INNOCENCE OF MUSLIMS *

16 Sep

innocence-of-muslims

1sur5 Il n’est sorti dans aucune salle mais c’est le film du moment et l’actualité qu’il engendre est presque une parodie des humeurs internationales de l’époque immédiate. Innocence of Muslims est pourtant une obscure série Z, un sketch hors-norme aux moyens atrocement désuets ou amateurs (découpage de sitcom ringarde, décors artificiels statiques et rococo, échos parasites, acteurs évanescents…). Cependant, il assume avec jusqu’au-boutisme son intention unique, ridiculiser le prophète de l’Islam, Mahomet, le faisant hystérique, voleur, pédophile et coureur de jupons, ainsi que vaguement homosexuel, faute de goût impardonnable pour tous les amoureux des grands livres rigoristes, pour tout ceux qui cherchent à s’inhiber dignement par le biais d’honnêtes valeurs sociales.

Gaudriole & fureur

Aujourd’hui, nous ne connaissons encore que deux fragments de ce film dont on dit qu’il dure deux heures, diffusés sur Internet sous les noms de « Life of Muhammad » et « Movie Trailer Muhammad », courts-métrages de 13 et 14 minutes (en vérité le même avec quelques ajustements) n’arborant aucun sens ni de l’esthétique ni du rythme cinématographique, s’avérant plus pénibles et laborieux à suivre que les V-Video les plus lamentables ou les derniers Guinea Pig.

Lancé sur le Web en Juillet 2012, Innocent of Muslims semble être le jouet de divers provocateurs et opportunistes surfant ou alimentant les tensions entre le monde arabo-musulman et le monde libéral occidental. Relayé par une chaîne égyptienne islamiste le 11 septembre 2012, il a contaminé les pays arabes et déclenché de violentes manifestations de fureur civile, provoquant déjà plusieurs morts, notamment des diplomates anglo-saxons, ainsi que la destruction d’ambassades américaines.

Un réflexe démocrate consisterait à sauter sur l’occasion de défendre la liberté d’expression et de blasphémer, tout en pointant du doigt le dogmatisme des musulmans, déjà condamné de la sorte par l’ensemble des forces politiques et sociales occidentales, même les plus incompatibles. Mais Innocent of Muslims fait le jeu de destructeurs de toute sorte. Naturellement, il alimente une colère et des sentiments irrationnels et collectifs, donc inquiétants. Il permet aussi aux médias de présenter des hordes de barbus proférant « Allah Akbar », alors que Innocent of Muslims est le produit des contributions financière d’une centaine de juifs (et que le Mahomet du film se soustrait à la bienveillante proposition de réconciliation émanant d’un émissaire juif – seul moment un peu non-grotesque du film) et qu’une telle genèse fait sens au-delà des nations du Nord. Reste à déterminer si Innocent of Muslims trouble à ce point les Musulmans, puisque le compteur des vues de cet Innocence n’atteint pas celui d’un clip de Lady Gaga, la vidéo officielle tournant actuellement à 3 millions, score assez sommaire pour qui soulève toute une Civilisation… Le côté soupe-au-lait de quelques légions d’histrions minables serait-il généralisé à tout le Moyen-Orient ? 

Ingérence anti-fascisme vert

Devant la pauvreté formelle du métrage, il semble que le budget de 5 millions de $ ait servit à sa promotion et son accession à la sphère publique, afin de susciter la polémique et enflammer le conflit entre sionistes et musulmans. Les créateurs de cet Innocent of Muslims, tous juifs ou américains, sont la caricature du décadentisme occidental comme l’envisagerait tout intégriste poli : réalisateur porno évoquant « le cancer de l’Islam », copte condamné pour fraudes, mais aussi association chrétienne aux leitmotivs plus militants que caricatifs. Néanmoins cette paternité cynique ne suffit pas à compenser la consternation spontanément éprouvée devant les déchaînements des dogmatiques musulmans. 

Les apôtres anti-fascisme vert, bien-pensants de demain, y trouveront un élément-clé pour leur rhétorique ; si parmi leurs ennemis lointains résident de nombreux fanatiques et déchets moraux (aussi teigneux que les bouffons du film – aussi stupides, seule une presse dépassionnée nous l’indiquerait), l’Islam n’est toujours pas une menace concrète pour l’Occident et notamment par pour le Vieux Continent. S’il peut le devenir, c’est par la faute de méthodes néolibérales, du relativisme culturel et de l’annihilation des frontières que nous acceptons nous-même, localement, quand le monde arabo-musulman se structure, probablement avec l’appui de ses ennemis jurés libéraux-démocrates, pour devenir le nouveau gardien par contraste du modèle de société états-unien. Oui, le fascisme vert est l’URSS bis qui compensera le vide généré par le monopole de la société marchande moderne, à la fois roue de secours et limite au moins apparente du Mondialisme. 

Note globale 10

Voir l’index cinéma de Zogarok

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :