ROUGE A LÈVRES & ARMES A FEU

29 Juin

Roselyne Bachelot s’est lancée dans la promotion de son livre A feu et à sang et envahit les écrans, les journaux, s’investi dans des débats-express souvent niais ou sentencieux. Ces allez-et-venues ne sont curieusement pas traités comme une affaire politique ; c’est que Rozzy ressemble plus à une communicante, presque à une journaliste ou une consultante. Muée depuis quelques mois en madone glamour classiciste, elle est omniprésente, toujours sous une nouvelle forme (du rigorisme au fluo, du costume épuré à la chemise à fleur).

µ

Avec son titre so kitsch et hypertrophié, totalement inapproprié pour traiter une campagne présidentielle et notamment celle de 2012, Roselyne tire ouvertement contre son camp. Elle se plaint néanmoins d’être attaquée et pointe les « attaques ad hominem ». Les attaques à la personne : que feraient-on sans elles ! Voilà l’éternelle politesse sacrée derrière laquelle se planquent les fourbes et les menteurs, les bourreaux implicites et leur équivalent les notables complaisants. Pour compenser l’outrance de ses propos écrits à l’égard de la fin de règne de Nicolas Sarkozy, Rozzy prétend en plateau défendre son bilan, ce qui lui permet de s’installer d’autant plus aisément dans le rôle de victime illégitime. 

µ

Sauf qu’affirmer et répéter son soutien à un bilan ne peut contrebalancer tant d’attaques, puisqu’elles ciblent l’état d’esprit même du personnage Sarkozy, sa fougue populiste et ses inspirations droitières, qui étaient des fondamentaux de sa politique. Bachelot n’assume pas la filiation à Sarkozy, ou plutôt cherche dans l’abstraction un moyen de la trahir, une porte de sortie. C’est d’autant plus hypocrite que Bachelot est restée au gouvernement jusqu’à la fin, se contentant de faire la fine bouche ou de paraître absorbée par son futur ou des sujets du moment – sans par ailleurs engager de quelconques chantiers ni participer aux brainstorming de ses camarades gestionnaires.

µ

Sous les yeux de consommateurs indifférents, Roselyne commet un acte de trahison d’une roublardise exemplaire. En effet, l’ex-Ministre des Solidarités suit le cortège des lâches nuançant soudain leur ancienne fidélité au Gouvernement Fillon, invoquant leur différences personnelles – certains vont même jusqu’à réclamer un « droit d’inventaire » probablement voué, à moyen-terme, à rester sans suite ou tirer des conclusions brouillonnes. Mais leurs initiatives sont rares, leurs compétences limitées, leur vision absente, aussi ce particularisme que les repentis de Sarko revendiquent est généralement une aversion catégorique du FN et de toute thèse remuante en général. Leur argument commercial est d’être lisses et effacés, c’est-à-dire de devenir la relève de « la Gauche » d’opposition standard, qu’ils exècrent en périodes électorales ou de polémiques accrues : observatrice, « humaniste », compatissante quoique sans proposition, conservatrice.

µ

*

Rozzy est l’émissaire la plus facétieuse de ce groupuscule de techniciens béats cherchant à annexer pour leur compte une droite molle. A l’instar des représentants des Gauches, ce petit troupeau bruyant évoque sans cesse la « droitisation ». On croit rêver : ces individus nient la droite, la rejette et la diabolise, alors même qu’ils en sont des composantes. Chacun aligne le slogan « Buisson a voulu faire gagner Maurras », le concepteur du « nationalisme intégral » devenant une sorte de caution culturelle pour analystes et politiciens au faible bagage idéologique ou conceptuel. Maurras représente l’axe du Mal, tout ce que  »la droite » peut avoir de plus traditionaliste donc rance, sévère et autoritaire : c’est en quelque sorte le fardeau d’un héritage dont il s’agit de se défaire. Pour faire montre de sa bonne foi : mais à qui ? 

µ

Pour autant, Rozzy affirme que sa famille n’est pas le centre, mais bien la droite et le centre-droit. Elle pourra donc s’entendre avec Copé, ils sont sur des lignes voisines au même endroit. Si la droite façon Copé passe moins bien, en raison de contours vaporeux et du tempérament de son chef, la droite « sociale » et « humaniste » est promue partout. Et si elle tisse tant de liens affectifs avec les médias généralistes et grand-public, c’est parce qu’elle se couche devant les idéaux de la gauche libérale, c’est-à-dire laxisme économique et complaisance sociétale masquée derrière un réformisme à courte-vue.

µ

Bachelot veut incarner cette nouvelle droite aseptisée, moderne dans le style et vierge dans le ton ; cette droite consensuelle et résolument attentiste, puisqu’elle opposera aux errements et hypocrisies  »socialistes » un aplomb doux et éternel. Elle se veux « gaulliste sociale » et pour étayer, cite les valeurs « atlantistes » et « fédéralistes ». Or ces références sont celles de l’ « UMPS » dénoncé par Marine Le Pen. C’est du sarkozysme avec le dogme mais sans le Sarko. Bachelot a raison de rappeller son admiration du bilan de Sarkozy, elle récupérera sa place en mettant l’OPA sur les restes tout en les dédaignant – et elle fera d’une continuité passive et opportuniste, une remise à jour modérée et bienveillante.

*

*

Précédents articles "Politique"
* à propos de l'après-campagne : Second tour & scrutins étrang
ers (chro-Pol)
* à propos de la période électorale : Avant le second tour, co
nvergences et démissions communes UMP/PS (chro-Pol) + 3 jours 
avant le changement + Premier tour 22 avril (chro-Pol) + Une c
ampagne qui cloche (chro-Pol)
* à propos des Personnalités politique : Bayrou perdu à jamais
(chro-Pol) + SarkoStyle, le show du président-candidat (chro-
Pol) + Mélenchon (chro-Pol)
* à propos des institutions, principes électoraux : Proportion
nelle Intégrale (chro-Pol) + Mascarade des temps de parole (ch
ro-Pol)
* à propos du FN : Marion Le Pen (Vidéo-sentence zéro) + FN de
demain, quitte ou double (chro-Pol post-électorale) + Haine Lé
gale (chro-Pol)
*
Publicités

10 Réponses to “ROUGE A LÈVRES & ARMES A FEU”

  1. Le cabinet des rugosités juin 29, 2012 à 10:08 #

    Totalement juste !

  2. Le cabinet des rugosités juin 29, 2012 à 19:27 #

    Rozzy sur la 5 à l’instant même 😉

    • zogarok juin 29, 2012 à 19:43 #

      Merci, surtout qu’on se croise ! J’allume et je tombe sur le rôt le plus long avec une animatrice coiffée comme un oeuf de Pâques… reviens Alessandra Sublet ! Rozzy journaliste… qu’est-ce que c’est que ce délire ?

      — (reprise)

      C’est moi ou en l’espace d’un mois, c’est devenu de la merde cette émission ? La nouvelle animatrice (hystérique notoire) se force à rire et se convulse comme une trisomique constipée ; railly-cochons et musiques de redneck ; l’ours dont je ne sais plus le nom a confondu Super-Man & Spider-Man.


      Rozzy « J’en ai vu d’autres… J’ai été 5 ans au gouvernement ». Mais Rozzy, qui te retenait ?
      Carla Bruni explique sans rire que Sarkozy aime les pâtes et les truffes…

      • Le cabinet des rugosités juin 30, 2012 à 10:09 #

        haha !! j’ai raté le passage du rôt 😉 . Cette Daphné est assez space oui, mais il faut dire qu’après Alessandra c’était pas facile. J’avais aussi vu le passage de Carla, elle avait répondu cash à la question quel est le plat préféré de Nicolas, « des truffes » !! Elle s’est rendu compte immédiatement c’était une gaffe et s’est ratrapée illico en disant « mais il aime aussi les steak hachés » ;))
        quand à Roseline en journaliste décontract’ ça valait son pesant d’or aussi.

  3. arielmonroe juin 30, 2012 à 10:37 #

    Elle s’agite beaucoup Roselyne, ça va mal tourner pour elle… Sa famille politique va lui tomber dessus, ça commence déjà. On comprend qu’elle veuille se recycler dans le journalisme.
    Bien vu pour les « attaques ad hominem », c’est presque une tradition : l’un insulte pour booster le débat, l’autre pleurniche et se pose en victime. On avance pas mais tout le monde y gagne. En même temps, un peu de sagesse et de mesure ne ferait de mal à personne. Bien vu sur le principe mais ça reste objectivement indéfendable.
    On voit bien que le bateau coule, parler de Maurras, ça n’intéresse pas, le français moyen n’en a jamais entendu parler, donc se positionner sur ça c’est hors-sujet. La droite de « Rozzy » qui l’emporte sur celle de Copé, c’est quand même un moindre mal, on verra.

    • zogarok juillet 1, 2012 à 20:38 #

      Je ne savais pas pour cette reconversion, apparemment ça se précise… Hallucinant. Au moins, elle a le bon costume.
      Roselyne Bachelot est une des « modérées » de l’UMP, c’est-à-dire une centriste ; elle est très proche des « modérés » du PS, qui sont comme elle des centristes décomplexés ou des petits histrions n’ayant que faire de la politique. Ces individus sont promus à la tête de leurs partis respectifs : par qui et pour quoi ? Toujours est-il que ces centristes se ressemblent entre eux tout en rompant avec les courants plus ancrés ou plus profonds de leur mouvement (« Droite populaire » de l’UMP mais pas seulement ; Montebourg n’est qu’un touriste pour le PS, un original notoire…). J’en ai déjà parlé, c’est ceux-là que j’appelle les « libéraux-bourgeois ».
      Oui, Maurras est totalement hors-sujet, surtout que si Buisson est « maurrassien », la campagne de Sarkozy tenait simplement et tout au plus de la droite conservatrice musclée – dans un océan de petites phrases et de postures vaines ou candides. Et puis cette campagne était celle d’un homme qui savait qu’il allait – voir qu’il devait – perdre ; ça ouvre des possibilités.. Qui croyait à cette « droitisation » ? … Beaucoup de monde peut-être, c’est ça le drame – en tout cas à mes yeux.

  4. Dany juillet 3, 2012 à 12:08 #

    Je vois pas non plus ce que Maurras vient faire là, aucun sujet ne s’y rapporte. Votre article est désespéré ; pas désespérant hein 😉 , mais ce qu’il dit déprime plus qu’autre chose… Je dirais que c’est sévère mais juste (mais alors, trèèèèèèès sévère…). Peut-être qu’au centre, le vrai centre, il y aura de nouveaux hommes… sinon oui c’est la panne sèche et tous sont des copies carbones. Sinon, dans les bords « durs ».

    • zogarok juillet 3, 2012 à 13:03 #

      « Bords durs », ça c’est de la litote ! Oui, ces bords durs peuvent apporter beaucoup, c’est d’ailleurs là qu’on retrouve les plus motivés et les discours les plus « purs ».
      Je n’écrit pas pour déprimer les lecteurs de passage, Dany, ou alors c’est vraiment par inadvertance !

  5. golpina juillet 12, 2012 à 14:24 #

    Très désobligeant envers Roselyne Bachelot. N’oubliez pas que derrière la personnalité médiatique il y a une femme et personne ne peut préjuger de ses vrais sentiments politiques. Peut-être pensait-elle faire le bien avec la demande d’inventaire, elle a voulu dire les choses pour éviter de laisser les problèmes s’empirer.

    • zogarok juillet 13, 2012 à 11:49 #

      Ses vues profondes ne sont pas l’enjeu, mais je crois qu’elles transparaissent clairement à l’occasion de certains débats ou elle a pu être bousculée, notamment sous l’ère Chirac. Elles a eu des combats nobles, mais depuis c’est la complaisance totale dans le progressisme de bazar – celui qui plombe le moral et la politique, troque l’essentiel pour le superficiel, la nature pour le cultuel de bas-étage.
      Elle pouvait très bien demander un droit d’inventaire dès le mandat Sarkozy ; il y en a eu des brèches. Sa loyauté ne l’excuse pas : elle révèle plutôt son opportunisme, toujours braqué derrière de beaux masques.
      Mais elle sait tellement qu’elle n’a plus d’intentions politiques réelles qu’elle lâche l’affaire pour s’en aller vers le statut de vedette médiatique – qu’elle était déjà avant d’être une femme de pouvoir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :