniste.

*

NATACHA POLONY = InFJ (6w5)

C’est l’INFJ dans une de ses versions les plus tristes et réduites. Voici l’INFJ bourgeoise, bardée d’oeillère, atterrie dans un milieu paisible, propice à la stabilité ; et qui n’a jamais dépassées mille frontières qu’elle se fixe par réflexe (notamment sur le plan mental et idéologique). Excessivement monomaniaque, prévisible, verbeuse en vain. En langage technique, Polony vit sur son Ni qu’elle maîtrise, s’appuie correctement sur son Fe, mais il lui manque une ouverture sur les fonctions permettant la remise en question. Polony évolue en vase-clôt et sera toujours au même point dans dix ans : elle déplacera les virgules, substituera quelques mots, mais les approches et les conclusions seront les mêmes. Elle a aussi le pire côté des IJ (normalement plutôt propre aux ISJ), celui des bons élèves récitant leur leçon sans en percevoir les limites, tellement elles les ont intégrées.

Du Ni fade, berné par une condition et un environnement satisfaisant son Fe au point de leurrer un génie qui n’est pas là. Rien ne peut tirer Polony de sa léthargie intellectuelle et de son conformisme.

Ou alors, une Si-Fe des plus ordinaires, c’est-à-dire une ISFJ, donc une des seules « S » à intervenir régulièrement dans les débats. L’hypothèse est parfaitement tenable, la créativité des N dominantes paraissant tout à fait absent de l’esprit de Polony (à l’écriture laborieuse), au contraire tout entier parcouru de dogmes, de réminiscences scolaires, de points de vue caricaturaux. Cependant, il ne faut pas exclure que Natacha Polony « joue » la réac (de même qu’elle « joue » l’oratrice – et qu’elle n’est pas crédible) ; dans ONPC, elle assure la relève de Zemmour pour l’agent de droite et, depuis le début de sa carrière, elle semble avoir cherché à interpréter la parfaite locataire d’un « créneau ». Sans originalité, mais plutôt avec les idiosyncrasies des autres.

*

MICHEL ONFRAY = iNTP (5w6)

Impitoyable et bienveillant, Onfray est assez proche du « sage INTP », dans une version agressive et imperturbable. Un INTP accompli ou un ENTP particulièrement axé sur la vie intellectuelle. Avec sa morale « hédoniste » et « libertaire », entendue sous un sens personnel, Onfray se délecte autant des concepts qu’il cherche à en tirer la matière à générer du bonheur ; toute son oeuvre et ses démarches sont marquées par une expression harmonieuse et systémique des diagonales Ti/Fe et Ne/Si (voilà quelqu’un qui ne refoule pas son ombre, mais l’a adopté et la revendique).

Ne/Si car Onfray est un explorateur, mais qu’il tient à propager le savoir, à l’ancrer dans les consciences et à le rendre accessible au « petit peuple », là ou l’emprise des traditions et « les chaînes » que Onfray entend briser ont le plus d’influence. Par ailleurs, Onfray aime mentionner ses origines et peut transformer des étiquettes réductrices en fragments d’un grand Tout.

Ti/Fe parce qu’au-delà du Savoir, il y a une intention altruiste (« utilitarisme joyeux » et « matérialisme sensuel » ; volonté de faire accéder à la culture et à la grande culture, dénigrement réfléchi du mainstream) – la posture pourrait a-priori sembler adopter une dialectique Ni/Se, mais le mode d’expression d’Onfray le dément formellement.

Publicités

14 Réponses to “POLÉMISTES MEDIAS : LEUR TYPOLOGIE”

  1. Chonchon44 novembre 14, 2012 à 10:56 #

    Waouh, quelle démonstration ! J’adore ! Et je serais très intéressée par une suite… j’aimerais bien avoir ton analyse sur un tas d’autres journalistes qui font la pluie et le beau temps, décident de nos humeurs et du bien penser !

    • zogarok novembre 14, 2012 à 21:58 #

      Très bonne idée ça !

      • hazukashi mars 30, 2013 à 17:20 #

        Un très bon article. L’INTP que je suis approuve ! Même s’il est au fond assez difficile d’évaluer ces personnalités, sans les soumettre au test, et sans les connaitre personnellement. Nous n’avons que l’aperçu de leur façade sociale, leur rôle médiatique…

        • zogarok mars 31, 2013 à 22:04 #

          Oui et pour Todd il semble plutôt très NP (INTP également ?). Pour ma part je suis INFJ, quoiqu’avec un Ti prompt à concurrencer les INTP 😉

          On peut tout de même tirer des conclusions sur la plupart puisque par-delà leur « rôle » ils donnent d’eux-mêmes (Zemmour notamment) ; et si justement ils ne donnent pas, ça peut être aussi révélateur. Y en a-t-il certains sur lesquels tu/vous doute(z)s ?

  2. Voracinéphile novembre 14, 2012 à 20:03 #

    MBTI is back on Zogarok !
    Article ludique, qui s’amuse à faire éclater la psychologie de ces polémistes. Ainsi, tu as attiré mon attention sur Emmanuel Todd, je suis curieux de voir un peu ses avis et ses positions, si son profil psy est proche du mien. Merci pour les liens vidéos, ça mâche en partie le travail.

    • zogarok novembre 14, 2012 à 22:00 #

      Justement, j’hésite sur mon diagnostic à propos de Todd (pour tous les autres, je suis sûr – notamment Pulvar sur laquelle on se trompe en la qualifiant de « Te » soit ETJ)… Il a un côté « Si » (c’est-à-dire SJ ou NP), peut-être que c’est une sorte d’ENFP intello et retiré… Mais tu ne le trouvera pas proche de toi je crois.

  3. 2flicsamiami novembre 20, 2012 à 14:31 #

    Pour être tout à fait franc, cette indicateur (Si, Te, ENFJ) me dépasse. Ceci étant, j’aime les analyses que tu joins à chacun des protagonistes (même si elles m’auraient d’avantage séduit sans les références à l’indicateur) et, comme Chonchon, voir d’autres posts de ce genre serait sympa.

    • zogarok novembre 21, 2012 à 00:02 #

      Ca pourrait t’intéresser je pense. Mais il faut y aller par étapes. J’ai prévu un post expliquant le système : il y a quatre lettres, ce sont des dualités (E-I, N-S, T-F, J-P). Les deux du milieu sont relatives au fonctionnement ; E/I et J/P, c’est la façon dont on s’en sert + l’attitude par rapport au monde. En gros, huit fonctions différemment ordonnées, qui donnent les 16 types.

      Effectivement la dimension technique est un peu agaçante pour celui qui ne connaît pas, mais quand tu les connaîtra, tu verra comme ça s’imbrique et c’est très plaisant, tu pourra même « évaluer » des attitudes, des façons d’être (mais évidemment, ça concerne le fonctionnement, ça dit peu sur un personnage si on ne tient pas compte du rôle qu’il joue).

      Il y en aura d’autres, promis (mais pas tout de suite) : avec un éclairage plus net sur ces fonctions et moins de références techniques.

  4. Luna novembre 25, 2012 à 21:38 #

    Sympas comme tout ce blog, continu !

  5. Alsyderia août 27, 2013 à 02:47 #

    Vous semblez avoir une tendance maladive à considérer tous ces gens comme des iNtuitifs (alors que les N sont une toute petite minorité parmi les S), ajouté à ça une connaissance qui me semble un peu rudimentaire du MBTI (vous n’explorez pas efficacement les implications globales des fonctions cognitives en ne leur donnant

    De plus j’ai le sentiment que vous composez souvent votre analyse à partir des fonctions psychologiques, puis en vous rapportant aux fonctions cognitives alors qu’une véritable méthode suppose le contraire ! (les tendances J/P ou E/I sont des conséquences et non des causes).

    Enfin, vous vous référez souvent à des qualités stéréotypées attribuées à tel ou tel type et c’est un des problèmes principaux que j’ai avec votre façon d’établir votre diagnostic. J’ai également le sentiment que vous vous intéressez souvent plus au discours qu’ils tiennent qu’à ce qui les poussent à aborder un discours précis ou un autre… à leur comportement en soi en d’autres termes.
    Je suppose que je pourrais résumer le problème de cette façon : Vous avez l’air de ne vous intéresser qu’à une partie du problème global, qu’à ce qui arrive en bout de piste, qu’à ce qui sert de conséquence… plutôt que de remonter vers la source tout comme le MBTI le suggère.

    • zogarok août 27, 2013 à 11:26 #

      Ma pauvre amie ; je ne veux pas trop vous abîmer, mais je crois que vous n’avez rien compris.

      D’abord j’aimerais comprendre la nuance entre fonction psychologique & fonction cognitive – il s’agit de la même chose (à moins que la fonction psy soit pour vous désignée par les lettres ? – dans ce cas c’est une question de jargon donc sans incidence..). Et je sais que E-I,P-J sont les causes de ces fonctions… euh, justement donc. Vous réagissez ainsi par rapport à ce que je dit sur Zemmour ? C’est justement que chez lui, malgré un Ni-Te évident ; une confusion est possible avec le Ti+Ne. Si vous aviez lu un tant soit peu l’article, vous auriez repéré qu’il n’y avait pas de doutes gratuits ou à l’emporte-pièce.

      Rien que votre intro trahi votre candeur dans le domaine : évidemment qu’il y a un déséquilibre N-S dans la population (25% à 30% de N). Et alors ? Ca contre-indique quoi ? Vous pensez que les personnalités ici sont S ? Il n’y en a effectivement presque aucune ; on peut avoir un doute pour Polony et Pulvar. Dans le cas de Polony, elle est de toutes façon Pi+Fe ; pour Pulvar, c’est bien plus complexe à déterminer car son personnage est extrêmement travaillé, mais elle me semble Je+Ni, avec un Je écrasant au point de créer la confusion entre les deux fonctions. Ce n’est pas si rare, mais ça indique plutôt l’ENFJ ; sa gravité, sa moralité et ses idées taillées sur-mesure l’indique.

      Au demeurant je viens de consulter votre blog ; où se trouvent deux articles portant sur le MBTI. En terme de vision superficielle, on atteint un niveau stratosphérique. J’ai notamment vu les typages – et le ENTJ pour Alain Soral. Pardonnez-moi, mais comment osez-vous croire que je ne « remonte (pas) à la source », quand vous évaluez le faux-self d’une personne. Vous n’êtes simplement pas en mesure de saisir les ressorts du sujet – donc gardez vos projections absurdes.
      Votre façon de douter – et de trancher entre deux types est aussi pour le moins… balèze. Oui, balèze. « Il est meilleur à l’oral qu’à l’écrit » … Ce sont des vignettes accolées aux types et fonctions ; comme si on disait « il a l’air humaniste, je trancherais plus pour le INFP que le ISFP du coup »…

      J’ai vu aussi que le lien entre QI et type MBTI a un intérêt marqué pour vous, puisqu’il justifie un de vos deux articles. Cet intérêt compulsif au QI et à ce qui peut le renforcer n’est pas tout à fait dans l’ordre de mes idées 🙂

      Je n’ai validé votre commentaire que par principe – car il attaque sans se fonder sur rien de solide, tout en suggérant sa propre omniscience sur le sujet. En vous lisant, j’avais envie de vous croire : l’aplomb est tel ! Par contre le développement ne vient jamais.. Il aurait fallu me dire des choses qui ne pouvaient s’appliquer qu’à ici – là, ce discours, vous pouvez le porter n’importe où. En vérité, c’est la même idée (VOUS! Vous ne connaissez pas les fonctions cognitives et votre approche est irrecevable parce que) qui est déroulée, mais sans se justifier..

      J’ai déjà pas mal approfondi le sujet – et suit revenu dessus. J’aimerai bien vous laisser juge, mais compte tenu de cette conversation vous serez obligée de m’agresser à nouveau pour ne pas perdre la face.

      Au passage, l’un de vos paragraphes est incomplet. C’est ce qui peut arriver quand on bricole une réponse, au lieu de simplement se concentrer sur celle à donner en considérant l’objet de cette réponse – c’est-à-dire cet article et non les préjugés qui vous venaient et permettaient de compléter le tableau (sans vous mouiller bien sûr).

      J’attend des remarques sur des personnalités en particulier. Allons ! Il faut assumer ce qu’on dit ; mais rentrer dans le vif du sujet, où on pourra montrer ses propres armes, c’est encore mieux !

      N ou S, prenez la peine de contextualiser au lieu de balancer vos méditations gratuitement. Quand vous évoquez les « qualités stéréotypées », je dit justement en quoi ces gens se rapprochent ou pas, piochent ou sont par nature liés à un type ou sa formalisation dans l’inconscient collectif ou les moeurs (tout le monde a une opinion sur les ESFP et une image de ce qu’ils sont, de leur dynamique – pourtant tout le monde ne sait pas que le MBTI existe ni ce qui fait ou renforce ce profil).
      Je m’intéresse effectivement à ce qui arrive en bout de piste ; et à comment ça a été conçu. Quelle part de construction et/ou d’artificialité ; et de fidélité à ses instincts. Et je dirais plutôt que je part de la source pour arriver au résultat (ou aux hypothèses) – et le juger de là.

      Par ailleurs je me fous de la méthode, c’est l’idée juste qui m’intéresse.
      Donc probablement cette « méthode » manque et vous défrise ; probablement aussi je n’applique pas des critères suffisamment impersonnels et rapportés à un livre saint. J’aspire à voir un peu au-delà, sans le guide réducteur et superficiel du Fe=bon à l’oral, etc. « M’voyez ».

      Le (Fi-dom) de Céline… Va falloir m’expliquer. Vraiment, les inscriptions saintes ne doivent pas être prises au pied de la lettre..

      • Alsyderia août 29, 2013 à 15:51 #

        Vous m’avez séché, là.
        Je crois que débattre comme ça risque d’être très délicat alors je vais juste être rapide. :
        – Je suis de sexe masculin mon chou ❤

        – Ces articles remontent à longtemps et ma conception du MBTI a largement évolué depuis.

        – Oui je n'ai pas fini le premier paragraphe de mon commentaire, je suis quelqu'un d'un peu négligent. Uhuhu.

        – Dans mon commentaire, j'ai essayé de dire ce qui me semblait ne pas tourner rond avec votre façon d'analyser les personnalités que vous avez mises dans votre article. J'ai essayé de dire ce que j'avais à l'esprit en restant le moins corrosif possible. Donc oui je ne me mouille pas d'entrée de jeu, parce que je trouve ça inutile, je n'ai pas envie de prendre des risques si je n'ai pas le sentiment que ça apportera quelque chose de plus au débat.

        – Vous avez une façon de parler très autoritaire et avez une façon très fermée d'aborder la discussion et de manière globale, vous êtes très virulent, ça pose problème dans l'échange de point de vue. Je ne parle pas du contenu objectif de votre commentaire ici, juste que c'est extrêmement désagréable et à terme ça peut pourrir une discussion.
        Si je postulais une forme de connaissance rudimentaire de votre part, ça n'était pas pour vous embarrasser ou pour vous attaquer personnellement. Je voulais surtout en savoir plus sur comment vous vous y preniez.

        Dans mon commentaire j'ai surtout dit ce qui me posait problème en espérant que ça puisse engager une discussion qui privilégie la recherche à l'opposition. Vous semblez apprécier le fait de me tourner en ridicule dans certaines sections de votre réponse, donc soit, je serai ridicule.

        Juste un seul élément de réponse : Je tiens toujours beaucoup à respecter le protocole du MBTI quand j'essaie d'analyser le type psychologique de quelqu'un sans essayer de transcender ce truc (sinon pour moi ça ne serait plus le MBTI), j'essaie au contraire de trouver dans quelles mesures chaque notion fait sens sans jamais s'éloigner du sens propre des différentes notions. En gros comment aboutir à quelque chose de pertinent avec des outils très simples, sans chercher à transformer ces outils.
        Vous avez votre approche, j'ai la mienne, on peut en discuter. J'imagine qu'il y a une puissance que je trouve dans une certaine conception du MBTI que vous ne voyez pas et réciproquement, c'est très bien.

        Dans tous les cas, voici mon compte skype est "scylaax" si ça vous intéresse d'en parler plus longuement, je pense qu'on ne tirera rien de bon de tenter de parler de tout ça ici.
        (en l'occurrence ce commentaire s'adresse à vous directement, je me préoccupe pas beaucoup de si vous le publiez ou non après)

        • zogarok septembre 6, 2013 à 13:36 #

          Même les talibans me trouvent trop autoritaire !

          – Pas de souci, moi-même sur cet article, je me dis que certaines choses sont abordées avec trop de légèreté ou d’approximations.

          – Souvent notre avantage à nous autres autoritaristes de base, c’est de ne pas être négligents ^^

          – Oui ok bien reçu. Même si ça ne répond pas, ni n’éclaire sur ce que vous ne trouvez pas ..

          – Je me suis rendu compte récemment que mes attitudes étaient facilement celles d’un « méchant-au-cœur-froid », en tout cas sur les sujets intellectuels… pour ma défense, c’est un réflexe, il n’y a pas de préméditations. En fait, je me suis rendu compte, vraiment, que j’étais trop dur.

          => Je pense que tu est Fi/Te, je me trompe ? En tout cas très F, ultra-Fe dom au minimum mais je le dis par pure hypothèse (pour tout balayer) car je n’y crois vraiment pas.

          => Ok mais sans être spécialement parano je suppute que ça peut être une connerie. Je n’ai plus skype malheureusement.
          Et oui tous les commentaires (sauf pubs & exceptions) sont publiés – et je ne vais pas tailler dedans. Je suis peut-être autoritaire, mais loyal !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :